En difficulté au Brésil, Renault parie sur un redémarrage en cours d'année

 |   |  560  mots
Nouvelle Renault Clio pour l'Amérique du sud  Copyright Renault
Nouvelle Renault Clio pour l'Amérique du sud Copyright Renault
Le bilan commercial de Renault au Brésil, son deuxième débouché derrière la France, s'avère médiocre sur cinq mois. Ses immatriculations de voitures y ont baissé de 10,5%, sur un marché en progression de 9%. Mais le constructeur tricolore, qui vient d'augmenter ses capacités locales, vise une bonne progression sur l'année. PSA, lui, remonte enfin la pente.

Renault recule-t-il pour mieux sauter? Au Brésil,  son deuxième débouché mondial derrière la France, Renault avait établi un nouveau record de ventes (241.594 unités) l'an passé, avec une pénétration (6,6%) en hausse. Mais, depuis le début de 2013, les immatriculations de voitures particulières du constructeur au losange sont en berne.  Elles ont plongé de 10,5% sur cinq mois à 61.000 unités sur un marché en progression de 9%, selon l'Association des constructeurs brésiliens Anfavea. Elles se sont certes un peu redressées sur le seul mois de mai (+2,2%), mais moins de toutes façons que le marché total (+10,8%). Heureusement, les utilitaires de Renault se portent mieux  (+16% sur cinq mois, soit une croissance deux fois plus forte que celle du créneau), mais les volumes sont plus faibles (20.960) et ne compensent donc pas. Au cumul (voitures et utilitaires), Renault a reculé de 5% au Brésil sur cinq mois à près de 82.000 unités, avec une part de marché en recul marqué (5,8%).

Hausse des ventes prévue

Renault explique cette dégringolade des ventes par la fermeture prolongée de son site de Curtitiba (Etat du Parana), du 7 décembre au 7 février, 2013, afin d?augmenter les capacités de production de 280.000 à 380.000 unités par an, moyennant 200 millions d'euros d'investissements. La production de moteurs est aussi en phase d'augmentation. "On manque encore de véhicules", assure Renault, qui vise toutefois "une hausse des ventes au Brésil pour 2013, supérieure à celle du marché". La firme française, qui produit sur place les Logan, Sandero et Duster, vient de lancer le fourgon Master, également fabriqué dans le sud du pays. Il a récemment renouvelé sa Clio II (fabriquée en Argentine) avec un profond restylage. Renault devrait, selon la presse  locale, lancer à terme la Logan pick-up, sur un marché très populaire au Brésil, qui comprend les Fiat Strada, Volkswagen Saveiro, Chevrolet Montana et.... Peugeot Hoggar.

Bon accuueil pour la Peugeot 208

Si Renault marque le pas sur les premiers mois de cette année, PSA semble enrayer pour sa part  la chute. Ses immatriculations locales de voitures ont encore fléchi de 3,3% sur cinq mois à 47.500 exemplaires, mais ont grimpé sur le seul mois de mai (+12,3%). Citroën tire profit de sa C3 restylée et Peugeot, qui avait beaucoup baissé, commence à recueillir les fruits de sa nouvelle 208 commercialisée le 13 avril dernier.  Un modèle bien accueilli par la presse spécialisée locale.  Plus de 300 millions d'euros ont été investis pour industrialiser ce véhicule dans l'usine de Porto Real (Etat de Rio), où la production a démarré en début d'année. PSA avait  réalisé en 2012 une très mauvaise année au Brésil (-15% selon l'Anfavea, hors utilitaires). C'était la plus forte chute des constructeurs qui produisent sur place, alors que le marché brésilien avait crû de 7,7% l'an dernier (voitures seules).

Trois constructeurs nettement devant

Le marché brésilien reste dominé par trois constructeurs traditionnels. Fiat domine toujours (22,6% de pénétration en mai), suivi de Chevrolet (General Motors, 17,9%) et Volkswagen (17,8%). Ford, loin derrière même s'il fait partie des groupes historiques, devance le coréen Hyundai et Renault. La petite Volkswagen Gol, un modèèle spécifique sur une ancienne plate-forme, reste la voiture la plus vendue, suivie de la Fiat Uno et de la Fiat Palio.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/06/2013 à 17:48 :
Renault a choisi le prie moment comme d'habitude, le cours du Real a baissé considérablement, l'inflation est dans les 10% mais à part ça ils vont sans doute réussir à vendre leurs voitures bas de gamme.
a écrit le 12/06/2013 à 21:00 :
Les deseigners de Renault et Peugeot le font exprés, c'est des minables !!!!!!
Ils veulent ruiner l'industries auto en France ..
Inspirez-vous des coupes Allemandes, bodel
Réponse de le 12/06/2013 à 21:39 :
en tout cas elles ne plaisent pas aux illettrés.
Réponse de le 13/06/2013 à 12:35 :
no comment :o))

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :