La disparition du diesel attendue pour 2030 ?

D'après une étude, les nouveaux équipements imposés aux moteurs diesel en vue de mieux contrôler les émissions polluantes, pourraient largement entamer leur compétitivité. Dans le même temps, les voitures électriques les supplanteraient, même sans subventions publiques.
Nabil Bourassi
La part du diesel dans les ventes de voiture neuves en France est passée de 77% en 2008 à 53% au premier semestre 2016.
La part du diesel dans les ventes de voiture neuves en France est passée de 77% en 2008 à 53% au premier semestre 2016. (Crédits : © Eric Gaillard / Reuters)

Le diesel bashing continue. Cette fois, c'est une note d'un cabinet d'étude qui accable cette technologie en pronostiquant sa disparition à horizon 2030. D'après AlixPartners, les nouvelles réglementations à venir vont tellement renchérir le diesel, que cette motorisation ne sera plus du tout viable économiquement. Ainsi, pour respecter un objectif d'émission de 64g de CO2 par kilomètres, il faudra compter pas moins de 9.100 euros d'équipements supplémentaires à horizon 2030. La facture s'élèvera à 12.850 euros pour une grande voiture. Et ce budget équipement ne tiendra pas compte du coût de développement de nouvelles motorisations.

"Il faudrait que les constructeurs doublent voire davantage, leur budget recherche et développement sur les émissions pour passer durablement sous le seuil des 100g de CO2/km", juge Laurent Petizon, analyste automobile chez AlixPartners.

D'après l'étude, la voiture électrique devrait ainsi devenir plus compétitive que le diesel dans une dizaine d'années, et sans subventions.

Le diesel a déjà disparu des petites voitures

De fait, le phénomène décrit par AlixPartners a déjà fait son œuvre sur le segment A (Twingo, 106 ou C1) où le diesel n'est plus disponible. La succession de nouvelles réglementations a imposé de nouveaux équipements qui rendaient le diesel très peu compétitif sur ce segment.

La question du diesel est de plus en plus contestée par l'opinion publique. Cette motorisation a été déclarée cancérogène par l'Organisation mondiale de la santé en 2012. Elle a ensuite été la source du scandale Volkswagen aux Etats-Unis, qui a choisi d'installer un logiciel de triche plutôt que d'équiper ses voitures d'un système de dépollution.

Échaudé par les errements de son entreprise, Matthias Müller, Pdg du groupe Volkswagen, s'est récemment interrogé sur la pertinence de poursuivre ses investissements dans la technologie diesel.

"Au bout d'un moment, la question va se poser de savoir si nous devons dépenser encore beaucoup d'argent pour poursuivre le développement du diesel", a-t-il déclaré au quotidien allemand Handelsblatt le 21 juin dernier.

"Nous savons qu'une législation renforcée sur les émissions doit venir en 2020. Nous nous doutons de ce qui suivra cinq ou dix ans plus tard. Il est ainsi déjà prévisible aujourd'hui que la réduction des gaz polluants pour le diesel va devenir énormément coûteuse et sophistiquée. En même temps, l'électromobilité devient meilleure marché", avait pointé le dirigeant.

Le groupe veut justement se concentrer sur des solutions dites d'électromobilité, autrement dit, sur la voiture électrique.

La désaffection pour le diesel s'amplifie en France

Le retournement du marché en faveur de l'essence se confirme en France, pays traditionnellement très diésélisé. La part des motorisations diesel est passée de 77% à 58% des ventes entre 2008 et 2015. Au premier semestre 2016, cette part a même perdu 5 points de parts de marché pour pointer à 53%. A l'inverse, la voiture électrique est passée de 0,79% à 1,12% entre les premiers semestres 2015 et 2016.

Longtemps moquée, la voiture électrique est désormais dans toutes les bouches. BMW et Renault sont en passe de doubler l'autonomie de leurs modèles électriques à 300 km.

    |Lire aussi: Comment la voiture électrique s'est enfin imposée au monde

Nabil Bourassi

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 06/07/2016 à 10:06
Signaler
Votre article est bien optimiste, d'une part les petites voitures comme la Twingo par exemple au départ étaient sorties sans version diesel, ce que l'on comprend parfaitement techniquement puisque plus compliqués, plus bruyants, il était difficile à ...

le 07/07/2016 à 16:10
Signaler
Ça y est! Nous y voilà avec la théorie du complot, manipulation des pétroliers pour empêcher l'émergence de la voiture électrique! C'est bien français tout ça!!! Le stockage de l'électricité est quelque chose de très complexe. De nombreux laboratoir...

à écrit le 06/07/2016 à 8:34
Signaler
L'auteur de l'article n'a visiblement pas un background technique! Il y a beaucoup de confusion dans l'article. Ce n'est le CO2 qui est une menace pour l'avenir du diesel, ou alors l'essence est bien plus menacé que le diesel (un diesel produit envi...

à écrit le 06/07/2016 à 2:53
Signaler
Brûler du diesel, c'est gaspiller une ressource précieuse. Le développement de sa consommation été et rendue possible par une taxation favorable qui reste déraisonnable.

le 06/07/2016 à 8:43
Signaler
Ce que vous dites sur le diesel tient tout autant sur l'essence. La nature a mis des millions d'années à fabriquer le pétrole, et il est effectivement dommage de le gaspiller en le brûlant. Mieux vaut le transformer en matières utilisable dans la vie...

à écrit le 05/07/2016 à 18:02
Signaler
En ce qui concerne les camions, ils vont aller vers quelle carburation en 2030 ? Le gazole, il faudra bien en faire quelque chose. Reforming en raffinerie (transformer les paraffiniques en produits à haut indice d'octane) ? Le pétrole comporte des f...

à écrit le 05/07/2016 à 17:14
Signaler
Joli complot contre le diesel, qui pourtant fournit un couple tout à fait remarquable , et c'est d'ailleurs pour cette raison qu'il équipa en priorité les gros engins à moteur. Mais il faut croire que les intérêts ont du changer, que d'aucuns ont la ...

le 05/07/2016 à 20:55
Signaler
Tout simplement c'est pas leur pognon. Après avoir favorisé durant des décennies le diésel (Peugeot), ils font mettre à la casse des véhicules qui pourraient être utiles et que des petites Gens ont payé fort cher de leur sueur. Elle est belle notre...

le 06/07/2016 à 8:50
Signaler
Il y a du vrai. Le Gouvernement, avec le support des média souvent, tape maintenant sur le diesel pour orienter le marché de plus en plus vers l'essence. Il y a plusieurs raison à cela. L'une d'elle est le manque à gagner fiscal. Le litre de diesel e...

à écrit le 05/07/2016 à 16:51
Signaler
Bosch qui est des principaux équipementiers automobile vient d'investir plusieurs millions d'euros dans son usine de Rodez qui produit des injecteurs pour les moteurs diesel ce qui laisse penser que le diesel à encore de l'avenir . Quant aux project...

à écrit le 05/07/2016 à 15:12
Signaler
A méditer:Un bourrage de crane par les anti diesel Remplir son réservoir d’urée, un geste que seuls les possesseurs de véhicules diesel récents ont déjà pratiqué, mais qui sera peut-être bientôt dépassé. L’équipementier français Plastic Omnium, qui...

le 05/07/2016 à 17:54
Signaler
supérieur à 95%, j'avais lu qu'il arrivait à 95%, plus sais pas, mais déjà ça consomme la solution d'urée plus que la fréquence de révision, et si c'est "inutile" de neutraliser le NOx pour "dépasser" la norme, vaut-ce la peine ? Au moins y a de la m...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.