Renault et PSA prêts à redémarrer en trombe en Iran

 |   |  829  mots
La Peugeot 405 iranienne
La Peugeot 405 iranienne (Crédits : dr)
Renault et PSA sont impatients de reprendre des relations normales avec l'Iran où ils bénéficiaient de positions historiques. Renault avoue livrer toujours des collections de pièces pour assembler localement les Logan. Malgré les sanctions, la Peugeot 405 et la Logan (Tondar sur place) restent très populaires en Iran.

L'Iran fait rêver Renault et PSA. Si l'embargo international les empêche de profiter de leurs positions historiques, ils s'impatientent. Chez PSA, on préfère rester prudent et ne pas en parler. Chez Renault, on évoque en revanche volontiers la question, s'agaçant même officieusement de l'alignement du président François Hollande sur les positions américaines, lors de sa visite aux Etats-Unis en février dernier.

Ces "contacts" ne peuvent "pas déboucher aujourd'hui sur des accords commerciaux", avait alors affirmé François Hollande, faisant allusion à une délégation de 116 représentants d'entreprises françaises, menée par le Medef International, qui s'étaient rendus en Iran début février en soulevant de grands espoirs.  Le président de la République a mis en garde ces entreprises, alors que son hôte,  Barack Obama, prévenait que les sociétés étrangères qui prospectaient en Iran le faisaient à "leurs risques et périls", promettant "une pluie de sanctions" à ceux qui rompraient l'embargo...

Contacts avec les partenaires

Même s'ils assurent se conformer aux sanctions internationales, Renault et Peugeot sont toutefois prêts à redémarrer. "Nous avons des contacts normaux avec nos partenaires. On travaille pour redémarrer dès que possible. En juillet, c'est la fin de la période probatoire", nous précisait en début de semaine, dans le cadre du salon de  l'auto de Genève,  Arrnaud Deboeuf, responsable de la gamme "Entry" de Renault. L'Union européenne et les Etats-Unis ont suspendu en janvier 2014 pour six mois renouvelables une partie des sanctions économiques contre l'Iran suite au gel des activités nucléaires du pays.

Les relations ne sont d'ailleurs pas complètement arrêtées. "Nous avons livré en janvier dernier mille collections de pièces en Iran (ndlr : pour l'assemblage local)", poursuit  Arnaud Deboeuf. Selon les statistiques officielles iraniennes de l'IVMA, il s'est du reste vendu 39.500 Renault Tondar (Logan) l'an dernier dans le pays ainsi que 59.300 Peugeot 405 et 27.800 Peugeot 206. Sur le seul mois de décembre, il s'est écoulé 1.280 Tondar,  6.700 Peugeot 405, 4.300 Peugeot 206. Signe que les partenaires locaux ont encore des stocks de pièces et que... le flux ne s'est pas entièrement interrompu.

La 405, très populaire

La très populaire 405 était d'ailleurs l'an dernier la quatrième voiture la plus vendue sur place, la Renault Tondar la cinquième. Les produits sous marque Peugeot s'octroient encore 30% du marché des voitures particulières, Renault 7,5%, toujours d'après les statistiques de l'association des constructeurs IVMA... Le marché iranien des voitures particulières s'est élevé au total à un peu plus de 600.000 unités en 2013.

A noter que l'embargo n'est pas perdu pour tout le monde. Les marques chinoises profitent des sanctions pour les contourner et s'installer tranquillement sur le marché local. Lifan, Chery et autres JAC s'octroient déjà 5,5% du marché iranien.

Potentiel installé de 250.000

Renault dispose d'une co-entreprise industrielle et commerciale locale, dont il possède 51% des parts. Cette co-entreprise a été constituée pour distribuer les composants aux deux groupes industriels locaux  Iran Khodro et Pars Khodro, pour l'assemblage des véhicules, essentiellement des Tondar (Logan), mais aussi quelques Mégane. Le "potentiel installé de 250.000 voitures annuelles" n'est pas négligeable, souligne Arnaud Deboeuf.

Il reste toutefois à s'assurer que "la levée des sanctions sera durable et permettra de fluidifier la disponibilité en devises (ndlr : pour acheter des pièces à Renault afin de produire sur place)", notait pour sa part Gilles Normand, directeur de Renault pour la zone Asie-Pacifique, lors d'une rencontre au salon de New Delhi, début février.  La firme au losange affirme avoir 350.000 véhicules qui roulent en Iran. Un beau parc. Le marché iranien a "pesé 1,4 million d'unités avant les sanctions. On a réussi à en occuper 10%. Et ce marché a un potentiel pour monter à deux millions", assurait Gilles Normand.

Une vieille relation entre PSA et l'Iran

Dans le cas de Peugeot, c'est Iran Khodro qui assemble traditionnellement près de Téhéran des 405 et 206 sous licence avec des pièces produites très majoritairement sur place - notamment pour la 405. C'est en reprenant Chrysler Europe en 1978, que PSA Peugeot Citroën avait trouvé dans la corbeille de mariée les fournitures de pièces pour le modèle Hillmann Hunter de 1966, un véhicule créé par le groupe britannique Rootes devenu entretemps Chrysler UK. Ouf! La Hunter a été assemblée sous licence par Iran Kodro sous le nom de Paykan depuis la fin des années 60 jusqu'à une date récente.

Tout en livrant des pièces pour cette voiture, Peugeot a progressivement ajouté sa 405 (de 1985). La firme tricolore a introduit ensuite sa 206, notamment dans une version spécifique à quatre portes et coffre séparé. L'Iran était même le deuxième débouché du groupe PSA, derrière la France,  avec 467.000 unités en 2010, 457.900 en 2011, 313.000 en 2012 ! Pas étonnant que Renault et PSA veuillent retrouver rapidement leurs solides positions industrielles et commerciales en Iran.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/03/2014 à 16:44 :
Honte à Hollande de s'être couché devant Obama en récompense de quelques hochets ( air force one , diner de gala , ...) .Psa et Renault doivent reprendre au plus vite leurs activités en Iran ! Ce avant que ces mêmes Américains donneurs de leçons ne prennent la place .
a écrit le 07/03/2014 à 15:56 :
Ne pas oublier que les américains ont essayé et essayeront encore de nous voler le marché en Iran; c'est leur méthode. Aucun scrupules, la corruption à fond. Mais Ils font des voitures médiocres. Opel est en train de crever, pour Chevrolet c'est déjà terminé en Europe. PSA a bien fait d'en finir avec eux. Quel idiotie de Varin que d'avoir signé un accord avec GM en amputant PSA d'un marché historique pour le groupe.
a écrit le 07/03/2014 à 14:22 :
Un potentiel de deux millions de véhicules, ouai bof.
a écrit le 07/03/2014 à 13:55 :
c'est en effet une heureuse nouvelle de voir ces deux marques populaires revenir vers le marché iranien. Ces produits sont parfaitement adaptés à notre marché et les deux constructeurs français ont une bonne image: des produits accessibles, robustes et fiables. La 206 tricorps fait un tabac en iran et ce succès durera encore de nombreuses anneés.
a écrit le 07/03/2014 à 7:30 :
Une chose est sûre, Volkswagen ne vendra pas la queue d'un boulon en iran, c'est la bérésina, ici, au plus près, chez ceux que nous appelons nos cousins anglais, une chute de - 15 % à nouveau en février, je maintiens donc qu'on va les ramasser à la petite cuillère sous peu...!!!
Réponse de le 07/03/2014 à 15:15 :
C'est pas un peu fini de dire n'importe quoi? On ne parle pas de VW, mais de Renault et Peugeot en Iran Alors, cessez d'être complètement obsédé par votre haine anti-germanique !!! Ah, au fait, VW a réalisé des ventes record en 2013 ainsi que des profits opérationnels historiques, quoi que vous racontiez!
Réponse de le 07/03/2014 à 19:43 :
Réplique à 2 balles, tu as bien commenté en premier sur ce fil sous le pseudo de Franco-Iranien.
Réponse de le 08/03/2014 à 11:12 :
@réplique au... Trollwagen, ça va mal pour volks, c'est factuel ET je peux comprendre que ça vous énerve... mais il est bien tard !!! NB : je vous ai déjà dit qu'on ne conduisait pas en regardant dans les... rétros, les bons chiffres de la Volks Cie, c'est ...derrière !!!
a écrit le 06/03/2014 à 22:27 :
Et oui attention aux sanctions .L'Iran est consideré comme chasse gardée des USA ;C'est donc eux qui doivent en tirer le maximum au niveau économique si le pays est libérés des sanctions .Si les français et les européens savaient comment les américains les meprisent ça leur ferrait peur .
Réponse de le 07/03/2014 à 7:04 :
Mépris, normal qu' on méprise les faibles et les lèche bottes...!!! Remarquez bien que j'ai à titre personnel, le même mépris à leur égard mais pour d'autres raisons...!!
a écrit le 06/03/2014 à 21:30 :
Nous ne voulons absolument pas de ces deux entreprise et de ces deux marques en IRAN
Même les Français préfèrent acheter les marque allemandes comme Mercedes et BMV et VW
Réponse de le 06/03/2014 à 23:19 :
Et il y en a encore qui croit qu'une voiture allemande fait rêver , c'est à peine croyable ou c'est une plaisanterie .
Voyez plutôt la Volvo Estate Concept et vous comprendrez de que rêver veut dire .
Cela dit un pays comme l'Iran a besoin du savoir faire des constructeurs français .
L e Peuple iranien ne mérite pas le manque de qualité des voitures germaines .
Réponse de le 07/03/2014 à 0:28 :
Nous !!! Ou vous personnellement ? Ce n'est visiblement pas ce que pense le peuple iranien. Sachez que les marques les plus vendues en France sont des marques françaises !
Réponse de le 07/03/2014 à 6:11 :
Occupez vous plutôt de rappeler vos clients, vous avez l'air de vous ennuyer ferme dans votre concession ...
Réponse de le 07/03/2014 à 9:07 :
@Franco Iranien.
Les seules français qui achètent les grosses berlines allemandes sont les français à fort pouvoir d'achat et vu le niveau de vie en Iran, cela ne concernera que 1% de la population. De plus comme il a été dit précédemment, la fiabilité allemande n'existe plus depuis 8 ans. Volkswagen et BMW ont connu de gros problême ces dernières années. Certes ils continuent à vendre beaucoup mais juste grâce à leur images mais la réalité commence à se savoir.
Réponse de le 07/03/2014 à 10:29 :
Aller en Iran avec des modèles démodés, surannés, c'est la même erreur faite par PSA en Chine, erreur qui aboutit au fait que les ventes de PSA en Chine est 20 fois inférieures à ceux de GM, VW et Toyota...
Par ailleurs les acheteurs de DaciaRenault ne monteront pas en gamme dans la même marque qui est maintenant classée bas de bas de gamme, mais passeront aux marques supérieures et Premium allemands lorsqu'ils auront un meilleurs niveau de vie.

Les constructeurs allemands continuent leur progression mondiale et leurs profits énormes leur assurent de pouvoir corriger les aléas de productions, leur sérieux comme celui de Toyota est reconnu par leur capacité à effectuer des rappels et leur assure la fidélité de leurs clients.
Réponse de le 07/03/2014 à 13:54 :
Si Mercedes tente de changer son image un peu has been VW éprouve les plus grandes difficultés a évoluer esthétiquement .
Vont-ils essayer de résoudre leur problème de fiabilité ?
D'autre part ne comparer pas le sérieux de Toyota avec VW .
Réponse de le 07/03/2014 à 19:35 :
Ouais Boff... à coup de Série 114d, de Polo, voiture bas de gamme...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :