PSA fait un tabac en Argentine, un pays où il est installé depuis 50 ans

Peugeot a été pionnier en Argentine, où il fabrique des voitures depuis le début des années 60. Il démarre actuellement la Peugeot 208, produite au Brésil, et Citroën la C4L fabriquée à Buenos-Aires. PSA a accru ses ventes de 39% sur cinq mois à 55.400 unités - soit presque trois fois plus vite que le marché lui-même. PSA détient 15,5% de partd e marché. Il est ne numéro deux derrière Volkswagen.
Citroën C4 L argentine Copyright Citroën
Citroën C4 L argentine Copyright Citroën

A l'occasion du sixième salon de Buenos Aires qui se tient du 20 au 30 juin, Peugeot présente sa 208 en Argentine. Un modèle, dont la production a  démarré en début d'année à Porto Real (Etat de Rio) au Brésil. Commercialisée déjà au Brésil (depuis avril dernier), la petite citadine le sera à partir du 12 juillet en Argentine. Parallèlement, Citroën dévoile au salon sa C4L locale (une berline compacte C4 rallongée à quatre portes), produite sur le site de Palomar, dans la banlieue de la capitale argentine. Sa commercialisation interviendra en septembre. Le groupe PSA est en pleine forme sur un marché où il a une présence historique. La firme y a accru ses ventes de 39% sur cinq mois à 55.400 unités, selon les statistiques de l'ADEFA (Association des constructeurs argentins) - soit presque trois fois plus vite que le marché lui-même.  PSA détient 15,5% du marché (utilitaires compris). Il arrive à la deuxième place derrière le groupe Volkswagen, mais devant Ford, GM, Fiat et Renault. Peugeot progresse de 35% (sur cinq mois) à 33.800, Citroën de 80% à 14.800!

Une très longue histoire

PSA en Argentine, c'est donc une très vieille histoire. Peugeot demeure en effet un des pionniers de l'industrie automobile locale avec Chevrolet (GM), Ford, Fiat et Renault. La marque au lion  a acquis une très belle réputation dès les années 60 avec la production sur place des 403 puis 404. Ces véhicules robustes ont été vite appréciés, notamment la 404, déclinée également en pick-up, à une époque où la France jouissait d'une excellente image en Amérique du sud. La Safrar, la filiale locale de Peugeot à l'époque,  a donné une connotation sportive à la 404, avec de billants succès dans les rallyes au travers de véhicules confiés à des pilotes locaux. Peugeot avait même concocté une version 404 "Le Mans", qui n'exista jamais en Europe. La 404 fut produite jusqu'en 1980. La 504 a conforté ensuite cette renommée. Elle a même été restylée dans une version inédite en France.  Aujourd'hui encore, alors que la production a cessé depuis des années, la 504, simple et solide, continue de faire les beaux jours des taxis de Buenos-Aires.

Allers et retours

Citroën n'avait pas la même réputation. Ses 2CV, puis Méhari et Ami 8, fabriquées dans les années 60 et début 70, étaient chères et pas assez rapides pour les longues lignes droites qui constituaient l'essentiel du réseau routier argentin. Lors du marasme de la fin des années 70 et début 80, Peugeot s'est désengagé. La fabrication de ses voitures a été confiée à  une société indépendante, la Sevel, avec des capitaux argentins (groupe Macri) et une participation de Fiat... mais pas de PSA. Une société créée en 1981. Quant à Citroën, il a carrément arrêté sa production sur place en 1975. Ce n'est qu'en 1998 que PSA est revenu à la charge en reprenant le contrôle de la Sevel. Progressivement, le constructeur français a renouvelé la gamme Peugeot et réintroduit des Citroën sur les chaînes. Aujourd'hui, le site argentin de Palomar produit notamment les Peugeot 207 (une 206 restylée), 308, 408, Citroën C4, les utilitaires Peugeot Partner et Citroën Berlingo. L'usine a produit 131.900 voitures l'an dernier.

Brésil longtemps négligé

Concentré traditionnellement sur l'Argentine, PSA - comme  Renault - a longtemps négligé le Brésil, abandonné à Volkswagen, GM, Ford, Fiat. Mais, après de longues tergiversations - et alors que Thierry Peugeot, l'actuel président du conseil de surveillance du groupe, dirigeait la filiale commerciale de Peugeot sur place -,  le groupe français s'est finalement implanté industriellement à Porto Real. Le site a démarré sa production en 2000. Mais, faute de produits adéquats, la montée en cadence a été très longue au Brésil. Porto Real a fabriqué  96.700 unités en 2012. Désormais, la stratégie de PSA est de produire les voitures de petite taille (plate-forme 1) à Porto Real et les compactes à Palomar. Si PSA cartonne en Argentine, ses immatriculations de voitures ont encore fléchi de 3,3% sur cinq mois à 47.500 exemplaires au Brésil. Elle ont toutefois grimpé sur le seul mois de mai (+12,3%). Citroën commence à tirer profit de sa C3 restylée produite à Porto Real et Peugeot à recueillir les fruits de sa nouvelle 208.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 22
à écrit le 21/06/2013 à 21:55
Signaler
Cette article sent le publireportage,il y'en a de plus en plus sur Peugeot chaque semaine. Un coup c'est la Chine, la c'est l'Argentine, il reste plus que l'Iran. Je suis bete depuis l'embargo, PSA ne peut plus vendre en Iran son 1er marché à l'étran...

à écrit le 21/06/2013 à 21:46
Signaler
PSA fait un tabac en Argentine : enfin une nouvelle qui fait plaisir Hélas ! ce n'est pas suffisant pour que PSA aille mieux...

à écrit le 21/06/2013 à 21:28
Signaler
Pour votre info, les berlines "allemandes" vendues en Argentine mais aussi au Brésil ou en Chine sont fabriquées directement dans ces pays. Les usines allemandes sont essentiellement destinées au marché européen et...français.

à écrit le 21/06/2013 à 14:16
Signaler
Très belle cette 504 argentine. La fin du haut de gamme peugeot (et Renault quelques années plus tôt), commence avec la fin de la propulsion. Etonnant que citroën n'aie pas essayé de lancer la ds, la reine des très grandes routes.

à écrit le 21/06/2013 à 10:58
Signaler
VW fait un tabac en Argentine la qualite Made in Germany fait des ravages la bas aussi .Il serait temps de se poser quelques questions sur la performances economiques d'autres constructeurs. Entre n1 et n2 il y a un abime ..Le temps perdu ne se rattr...

le 21/06/2013 à 12:23
Signaler
Les VW vendues en Argentine ne sont pas made in Germany, et donc votre commentaire est sans intérêt.

le 21/06/2013 à 12:54
Signaler
Faut arréter avec la soi disante qualité de fabrication germanique, ma 508 est mieux finie qu'une ford mondeo ou opel signum, voire talonne une passat.Et puis c'est pas le même prix, y a 10 000 euros d'écarts à équipements équivalents !

le 21/06/2013 à 13:12
Signaler
@satisfait+chris l'article parle des voitures PSA et pas VW ou autres.Alors il faut en finir avec des querelles des laveries.

le 21/06/2013 à 13:14
Signaler
Le vendeur de VW s'ennuie alors il post en espérant que les clients vont pousser la porte de la concession...

le 26/06/2013 à 1:22
Signaler
avec une des pires fiabilités au monde. Vous plaisantez bien sur !

à écrit le 21/06/2013 à 10:17
Signaler
il ne faut pas se taper la poitrine avec l'Argentine...en France ils sont à la faillite....

le 21/06/2013 à 12:26
Signaler
Bien au contraire, il faut s'en félicité car les exportations sont la preuve que nos produits gagnent en valeur et en image.

le 21/06/2013 à 13:07
Signaler
@attila 2: vous parlez d'exportations? Sont toutes des voitures faites au Brésil.... Lisez mieux les chiffres d'exportations PSA.-----------------------0.0000 (sauf vers la Chine..)???

à écrit le 21/06/2013 à 9:56
Signaler
une fois que les affaires vont décoller, Krichner va débarquer et nationaliser PSA de force en Argentine

à écrit le 21/06/2013 à 9:09
Signaler
Et ces voitures ne sont pas fabriquées en France : trop chères à produire. Tandis que les hauts de gamme Allemands sont exportés depuis l?Allemagne. Voilà une bonne comparaison entre une politique autophobe et une politique autophile. A. Merkel sait...

le 21/06/2013 à 9:29
Signaler
Le Brésil est l'un des pays le plus protectionniste au monde ce qui oblige les constructeurs à produire sur place. Ceux qui ont les moyens d'acheter du haut de gamme allemand ou autre, ne sont pas gênés par des frais de douanes et taxes élevés.

le 21/06/2013 à 9:55
Signaler
l'article parle d'argentine, pas de Brésil !!!

le 21/06/2013 à 9:55
Signaler
Y'a pas que le brésil. Japon, Corée, Chine, Inde,... Bref à part l'Europe, peu de pays font du "open bar"...

le 21/06/2013 à 10:03
Signaler
Le commentaire de Voltaire témoigne d'une totale méconnaissance. Pour vendre en Argentine ou au Brésil (ou en Chine!) il faut produire sur place, à cause des droits de douane. Ce n'est pas une question de coûts de production en Europe... Volkswagen n...

le 21/06/2013 à 10:31
Signaler
@ Voltaire: Votre raisonnement n'est pas correct. Je ne connais pas la situation en Argentine, mais, par exemple, en Russie il faut produire sur place à cause de taxes de douane, tandis que le cout de production en Russie, malgré les salaires pas éno...

le 21/06/2013 à 10:53
Signaler
Vous avez entendu parler du Mercosur ? c'est un accord qui protège les pays adhérents des importations industrielles, et favorise les exportations agricoles. Les tarifs douaniers sont révisés année après année pour s'ajuster aux besoins des industrie...

le 21/06/2013 à 11:03
Signaler
@ el machin: pour vous l'article se résume au titre ? Lisez l'article en totalité...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.