Fiat a enfin fusionné avec Chrysler, et maintenant ?

 |   |  864  mots
Il reste un dernier défi à relever pour Sergio Marchionne, et pas des moindres : la course aux motorisations sobres.
Il reste un dernier défi à relever pour Sergio Marchionne, et pas des moindres : la course aux motorisations sobres. (Crédits : Reuters)
Fiat et Chrysler ne font désormais plus qu'un à travers FCA. Une consécration pour Marchionne mais qui est (très) loin de résoudre les problèmes structurels du groupe

C'est fait !  Depuis le dimanche 12 octobre, Fiat et Chrysler ne font plus qu'un, et c'est aujourd'hui que débute à New York la cotation de l'action de la nouvelle entité sous l'intitulé FCA (Fiat Chrysler Automobiles). Pour Sergio Marchionne, c'est une véritable consécration. Le patron du groupe automobile italien est parvenu à reprendre, à moindres frais, le troisième constructeur américain et ses filiales. Son investissement total n'aura pas dépassé les 4,5 milliards de dollars, soit une bouchée de pain quand on se souvient du chèque de 36 milliards de dollars qu'avait signé Mercedes en 1998 pour racheter la même entreprise. Le patron de Fiat attend de FCA d'atteindre les 7 millions d'immatriculations à terme, contre 4,5 millions espérées cette année. Le nouveau groupe sera de droit néerlandais et domicilié fiscalement au Royaume-Uni.

Quelle réussite pour Sergio Marchionne!  Cette acquisition est une véritable aubaine pour le groupe italien lourdement déficitaire. En 2013, Fiat avait ainsi annoncé un bénéfice de 2,1 milliards d'euros (+65%), mais sans Chrysler, il aurait été déficitaire de 911 millions d'euros. Pis ! Fiat continue à perdre des parts de marchés en Europe. En 2013, celles-ci n'étaient plus que de 6% contre 8% avant la crise.

La Fiat 500 sous toutes les coutures

La déchéance de la célèbre marque automobile italienne peut se raconter à travers l'histoire de la Fiat 500. Lancée en 2007, cette réédition du "pot de yaourt" des années 1960 a connu un succès considérable. Le groupe a tenté de surfer sur la vague en déclinant le modèle sous toutes les coutures. Certains observateurs se sont même demandés si Fiat n'allait pas suivre la stratégie de la marque Mini qui a su décliner, avec succès, son modèle unique dans presque tous les segments. Mais Fiat se veut une marque généraliste, et à vrai dire, elle n'a pas vraiment le choix car la Fiat 500 est coincée sur un segment déjà encombré (et donc très concurrentiel) et même si elle est parvenue à percer grâce son look rétro réussi, elle devra bien un jour se renouveler. Et le groupe a besoin de diversifier son catalogue pour aller chercher les marges là elles se trouvent. Et ce n'est guère la Panda qui lui apportera les marges bénéficiaires qui lui manquent tant. Sergio Marchionne espère bien tirer bénéfice de l'intégration de Chrysler pour importer en Italie sa culture rodée des gros SUV américains notamment grâce à sa marque Jeep. Mais il faudra d'abord convaincre le consommateur européen de la légitimité de la marque Fiat à proposer de gros véhicules.

Sacrifier Lancia, sauver Alfa Roméo ?

Sa filiale haut-de-gamme, Lancia semble condamnée à disparaître. Elle n'est plus présente qu'en France et en Italie avec une gamme vieillissante hormis la Ypsilon. Sergio Marchionne veut se concentrer sur la relance d'Alfa Romeo, cette romantique marque sportive que Volkswagen lui enviait naguère. Passé le succès de la Mito, la marque est retombée dans les oubliettes des consommateurs européens avec moins de 80.000 immatriculations en 2013. Le patron du groupe a donc lancé un plan de relance de la marque pour atteindre les 400.000 livraisons en 2018. Un peu ambitieux quand on sait que le même Marchionne avait promis les 300.000 ventes à horizon 2014 pour Alfa Romeo. Pour parvenir à cet objectif, il a prévu d'investir pas moins de cinq milliards d'euros, le recrutement de centaines de nouveaux ingénieurs et le lancement de huit modèles entre 2015 et 2018. Rendez-vous est pris !

Les pays émergents en suspens

Mais la stratégie commerciale du groupe Fiat ne suffit pas à comprendre l'ampleur du défi qui reste à accomplir pour que FCA consolide son ambition de grand groupe mondial. Son absence des grands pays émergents l'affaiblit considérablement. Ainsi, l'acquisition de Chrysler et son cortège de marques ne lui aura apporté qu'une implantation en Amérique du Nord. FCA est absent de Chine, de Russie et d'Inde, là où les perspectives de croissance sont les plus prometteuses. Le seul pays émergent où Fiat est en position de force, le Brésil, connaît une forte phase de ralentissement. Le marché brésilien s'est contracté de 8% au premier semestre. Dommage pour Fiat qui reste le premier constructeur automobile avec près d'un quart du marché.

Les normes CO2, caillou dans la chaussure

Il reste un dernier défi à relever pour Sergio Marchionne, et pas des moindres : la course aux motorisations sobres. FCA pourrait être très en retard face aux objectifs de normes de CO2 imposés par Bruxelles pour 2020. Fiat avait réussi le virage sur le GPL, mais cette technologie qui a eu un gros succès en Italie ne s'est pas imposée ailleurs. Le groupe n'a pour le moment aucune solution hybride ou électrique à proposer sur sa gamme. Une véritable lacune quand on sait que tant sur le marché européen que sur le marché nord-américain, les constructeurs se préparent tous à aborder une nouvelle ère de motorisations écologiques. Il faut dire que lorsque les autres pensent à 2020, FCA doit encore digérer 2014...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/10/2014 à 13:16 :
Beaucoup d'erreurs factuelles dans cet article mais je n'ai pas le temps de les corriger ...
Réponse de le 13/10/2014 à 16:20 :
Sacré commentaire. Allez Gilles dites-nous tout ! Et pourquoi pas remplacer Mr Bourassi ?
a écrit le 13/10/2014 à 9:27 :
Dommage Lancia fut une trés belle marque détruite par Fiat.. Bien mieux que les insipides tchèques de Audi.
Réponse de le 13/10/2014 à 10:16 :
En effet, les Lancia de l'ère Marchione sont d'une laideur totale,
et à l'évidence
la laideur et le déclin de Fiat lancia est comparable à la laideur des Daciarenault et des pertes comptables de Renault depuis le lancement de l'erreur Dacia,
Réponse de le 13/10/2014 à 19:02 :
@Laideur C'est très en retrait de Vag en terme de laideur, regardez par exemple la nouvelle Passat, grands dieux qu'elle est laide ...
a écrit le 13/10/2014 à 9:09 :
Bravo Monsieur Sergio Marchionne et bonne chance pour le nouveau groupe. J´admire surtout votre determination et intelligence. Bravo aussi pour avoir change le siege du groupe et ainsi echapper a l´avarice du fisc italien.
a écrit le 13/10/2014 à 8:48 :
celui qui espere mettre la main sur une societe us
se trompe lorsque crysler sera en forme
soit il detruira fiat et ses filliales soit les autorites nationaliseront la banche americaine
quel societe europeenne a t'elle a ce jour une entreprise us en fillialle
les usa se serve de l'europe comme d'une arriere cours pur epnge leur dette
avec la bienveillance des bourses et des dirigeant afeode
a écrit le 13/10/2014 à 8:25 :
"Droit néerlandais, domiciliation fiscale RU", Fiat est-il encore italien ?
Carlos Ghosn a failli nous faire le même coup avec Renault, Dieu merci l'Etat actionnaire
s'y est opposé.
a écrit le 13/10/2014 à 8:25 :
Fiat 500 lounge 2009 tableau de bord détruit par l 'airbag passager : facture 2300 euro,et zero prise en charge de FIAT. FIAT ne s est pas débarassé de ses vieux démons de mépris total de ses clients.Même allié à un fabricant de ( beaux ) camions ( ramcharger de dodge ), cette marque n'a aucun avenir seule.
Réponse de le 15/10/2014 à 12:13 :
Je jamais acheter (avec contrat signé) une voiture sans avoir une extension de garantie de minimum 3/4 ans et les faire plier pour qu'ils respectent les clauses.
J'ai fait plier Mercedes qui sont les rois de l'embrouille au bout de deux ans et un jour, fin de garantie contractuelle. Chez eux le mépris est total du client. Il vaut mieux çà qu'acheter des options inutiles.
FIAT ne va pas mourir, c'est au consommateur avisé de les faire plier.
a écrit le 13/10/2014 à 8:05 :
"le succès de la MYTHO" : C'est la MITO ! Vous pourriez vous relire svp ??
Réponse de le 13/10/2014 à 13:57 :
Pour info, Mito signifie Milano Torino, soit Milan Turin en Français

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :