Fiat Chrysler veut percer dans le haut de gamme... Pas gagné

 |   |  681  mots
La Ferrari FF, une des plus belles berlinettes du monde
La Ferrari FF, une des plus belles berlinettes du monde (Crédits : DR)
Sergio Marchionne souhaite intégrer davantage Ferrari au sein du nouveau groupe italo-américain Fiat Chrysler Automobiles. Mais la constitution d'un pôle haut de gamme reste hypothétique.

Que veut donc faire Sergio Marchionne de Ferrari? Le 13 octobre prochain, l'omniprésent patron de Fiat Chrysler Automobiles (FCA) prendra aussi la présidence de la marque de Maranello, succédant au flamboyant Luca Cordero di Montezemolo. Ce dernier voulait  maintenir farouchement  l'indépendance de la firme au cheval cabré, alors que Sergio Marchionne souhaite l'intégrer davantage au sein du nouveau groupe italo-américain.

Longs délais d'attente

Le président partant de Ferrari, qui l'a dirigée durant 23 ans, avait pour stratégie de limiter les ventes annuelles à 7.000 véhicules pour en préserver l'exclusivité. Son successeur compte en revanche les augmenter, afin diminuer les délais d'attente. En mai dernier, il avait évoqué un potentiel autour de 10.000 par an. Ferrari est une filiale à 90% de Fiat.

"Les gens ne doivent pas sous-estimer l'importance de Ferrari pour le groupe", a déclaré Sergio Marchionne, patron de Fiat depuis 2004, et de FCA depuis la fusion entre l'italien et le groupe de Detroit en janvier dernier. Il souhaite se servir de Ferarri pour stimuler un hypothétique pôle haut de gamme du groupe. Ce que Luca Cordero di Montezemolo - qui devrait toucher 27 millions d'euros pour prix de son départ - voulait éviter.

Ferrari est une pépite. Malgré cette limitation volontaire des ventes, Ferrari a accru son chiffre d'affaires de 14,5% au premier semestre à 1,35 milliard d'euros, ce qui lui a permis d'accroitre son résultat net de près de 10% à 127,6 millions d'euros. Le flux de trésorerie net s'élevait à 236 millions d'euros fin juin.

Fondée par Enzo Ferrari en 1947, la marque est considérée par les Italiens comme '"la plus fameuse de l'histoire de l'automobile". Constructeur de voitures à très hautes performances avec les 458, F12, FF, LaFerrari,  Ferrari propose une gamme entre 187.000  et 1.200.000 euros, de 560 à 960 chevaux.

Un pôle haut de gamme hypothétique

Si Ferrari est une réussite incontestée, le reste du prétendu haut de gamme de FCA est... en chantier. Sergio Marchionne a déjà tenté la relance de la marque Maserati qui somnolait, en injectant 1,5 milliard d'euros d'investissements entre 2010 et 2014. La marque de Modène, dont les voitures sont proposées entre 68.700 et 153.700 euros (en France), vise 50.000 ventes en 2015 et  75.000 en 2018, contre 15.400 en 2013 et 35.000 environ prévus cette année. Plusieurs modèles ont été lancés dernièrement, comme la berline de haut de gamme Ghibli et la limousine Quattroporte, en attendant le "SUV" Levante fin 2015 ou début 2016. Mais le pari n'est pas gagné pour autant. Surtout en matière de rentabilité.

Par ailleurs, après des années d'atermoiements, Sergio Marchionne a fixé des objectifs ambitieux - délirants selon certains experts - pour Alfa Romeo, le label de voitures sportives abordables. Il vise désormais officiellement 400.000 Alfa Romeo par an à partir de 2018... Soit une multiplication par six des scores actuels ! Rude gageure, alors que cette marque en déshérence avec deux modèles de série seulement au catalogue a écoulé 74.000 véhicules à peine l'an dernier, dégringolant à ses scores de la fin des années 60. Un précédent plan pour faire 300.000 Alfa Romeo par an avait piteusement échoué dans les années 2000.

La création d'un pôle haut de gamme est un pari extrêmement compliqué pour FCA, alors que l'autre marque "premium", la plus que centenaire Lancia, est aujourd'hui moribonde, faute de produits nouveaux et attractifs. Sergio Marchionne avait cru la sauver en lui faisant vendre des Chrysler américaines hâtivement rebaptisées. Ce qui s'est soldé par un fiasco total, les clients européens n'ayant pas suivi.

La réussite du haut de gamme allemand et, plus récemment, de Jaguar Land Rover (groupe indien Tata) fait rêver les concurrents, par ses perspectives de marges élevées. Mais peu de tentatives ont vraiment réussi. Ford avait ainsi dépensé des sommes folles pour créer un pôle haut de gamme à la fin des années 90 (PAG), qu'il a finalement démantelé faute de résultats en revendant successivement ses marques "premium" Jaguar, Land Rover, Aston Martin, Volvo.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/09/2014 à 15:56 :
Production de fiat

Là on est MDR en lisant ces coms débiles!!! FIAT c'est toute la gamme OPEL( sauf le zafira développé par Porsche) et SAAB, plateformes et moteurs, c'est toute la gamme SUZUKI vendue en Europe, plateformes et moteurs, c'est la Ford KA ( fiat 500), c'est le Citroën NEMO et son équivalent Peugeot, c'est tout le système Common rail développé par magneti marelli qui appartient à FIAT et qui l'a revendu à Bosch pour que VW puisse l'utiliser ( capacité de production de Bosch, système des injecteurs pompes de VW pourri).Système Common rail est la norme pour les diesel actuellement. Fiat c'est les moteurs FERRARI, sans doute le meilleur motoriste et la meilleure maitrise des transmissions et châssis actuellement. C'est le TWIN AIR le Seul moteur avec le BMW a avoir une variation continue du calage de soupapes et de la levé. FIAT c'est juste le plus gros centre d'engineering pour les grands constructeurs devant, Porsche et lotus. Tu roules en FIAT, t'achètes du FIAT et tu parles. INCULTES RIDICULE
Bien des constructeurs s'adressent à FIAT, PORSCHE OU LOTUS pour développer des systèmes, des plateformes, ou des véhicules entiers sans que tu le saches.
VW et Bosch n'ont pas réussi à développer un système d'injection direct pour l'AVENTADOR, problème de condensation a froid sur un gros alésage, Fiat magnetti marelli, FERRARI y réussissent sans problème. La transmission du FF atomise 30ans de QUATTRO. Tu veux d'autre exemple concret. VAG est juste spécialiste du revêtement moussé de tableau de bord et des ajustements millimétrés, là j avoue ils ont un réel avantage sur FIAT, mais c'est tout au niveau technique
a écrit le 16/09/2014 à 9:30 :
Marchionne a réussi un gros coup en rachetant Chrysler. Pour le reste, il ne semble pas à avoir compris que pour vendre des voitures, il faut avoir quelque chose à vendre.
a écrit le 14/09/2014 à 14:04 :
Toujours les mêmes fantasmes... Ford a failli tuer la marque Jaguar en affublant de ce nom une production quasi intégrale de Ford... Fiat il y a déjà (50 ans ?) avait osé "emprunter" à Ferrari le nom de la mythique 246, pour un véhicule totalement oublié... Bref, rien de neuf sous le soleil; quand des financiers veulent "donner des leçons" aux artistes, c'est le flop assuré.
a écrit le 13/09/2014 à 19:05 :
pour faire du haut de gamme il faut avoir les resources et les competances que le grouppe FIAT possede
Réponse de le 14/09/2014 à 1:55 :
C'est faux, les compétences de FIAT c'est de faire des bas de gamme et de massacrer ver le bas toute les marques quelle acheter, voir Lancia et Alfa
a écrit le 13/09/2014 à 18:45 :
Oui PSA aussi veut du Haut de Gamme avec DS comme Renault d' ailleurs avec Alpine. C' est pas gagné non plus.
a écrit le 13/09/2014 à 9:35 :
Qui peut prédire l'avenir ? La réputation des modèles allemands est en chute libre.- cela laisse de la place pour les autres.
a écrit le 13/09/2014 à 3:12 :
La fin de l'histoire d'une grande voiture, Marchione n'est pas un capitaine industriel il est seulement un ex comptable de UBS.
Réponse de le 13/09/2014 à 8:57 :
oui effectivement, Marchione c'est comme un éléphant dans un magasin de porcelaine, un Ghosn bis, tout tirer vers le bas du bas, vers les tréfonds
Réponse de le 13/09/2014 à 16:26 :
Oui, c'est un méchant monsieur qui a sorti Fiat Auto des griffes de Généra Motors qui voulait l tuer avec son allié PSA. On voit le résultat :GM en faillite et PSA vendue aux chinois.
Il a ensuite accumulé suffisamment de profits pour racheter Chrysler sur les fonds propres Fiat + holding Agnelli sans augmentation de capital.
Oui un petit comptable qui n'était qu'administrateur d'UBS il y a peu e Président de GS, une filiale de Fiat, 1 contrôleur industriel au monde. Un moins que rien come lui nous ferait grand bien à Bercy pour faire les comptes des dettes laissées par Sarko et celles créées par Hollande.
Réponse de le 14/09/2014 à 1:49 :
@Fiancir73, la Fiat avais des fond propres??? GM avait perdu beaucoup d'argent avec FIAT.
La Fiat étais aussi en faillite quand la UBS la sauver avec Marchione qui n'est que la petite main du capital financier international, idem pour Chrysler qui a décider sont rapprochement avec FIAT avec l'accord du gouvernement US.
Faut pas rêver sur les sauveurs financier.
Réponse de le 14/09/2014 à 3:33 :
GM avait perdu beaucoup d'argent avec Fiat ??? Vous plaisantez j'espère !
Fiat leur a fourni la plate-forme de la Corsa et Astra, les moteurs essence 1.2 et diesel 1.3, 1.9 et 2.0 pour toue leur gamme en remplacement des obsolètes moteurs Isuzu des années 80.
La belle Corsa allemande de la pub télé "das auto" n'est qu'une Fiat Grande Punto recarrossée au goût allemand. Techniquement ce n'est que du Fiat.
Peut-être roulez-vous en voiture diesel, le système Common rail c'est aussi Fiat...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :