Mise en vente par Renault, la Fonderie de Bretagne est bloquée par des salariés

 |  | 671 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : STEPHANE MAHE)
Depuis mardi matin, l'usine de Caudan de la Fonderie de Bretagne est bloquée par des salariés lesquels ont relâché dans la soirée des membres de la direction qui avaient été "retenus" quelques heures. Les salariés demandent leur maintien au sein du groupe Renault qui a mis en vente le site. Le groupe a condamné ce blocage et appelle au calme. Des tensions qui traduisent les difficultés des sous-traitants automobiles français, notamment les fonderies.

Grosses tensions dans l'usine de Caudan (Morbihan) de la Fonderie de Bretagne, mise en vente le 11 mars par le groupe Renault. Depuis mardi matin, l'usine est bloquée par des salariés pour demander leur maintien au sein du groupe automobile. Installée près de Lorient depuis 1965, la Fonderie de Bretagne (350 salariés) fabrique des bras de suspension, des collecteurs et coudes d'échappement, ainsi que des différentiels de boîte de vitesses.

Des membres de la direction bloqués dans l'usine

Sept membres de la direction ont été empêchés de sortir mardi midi. Dans la soirée, vers 22h30, ils ont pu finalement quitter le site. Le délégué CGT Maël Le Goff a expliqué à France Bleu que ce n'était pas du tout une séquestration, juste d'une tentative de dialogue qui a fait flop :

"Ils pouvaient sortir quand ils voulaient. On demandait une discussion franche, mais on n'a pas pu discuter avec eux de la journée. Il n'a jamais été question de séquestration. D'habitude, ils sortent à 21 heures, là ils sont sortis à 22 heures. Ils sont restés toute la journée à dire qu'ils étaient séquestrés, ce qui est absolument faux.", a-t-il expliqué au micro de France Bleu.

Même si le maire de Caudan, Fabrice Vély, a une interprétation différente, il s'inquiète surtout de la situation qui pourrait se prolonger:

"Ça pourrait durer quelques jours. Ils sont quand même très énervés", a-t-il jugé.

Mardi soir, la direction de Renault a condamné le blocage de l'usine et appelé à un "retour au calme immédiat".

"Renault Group condamne fermement ces agissements, appelle à la levée du blocage et à un retour au calme immédiat", indique Renault dans un bref communiqué, précisant que "la recherche d'un repreneur suit actuellement son cours afin de maintenir les activités du site et d'assurer la pérennité des emplois".

D'après, Éric Blanchier, élu CGT, le blocage a commencé quand "l'équipe du matin a voulu rencontrer le directeur de l'usine". "Mais aucune discussion n'est possible et elle a décidé de ne pas reprendre le travail. Malheureusement on a dû en arriver là alors qu'hier on bossait, c'est eux qui nous ont poussé à bout", a affirmé le syndicaliste.

Le blocage était toujours en cours mardi soir. "On bloque la production et l'expédition des pièces", a précisé Maël le Goff. "On veut une discussion franche et ferme avec la direction de Renault et la préfecture".

À l'été 2020, Renault a demandé une revue stratégique qui a conclu que le site devait diversifier ses activités et poursuivre la réduction de ses coûts de production. Les salariés demandent leur maintien au sein du groupe Renault, qui a annoncé le 11 mars la mise en vente de l'usine afin de "pérenniser les activités et les emplois".

Les fonderies en grande difficulté

Ce blocage intervient alors que de nombreux sous-traitants automobiles, notamment des fonderies, sont en grande difficulté. Lundi, le gouvernement a annoncé un fonds de 50 millions d'euros pour accompagner la reconversion des salariés du secteur automobile. Les constructeurs Renault et Stellantis apporteront 10 millions chacun, et les régions seront invitées à y participer aussi.

