BMW va prendre le contrôle de sa coentreprise chinoise, une première !

 |   |  232  mots
BMW va débourser 3,6 milliards d'euros pour acquérir 25% de la coentreprise qui construit et commercialise ses voitures en Chine.
BMW va débourser 3,6 milliards d'euros pour acquérir 25% de la coentreprise qui construit et commercialise ses voitures en Chine. (Crédits : MAXIM ZMEYEV)
Le constructeur automobile premium allemand a annoncé son intention de monter à hauteur de 75% au capital de la coentreprise qui encadre ses activités en Chine. BMW prend ainsi acte de la levée de l'obligation de coentreprise, jusqu'ici imposée par les autorités chinoises aux constructeurs étrangers. Cette levée entrera en vigueur en 2022 et coûtera 3,6 milliards d'euros à BMW.

BMW va prendre 75% du capital de sa coentreprise en Chine, a annoncé jeudi le groupe allemand, devenant ainsi le premier constructeur étranger à profiter de l'assouplissement de la réglementation chinoise sur la détention des entreprises automobiles à l'horizon 2022.

La montée au capital de BMW au sein de sa coentreprise BMW Brilliance Automotive Ltd va coûter 3,6 milliards d'euros au groupe allemand, a précisé le constructeur dans un communiqué.

Aux termes d'un accord avec son partenaire chinois Brilliance China Automotive Holdings (CBA), BMW passera de 50% à 75% du capital de la filiale commune aux deux entreprises.

Contrat avec Brilliance reconduit jusqu'en 2040

"L'accord sera finalisé en 2022, lorsque les restrictions sur les coentreprises prendront fin dans la construction automobile en Chine", selon le communiqué.

Pékin a annoncé au printemps son intention de lever en 2022 l'interdiction faite aux constructeurs automobile étrangers de détenir la majorité du capital d'une coentreprise.

"L'objectif stratégique poursuivi par le groupe BMW est de renforcer sa coopération à long terme avec CBA, d'accroître ses capacités de production sur le site existant de Shenyang [nord-est de la Chine, Ndlr] et de continuer à augmenter la production locale de modèles, y compris les véhicules à énergies nouvelles", a précisé le groupe allemand.

Son contrat avec Brilliance, qui devait s'achever en 2028, est ainsi reconduit jusqu'en 2040. BMW a commercialisé l'an dernier 600.000 véhicules en Chine, dont 70% produits localement.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/10/2018 à 6:40 :
Bien sur , se n'est que là lois du marché ... Mais la question est de savoir si le gouvernement chinois leur laissera vendre des voiture sur plaçe.....
Ne pas oublier le protectionnisme et le poids du partis communiste....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :