BMW rachète la part de Sixt dans DriveNow, fusion en vue avec Car2Go

 |   |  350  mots
(Crédits : Reuters)
Le loueur Sixt a annoncé qu'il cédait sa participation de 50% dans DriveNow, le service de carsharing fondé avec BMW en 2011. D'après Reuters, cette acquisition ouvrirait la voie à une fusion de cette société avec Car2Go, la filiale équivalente de Daimler.

Le loueur de véhicules allemand Sixt a annoncé lundi qu'il vendrait sa participation dans la coentreprise de partage de véhicules DriveNow à son associé BMW pour 209 millions d'euros.

Sixt et BMW sont chacun copropriétaires de DriveNow à parts égales. Sixt a ajouté qu'il enregistrerait cette année un bénéfice imposable exceptionnel de l'ordre de 200 millions d'euros lié à cette transaction.

Déjà 1 million d'abonnés

Lancé en 2011, DriveNow compte près de 1 million d'abonnés déployés sur 13 métropoles européennes. Le service rejoindra le panel de services proposé par BMW (détenu à 100%) qui sont ChargeNow et ParkNow (près de 16 millions d'abonnés, mais ce service est installé dans 400 villes dans le monde dont 200 aux Etats-Unis).

Interrogé par La Tribune lors du dernier salon de Francfort, Peter Schwarzenbauer, membre du comité exécutif de BMW avait expliqué que DriveNow avait pour objectif de faire entrer une clientèle dans l'univers BMW.

"Notre objectif premier n'est pas de vendre des voitures avec DriveNow, mais cette offre peut très bien amener des clients qui souhaitent un jour devenir propriétaire, à choisir l'une de nos marques", expliquait alors Peter Schwarzenbauer.

Reuters croit pourtant savoir que BMW serait en discussion avec le groupe Daimler pour fusionner DriveNow avec Car2Go. Le rachat de la part de Sixt irait d'ailleurs dans ce sens selon l'agence de presse financière.

Les constructeurs reprennent l'initiative

Les constructeurs automobiles sont de plus en plus intéressés par les services de mobilités alternatifs à la propriété de la voiture. Ainsi, Daimler a récemment racheté la plateforme de VTC française Chauffeurs Privés, tandis que Renault a pris le contrôle du concurrent de celui-ci, Marcel. D'autres groupes tentent de constituer des écosystèmes de mobilités alternatives comme PSA avec Free2Move.

Enfin, les constructeurs automobiles mettent en place des incubateurs de startups afin de faire émerger de nouvelles solutions de mobilités. Pour l'heure, chaque constructeur cherche encore un modèle économique à ces écosystèmes, même si Peter Schwarzenbauer nous a assuré que DriveNow gagnait de l'argent.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :