Les pneus Pirelli, nouvelle acquisition chinoise en Italie

 |   |  367  mots
En s'emparant de Pirelli, ChemChina met la main sur un fabricant de pneumatiques haut de gamme susceptible de dégager de confortables marges, tout en offrant à l'italien un accès privilégié au marché chinois.
En s'emparant de Pirelli, ChemChina met la main sur un fabricant de pneumatiques haut de gamme susceptible de dégager de confortables marges, tout en offrant à l'italien un accès privilégié au marché chinois. (Crédits : Reuters)
Racheté par ChemChina, le groupe italien de pneumatiques devrait être valorisé 7,1 milliards d'euros.

Des rumeurs de discussions avancées circulaient depuis quelques jours, c'est désormais officiel.Le groupe chinois China National Chemical Corp (ChemChina) a annoncé dimanche 22 mars le rachat du fabricant de pneus Pirelli.

Ce rachat s'inscrit dans un contexte déjà riche d'opérations menées par des groupes chinois sur le continent européen où ils cherchent à bénéficier de la baisse de l'euro. En s'emparant de Pirelli, ChemChina met la main sur un fabricant de pneumatiques haut de gamme susceptible de dégager de confortables marges, tout en offrant à l'Italien un accès privilégié au marché chinois.

Pirelli valorisé à 7,1 milliards d'euros

Dans un premier temps, China National Tire & Rubber, filiale de ChemChina, va racheter les 26,2% que détient la holding Camfin, elle-même détenue pour l'instant à 50% par le russe Rosneft, dans Pirelli avant de lancer une offre publique obligatoire sur les titres encore en circulation.

L'offre sera faite au prix de 15 euros l'action, qui valorise Pirelli 7,1 milliards d'euros, en excluant un endettement net qui s'élevait fin 2014 à près d'un milliard d'euros.

 Un nouveau président pour Pirelli

Les nouveaux propriétaires chinois de Pirelli choisiront un nouveau président. Marco Tronchetti Provera, qui a rejoint Pirelli en 1986 après avoir épousé une fille de la famille italienne fondatrice de la société, restera administrateur délégué, précise le communiqué publié dimanche.

Parmi les précédentes acquisitions chinoises en Italie, figurent des participations dans les sociétés de transport de l'électricité Terra et Snam, dans le fabricant de turbines Ansaldo et dans le fabricant de yachts Ferretti

Le titre Pirelli en forte hausse

A 08h45 GMT (9h45 heure française), le titre gagnait 3,48% à 15,76 euros, dépassant largement le seuil de 15 euros retenu pour la complexe transaction dévoilée dimanche.

Selon l'agence financière Radiocor, cette nette hausse signifie que les investisseurs réclament une réévaluation du prix pour adhérer à l'OPA (offre publique d'achat). "Le succès de l'OPA à 15 euros ne peut pas être considéré comme acquis. Il sera important de voir comment se comportera un gros actionnaire de Pirelli comme Malacalza", selon les analystes de la banque Akros cités par l'agence.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/03/2015 à 18:15 :
L'italie va très mal. Le gouvernement a pris des mesures fiscales excessives et la conséquence c'est la débandade .
Avant de lancer son action répressive a l'encontre de ceux qui détiennes des économies hors Italie, le gouvernement aurait du commencer par une totale réforme fiscale et particulièrement pour les sociétés. Les industriels sont tous à la recherche d'acheteurs (forcément non italiens) pour se débarrasser de leurs entreprises.
a écrit le 24/03/2015 à 10:10 :
Cela pourrai peut être intéresser les chinois de reprendre l'usine Good Year d'Amiens n'en déplaise au PDG de Titan, et ainsi redonner des emplois dans la place?
Réponse de le 24/03/2015 à 11:42 :
Non, les Chinois aiment les gens qui bossent...
Réponse de le 24/03/2015 à 11:44 :
Non, les Chinois aiment les gens qui bossent...
a écrit le 23/03/2015 à 22:31 :
les industriels occidentaux vont devoir tôt ou tard s'allier contre l'Asie.

Une alliance Airbus Boeing ne sera pas impossible un jour.
a écrit le 23/03/2015 à 14:10 :
j'magine les Francais étatistes a tout crin ,anti-mondialisation, brailler si cela etait arrivé a Michelin! en Italie pas de tel pataces c'est bien
Réponse de le 23/03/2015 à 16:09 :
N'importe quoi.... Il suffit de se rappeler les commentaires anti francais lors du rachat de Parmalat pour voir que ces opérations passent mal en Italie aussi...
Le plus inquiétant, c'est de voir les Italiens baisser les bras, vendre leurs fleurons, et a des asiatiques de surcroît (Ansaldo à Hitachi il y a 15 jours, Pirelli aujourd'hui...). Préférer se vendre plutôt que de consolider l'industrie europenne, dommage...
Réponse de le 23/03/2015 à 16:42 :
ah bon...?
il est ou le Montebourg Italien qui sort des decrets pour interdire l'operation?
Réponse de le 23/03/2015 à 17:31 :
"j'magine les Francais étatistes a tout crin ,anti-mondialisation, brailler si cela etait arrivé a Michelin! "
Et nous aurions raison, il ne faut pas croire que nous devons nous résigner toujours à vendre sans essayer d'autres alternatives. La mondialisation n'a pas montrée un beau visage ces dernières décennies et le contrôle d'entreprises par des firmes étrangères n'est acceptable que si il y a un projet de développement qui profite à tous.
Réponse de le 23/03/2015 à 19:51 :
le droit de propriété cela existe. boite privee : ce sont les actionnaires.point bar

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :