Volkswagen s'interroge sur l'avenir du diesel

Le Pdg du groupe allemand juge que cette technologie est désormais coûteuse et contrainte par la réglementation. Il estime que le développement de l'électromobilité est devenue une alternative de plus en plus crédible au diesel.
Nabil Bourassi

3 mn

Le nouveau Volkswagen dont le plan stratégique a été publié la semaine dernière doit faire la part belle aux voitures 100% électriques.
Le nouveau Volkswagen dont le plan stratégique a été publié la semaine dernière doit faire la part belle aux voitures 100% électriques. (Crédits : Reuters)

C'est une nouvelle brèche qui s'ouvre. Le patron du groupe Volkswagen s'est officiellement interrogé sur l'opportunité de poursuivre le développement des technologies diesel. Dans le quotidien allemand Handelsblatt, Matthias Müller a déclaré : "Au bout d'un moment, la question va se poser de savoir si nous devons dépenser encore beaucoup d'argent pour poursuivre le développement du diesel."

"Nous savons qu'une législation renforcée sur les émissions doit venir en 2020. Nous nous doutons de ce qui suivra cinq ou dix ans plus tard. Il est ainsi déjà prévisible aujourd'hui que la réduction des gaz polluants pour le diesel va devenir énormément coûteuse et sophistiquée. En même temps, l'électromobilité devient meilleure marché", a pointé le dirigeant.

"Le diesel est toujours très apprécié de nos clients en Allemagne et en Europe", a toutefois assuré M. Müller.

La question du diesel est un sujet épineux surtout en Europe qui en avait fait une priorité pour lutter contre les émissions de CO2. Mais depuis la déclaration du diesel comme carburant cancérogène par l'Organisation mondiale de la santé, notamment en raison de ses fortes émissions de particules fines, les autorités européennes ont peu à peu changé de braquet.

Une technologie trop européenne, trop cher

En France, la part des ventes de diesel a baissé de 20 points entre 2008 et 2015 passant de 77% à 57% des ventes. Pour les constructeurs, cette technologie est beaucoup trop européenne alors qu'ils souhaitent standardiser leurs motorisations au niveau mondial. Aux Etats-Unis, les ventes de diesel représentent moins de 4% des ventes nationales, tandis qu'en Chine, le diesel est quasiment inexistant. Au Brésil, le diesel est interdit aux particuliers. Il ne représente que 1% du marché japonais. Les constructeurs pourront toujours écouler leurs moteurs en Inde, un marché très "diésélisé" (50% des ventes). Autre écueil, les diesels ne sont plus disponibles sur les petites voitures de type Twingo, 106 ou C1 parce qu'ils impliquent de nouveaux équipements beaucoup trop chers (filtres à particules, SCR...).

Les marques françaises continuent d'y croire

Les constructeurs automobiles français, eux, ne semblent pas encore prêts à adopter une nouvelle doctrine. Ils restent arc-boutés, en tout cas dans leur discours, sur les avantages du diesel. Ils jugent que c'est la seule technologie qui doit permettre d'atteindre les objectifs de réduction d'émissions de CO2. Le diesel fait également parti d'une forte culture interne. Ainsi, Renault a annoncé en septembre 2015 au salon de Francfort, le lancement d'un moteur hybride diesel, et ce, malgré l'échec cuisant de cette solution chez PSA.

|Lire aussi: Diesel ou essence: pourquoi les constructeurs français font semblant d'hésiter

Les constructeurs français continuent à estimer que les gros utilitaires continueront à opter en grande majorité pour les diesels, ainsi que les flottes d'entreprises qui roulent beaucoup. Mais les constructeurs attendent désormais peu de gains d'efficience sur les diesels, en tout cas pas assez pour amortir de nouveaux lourds investissements.

Volkswagen veut se défaire de la culture du diesel

Pour Matthias Müller, le groupe Volkswagen a payé trop cher son obstination dans le diesel, notamment en tentant de l'imposer au marché américain quitte à installer un logiciel de triche en vue d'améliorer artificiellement ses performances en matière d'émissions polluantes. Un scandale dont la facture finale, même s'il est encore impossible de le chiffrer, pourrait atteindre des dizaines de milliards de dollars.

Matthias Müller, qui a promis de changer la culture du groupe, pourrait ainsi faire tomber le dogme du tout diesel, après avoir abattu celui de la course à la taille. L'annonce la semaine dernière d'une nouvelle stratégie corrobore d'ailleurs cette idée puisque Volkswagen veut lancer pas moins de 30 modèles 100% électriques dans les dix prochaines années avec l'ambition que cette technologie représente 25% des ventes à horizon 2025.

Reste à savoir si avec cet abandon, Volkswagen n'enterre pas définitivement l'avenir du diesel. Il restera bien quelques marques pour défendre cette technologie, mais pas de l'envergure du deuxième groupe automobile mondial.

Nabil Bourassi

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 22
à écrit le 21/06/2016 à 23:03
Signaler
Pour une marque qui se voulait propre.... Sa posture dédaigneuse depuis des décennies va lui coûter cher!

à écrit le 21/06/2016 à 23:01
Signaler
Pour une marque il se voulait propre.... Sa posture dédaigneuse depuis des décennies va lui coûter cher!

à écrit le 21/06/2016 à 22:59
Signaler
Pour une marque il se voulait propre.... Sa posture dédaigneuse depuis des décennies va lui coûter cher!

à écrit le 21/06/2016 à 20:27
Signaler
Si le diesel est si polluant pourquoi veut-on le garder pour les camions, bateaux, péniches, engins de chantiers, engins militaires et autres. Tout cela semble bien opportun et bien circonstanciel pour une industrie du pétrole qui a besoins d'augment...

le 22/06/2016 à 0:03
Signaler
Vous avez raison sur les grosses cylindrées on ne peut pas se passer du rendement thermodynamique du diesel qui est bien supérieur .

à écrit le 21/06/2016 à 19:52
Signaler
Un coup de com pour se virginiser et alors que les chiffres de l' allemand plongent, merci d' avoir essayé !!

à écrit le 21/06/2016 à 17:29
Signaler
Voilà au moins un constructeur qui fait son mea-culpa. Une chose est évidente, les consommateurs ne tirent aucun avantage avec les moteurs diesels à injection directe. Leur entretien coute très cher, car lorsque vous avez à changer: les injecteurs (6...

le 22/06/2016 à 9:30
Signaler
@thunder Je roule en diesel depuis 25 ans avec une moyenne de 20000km/an, en ayant utilisé plusieurs marque de voiture, je n’ai jamais eu un des problèmes que vous signalez. Je ne nie pas qu’ils puissent exister mais sans entrer dans des détails tec...

le 22/06/2016 à 18:30
Signaler
Thunder a raison l'entretien et les réparations sur un diesel sont très chers . La plupart des consommateurs gagneraient à rouler avec un bon moteur essence atmo ( Honda , Mazda , Hyundai ) Même scrupuleusement entretenus les mazouts posent trop de ...

à écrit le 21/06/2016 à 16:16
Signaler
Et bien, ils en ont mis du temps à se rendre à l'évidence ! Faut-il que certains constructeurs français soient "bornés" comme dit l'article, pour continuer à faire croire aux automobilistes que les mazout sont moins polluants ... vaste enfumage ! to...

à écrit le 21/06/2016 à 15:49
Signaler
En tant que chroniqueur automobile dans le cadre des essais autos en live proposés sur la webradio webtv indépendante AWI1, je n'aurais qu'un conseil à donner: Laissez tomber le diesel !

à écrit le 21/06/2016 à 15:38
Signaler
Les chiffres ne sont pas bons en mai à nouveau en Europe pour Volkswagen groupe, avec un + 4 % quand les français s' octroient entre + 28 et + 34 %...!!!

à écrit le 21/06/2016 à 14:45
Signaler
J'ai reçu le deuxième courrier de WW pour faire remettre à jour mon véhicule diesel, pour comme dit WW être en règle avec la Législation. Donc WW reconnait par cet écrit et pour la seconde fois m'avoir trompé sur le véhicule qu'il m'a vendu. Preuves...

le 21/06/2016 à 17:01
Signaler
Comptez sur la puissance financière de VW pour payer des millions en avocats pour éviter de payer des milliards en pénalités, amendes et indemnisations, et surtout faire durer la chose infiniment...

le 21/06/2016 à 20:53
Signaler
@ahahah Monsieur client est seul à même de juger s' il doit continuer d' acheter des voitures d' un groupe tricheur ou pas !

le 22/06/2016 à 9:51
Signaler
Les tests officiels menés par le gouvernement Français ceux de Ségolène Royale et aussi les tests des autres pays européens ont démontré que tous les constructeurs trichent d'une manière ou d'une autre sur leurs diésels : VW avec des logiciels ...

le 22/06/2016 à 10:57
Signaler
Votre diesel ne sera pas plus en règle avec la législation après qu'avant. Car la législation ne consiste qu'à passer des tests, qui changent au court du temps, et demeure inapplicable sur le fond : les émissions polluantes vraies.

à écrit le 21/06/2016 à 14:40
Signaler
Je ne suis pas d'accord avec l'analyse sur les marques francaises, qui les fait passer pour des marques campées sur des dogmes, avec des mots comme "pas encore pret a adopté une nouvelle doctrine", "Arcbouttés"... alors qu'ils ont pariés bien plus t...

le 21/06/2016 à 16:52
Signaler
Non, Volkswagen, ce n'est pas l'Evangile! Ils voudraient faire oublier qu'ils ont lamentablement TRICHE en Diesel en ayant la prétention de l'imposer aux américains, ils l'ont même reconnu... A terme la solution, c'est celle de Toyota ou Honda, de la...

à écrit le 21/06/2016 à 14:27
Signaler
Prenons exemple sur le Japon qui a presque totalement éradiqué le diesel et réduit très fortement la pollution.

à écrit le 21/06/2016 à 13:31
Signaler
Il est temps de se réveiller chez le groupe Volkswagen,les voitures diesels personne n en veut a part les poumons encrassaient!

à écrit le 21/06/2016 à 13:19
Signaler
Et tout de même un poil sur un avenir opaque ...!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.