Automobile : le gouvernement retire le bonus aux hybrides pour cibler l'électrique

Seules les hybrides rechargeables seront encore éligibles au bonus écologique. Le gouvernement veut cibler ce dispositif d'incitation sur les voitures 100% électriques. Le nouveau barème pourrait également être plus sévère pour les voitures éligibles à un malus.
Le gouvernement veut accélérer le développement des voitures 100% électriques en France.
Le gouvernement veut accélérer le développement des voitures 100% électriques en France. (Crédits : © Eric Gaillard / Reuters)

Les voitures hybrides (carburant-électricité) vont être privées du bonus écologique, "recentré" sur les 100% électriques à partir du 1er janvier, tandis que le barème du malus sera révisé, a annoncé mercredi le secrétaire d'Etat au Budget.

"Le bonus sera recentré sur les véhicules électriques, qui en constitue le cœur de cible, ce qui signifie que le bonus pour les véhicules hybrides, qui avait progressivement diminué, sera éteint au premier janvier 2017", a indiqué Christian Eckert, intervenant devant une mission d'information sur l'industrie automobile à l'Assemblée nationale.

Les hybrides rechargeables sur le secteur continueront à bénéficier d'un bonus, a-t-il ensuite assuré.

"Le barème du malus sera quant à lui revu, à la fois pour assurer l'équilibre financier du dispositif qui est dans sa nature même, mais aussi pour aller plus loin dans l'objectif de mutation du parc automobile", a ajouté M. Eckert, évoquant un "rendement prévisionnel de l'ordre de 350 millions d'euros".

Un barème "lissé"

Le ministre a en outre indiqué que le barème serait "lissé" et évoluerait par tranche d'un gramme d'émission de C02, contre cinq actuellement, les détails étant listés dans le projet de loi de finances pour 2017 présenté la semaine prochaine.

Une source proche du dossier avait indiqué lundi à l'AFP que le seuil minimal d'émission déclenchant le malus, actuellement de 131 grammes de CO2 par kilomètre, devrait être abaissé à 127 grammes l'an prochain, tandis que le montant maximum du malus, pour les véhicules émettant 201 grammes de CO2 par kilomètre ou plus, serait relevé de 8.000 euros aujourd'hui à 10.000 euros.

Les deux roues bientôt éligibles au bonus?

La prime à l'achat d'un véhicule électrique pouvant atteindre 10.000 euros ("superbonus") contre la mise au rebut d'un vieux diesel, sera reconduite en 2017 a précisé mercredi M. Eckert. "Le bonus sera par ailleurs complété par un volet deux roues, dont les contours restent encore à affiner."

Sur la fiscalité des carburants, et dans la perspective d'une volonté de "dé-diéséliser" le parc automobile français, M. Eckert a promis que la déductibilité de la TVA sur l'essence par les entreprises, comme c'est le cas pour le gazole, "sera(it) certainement débattue au cours de l'automne", mais a défendu une "idée de progressivité" dans l'application d'une telle mesure "pour permettre à tout le monde de s'adapter".

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 22/09/2016 à 5:54
Signaler
rassurez vous, un merveilleux outil de taxation arrive, le compteur intelligent! il devrait permettre de reconnaitre les véhicules connectés et donc de taxer l’énergie electrique de la même façon que les produits pétroliers. vous ne croyez tout de mê...

le 30/09/2016 à 14:34
Signaler
Le coût de la pollution liée au diesel (principalement le traitement des maladies pulmonaires, asthme etc.) est bien plus élevé que les recettes de la taxation du carburant. Dans l'hypothèse où la consommation de carburant disparaitrait (ce qui n'es...

à écrit le 21/09/2016 à 21:59
Signaler
Très bonne mesure au contraire et c'est bien de ne pas avoir oublié les 2 roues, car l'impact de ces mesures est important : - vers des motorisations plus efficientes et fiables (moteurs électriques, meilleure gestion de l'énergie etc) et bcp moins...

à écrit le 21/09/2016 à 20:06
Signaler
Après avoir subventionné l'achat de véhicules diesel sur une très (trop) longue période voici une ânerie de plus. Le gouvernement ne perdra pas d'argent avec les électriques. Ce que Bercy donne d'un côté il doit le reprendre quelque part.

à écrit le 21/09/2016 à 19:37
Signaler
Scandaleux. Instabilités fiscale préjudiciable aux industrielles je pense en particulier aux hybrides. Décidément la France n'est pas réformée les anciennes méthodes despotiques toujours la.

le 22/09/2016 à 0:59
Signaler
L'hybride c'est du passé. Comme le pétrole , c'est du passé. L'avenir c'est l'électrique, tout le monde l'a compris, sauf toi.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.