Le 20 avril, trois équipementiers automobiles de la Vienne et de l'Indre appartenant au groupe Alvance de l'Indo-Britannique Sanjeev Gupta ont été placés en redressement judiciaire. Il s'agit des deux unités aluminium et fonte des Fonderies  du Poitou, à Ingrandes près de Châtellerault, ainsi qu'Alvance Aluminium Wheels, à Diors près de Châteauroux. Ces équipementiers totalisent quelque 850 salariés. A Ingrandes, deux unités sont implantées l'une à côté de l'autre : Liberty Fonte dont la production de carters pour diesel n'étant plus porteuse et dont la fermeture était déjà actée, et Liberty Alu, qui fabrique notamment des culasses, un produit plus porteur. Le site de Diors est quant à lui spécialisé dans la fabrication des jantes automobiles.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/04/2021 à 17:35 :
Donc n'est pas l'ouvrier nomme jamais contente qu'est couplable?
Réponse de le 28/04/2021 à 18:15 :
L' ouvrier, on ne le montre que dans ces cas la : perdre son emploi et manifester :

Parmi les personnes que l’on peut entendre à la télévision, on compte 62 % de cadres supérieurs contre 3 % d’ouvriers (12 % de la population totale selon les données du CSA). Cette représentation est en complet décalage avec la réalité sociale selon le « Baromètre de la diversité à la télévision », publié par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) ;alors qu’ils constituent que 9 % de la population totale.
a écrit le 28/04/2021 à 16:56 :
L' état a expurgé les emplois de ttes les filières industrielles françaises grâce à Maastricht et la ..bienveillance de l' article 63 du TFUE, la moitié des emplois ayant été ainsi délocalisée depuis 93.. Qui peut demander à un industriel qui est là pour faire tourner sa crèmerie dans un contexte européen dénué de ttes protections devenus interdites aux frontières de ne pas externaliser?

Le français se positionne in fine comme la vache à lait au service de l' état "expropriateur" dans la mesure où, lorsqu' il coûte 1500 euros à son employeur, reçoit 390 euros nets, le reste étant perdus par confiscation des différentes taxes, tva, impôts pour boucler, notamment, le budget national et l' "impôt/octroi" à l' UE..

Puisse la base de la cgt et ses petits frères lire ce billet pour qu' elle s' empare enfin du seul vrai sujet que sont les causes des pertes d ' emplois dans l' UE..
Réponse de le 28/04/2021 à 21:27 :
Historiquement, il y a eu un rééquilibrage économique entre l'est et l'ouest, c'est historique ! qui a payé, ben tout le monde, mais surtout les catégories de masses!

Il est question de subvention, le crédit impôt recherche, ben il suffit de l'utiliser pour aller vers des technologies moins nocives que celles existantes, non?

Alors qu'il y a plusieurs révolutions en cours, (technologiques, politiques et sociétales, la question est autour du pacte social, qui n'est plus.

On peut faire semblant de ne pas voir le financement aux entreprises les plus grosses, ben rdv d'ici la fin de l'année pour le constater.

Donc tout est question de choix non?

C'est parce que j'ai eu l'occasion savoir faire, que je sais qu'il est question d'objectif y compris paradoxaux !! il est question d'intérêt; et cela est donc une question plus profonde que ce qui de l'imposition.

pour les profanes nous pourrions relier l'impôt a la nationalité? comme aux us, nous aurions bien plus de moyens.

Biden y fait quoi?

Tout est question de savoir que cela se passera ailleurs car l'obsolescence et la déliquescence actuelle n'est plus rationnelle.

Ce n'est que de la com, mais la com ne cache pas le réel !!
a écrit le 28/04/2021 à 15:56 :
C'est pas le faute de Renault c'est celle des ecolos-bobos qui ont tué l'automobile non electrique, qu'ils aillent voir Pompili et ses potes de EELV.
a écrit le 28/04/2021 à 14:20 :
Allez Monsieur le Ministre, vous avez bien encore quelques milliards à distribuer, non!!!
a écrit le 28/04/2021 à 13:56 :
Et dans 10 ans, on suppliera pour la relocalisation car faire des véhicules sera jugé stratégique, comme les semi conducteurs en ce moment... Mais c'est sur qu'en ce moment, il vaut mieux délocaliser la pollution en Chine, pardon, chez les sous traitant. Les fonderies, c'est comme les hauts fourneaux, c'est tout pas propre... Encore de "bons" gestionnaires, mais des visionnaires ?
Réponse de le 28/04/2021 à 14:47 :
Il faut réfléchir avant de taper sur son clavier. Les fonderies de l'industrie automobile c'est essentiellement pour les blocs moteurs thermiques. Dans 10 ans il n'y en aura plus ou très peu. D'autre part Il faut moins de travailleurs pour faire un moteur électrique que pour faire un moteur thermique. Et en aval, dans la réparation, beaucoup de garages fermeront car la réparation d'un moteur électrique est plus simple que celle d'un moteur thermique. La transition écologique aura un coût social. Il faut l'assumer. On ne peut avoir le beurre et l'argent du beurre. On pourra toujours recycler ces travailleurs dans l'agriculture pour planter des pastèques par exemple.
Réponse de le 28/04/2021 à 15:59 :
@reponde de Tototiti
Très juste. Les fonderies pour la production de pièces de moteur ( carter, bloc, culasse, pipes admission) et transmission ( carters boîte/pont) sont quasiment condamnées, sauf à se restructurer pour produire des pièces pour les voitures électriques. Moins nombreuses !
Un moteur électrique est quasiment indestructible, simple à construire, même si pour une utilisation spécifique dans une voiture, il soit un peu plus sophistiqué!
Les garagistes vont devoir se réinventer en électricien, électronicien, informaticien ou disparaître. Cependant, la technicité, la disponibilité des pièces feront que hors concession, point de salut pour faire entretenir ou réparer son véhicule à moindre frais. La LLD est l'avenir de l'automobile. Que saint André Citroën protège la "Deuche" longtemps en matière de pièces détachées.
Réponse de le 28/04/2021 à 21:34 :
@tototiti: "La transition écologique aura un coût social. Il faut l'assumer. On ne peut avoir le beurre et l'argent du beurre. On pourra toujours recycler ces travailleurs dans l'agriculture pour planter des pastèques par exemple": quelle condescendance... finalement, l'écologie n'est pas très différente du neoliberalisme
Réponse de le 28/04/2021 à 23:15 :
@ Polaris: Je crains que vous n'ayez pas noté le second degré de transformer les ouvriers en cultivateurs de pastèques;
a écrit le 28/04/2021 à 11:35 :
c'est tres curieux, ces delegues d'ultra gauche qui ne vont pas du tout manifester devant les fenetres des politiciens d'ultra gauche et d'ultra pasteque, qui font tout pour couler l'industrie........
lenine je te vois
rien de tel que de couler les boites pour envoyer le petit peuple manifester chez le grand capitaliste qu'on aura pris soiin d'accuser avant!
je pense que jadot melenchon duflot et canfin devraient aller apporter leur soutien, avec banderolles d'elus, contre ces capitalistes qui refusent de garder des ouvriers dont ils ont coule la filiere dans la rigolade generale leninienne du sauvetage d'ours blancs
Réponse de le 28/04/2021 à 12:29 :
Dans les 40 dernieres annees il n y a pas eut beaucoup d ultra pasteque au pouvoir (et je les porte pas dans mon coeur). Mitterrand (PS) Chirac (LR) Sarkozy (LR) Hollande (PS) : pas vraiment d ultra gauche (a la limite Mitterrand est extreme droite car il a fait carriere a vichy)
Réponse de le 28/04/2021 à 13:27 :
Winston, encore une fois, ce sont les identitaires et les extrêmistes de droite qui sont au pouvoir. Car faire croire que l'ultra gauche serait le résultat de choix qui semble porter vos intérêts et vos idées.

Il faut assumer un peu, L'industrie a été coulé par les hauts fonctionnaires qui ne sont pas d'ultra gauche et qui se sont servit a la tête de toutes ces multinationales.

Et nous avons en plus une ambiance délétère d'extrême droite comme les généraux, tout les patrons ont les mêmes idées, et pourtant c'est eux qui mène la barque, non?

Donc cherchez autre chose pour expliquer la faillite et la dilution de ceux qui se prétendent de droite, mais qui sont avant tout des profiteurs de guerres !
Réponse de le 28/04/2021 à 16:29 :
J'ai du mal à croire que les syndicats qui défilent main dans la main avec EELV et LFI pour demander un arrêt des ventes de véhicules au pétrole n'aient pas comrpis que ça voulait aussi dire qu'on avait plus besoin de faire des carters, des culasses et des pots d'échappements. 40% de la valeur d'un véhicule életcrique est dans la batterie. Ils sont là les emplois si la voiture a essence est condamnée.
Réponse de le 28/04/2021 à 17:00 :
Ce sont les gauchistes qui sont au pouvoir depuis 40 ans. Je m' explique, ceux qui ont évaporé la souveraineté par le traité de Lisbonne en 2008 et qui sont responsables de toutes les délocalisations post Maastricht n' étaient assurément pas des gens de droite mais des gauchistes..
Réponse de le 28/04/2021 à 21:12 :
Encore une fois, il serait intéressant de regarder ceux qui ont les responsabilité non?

Dans un régime post fasciste, l'analyse de résiste simplement pas au droit, ni même a l'économie.

Il faut que chacun puisse assumer un peu, car sortir tout le temps l'argument politique, que je sache tout les mis en examens que nous avons actuellement permet d'avoir un doute, ou si c'est Maastricht, c'est pas le poto sarkozy qui a inversé la démocratie? le référendum vous vous souvenez?

Dans les endroits ou il y a de l'argent, c'est blindé de gens pareils (des clones) dont le seul concept est de laisser croire qu'avoir la responsabilité, ce n'est pas être responsable.

Pour avoir un ancien président condamné a de la prison ferme, bon je pense qu'il faut simplement rétablir la question politique pour ce quelle est, il me semble que tout les gouvernants au pouvoir actuellement viennent de la sarkozy?!!, non?

Du coup restons donc dans le domaine de la responsabilité. Ce qui induit de fait a regarder ceux qui agissent au nom de tous, pour bien comprendre l'appropriation du pays par une caste et un ensemble de fonctionnements qui permet de comprendre que de démocratie il n'y en a plus...

La suspension de l'état de droit n'est t'il pas?

De fait entrons donc dans le vif du sujet. La question de la délocalisation? c'est le cas depuis 20 ans, les mêmes qui drivent l'économie aujourd'hui ne sont t'il pas ceux au pouvoir (administrateurs et autres) de l'état?

Et vous trouvez que le modèle télévisuel entre propagande d'extrême droite permettant a des gens condamnés pour incitation a la haine raciale serait de gauche?

En tout cas, manifestement c'est bien un climat d'extrême droite, dont il ne fait doute qu'un grand milliardaire qui a placé ses potes pour l'influence, serait le fruit de gens de gauche?

Non la question de l'industrie, nous y retrouvons une aristocratie construite avec notre fric, et dont l'efficience serait a aller cherche chez une ministre se présentant aux "entrepreneurs'???

C'est une farce?

Comme j'ai pu constater a deux reprises des technologies que j'avais contribuer a développer, et qui me permet de savoir que ce ne sont pas des gens de gauche qui jouent contre les intérêts du pays, sans aucun doute!

Et la court se dit qu'elle peut se repaitre de la mystification démocratique en cours !!!

Ben non, il se trouve qu'il s'agit de gens qui ont été formé de "nos écoles", notre élite vaste rigolade..

Au moins avec internet, l'amateurisme par la com a permit de voir entre dire et faire, pour l'industrie c'est pareil.

Ceux qui font les choix n'étant pas de gauche ou écologistes, l'idée de focaliser la névrose sur la personne et non la responsabilité des actes permet de fait de ne pouvoir avoir simplement qu'un renvoi vers des idéologies qui vous place dans le vent et dans le constat et non l'anticipation.

Mais il se trouve que si 'l'industrie' doit exister, ce n'est pas en financement les multinationales pour permettre la digitalisation gratis, et finir avec un plan de sauvegarde de l'emploi, tout un projet !!!

C"est parce que la responsabilité dont semble s’extraire de la responsabilité de la gestion donc permettre un actionnariat virtuelle, comme la parole public !

Ceci est avant sonnant le vide que de regarder l'échiquier politique pour expliquer des choix de caste qui ne s'assument pas !

Il est vrai que la question éthique déontologique est complexe lorsque l'on est idéologisé !

Une manière facile de renvoyer a l'autre les responsabilités.

Il ne me semble pas, que les pauvres, rsa et autres, intérimaire, chomeur étudiant et smicards se soient fait de l'oseille dans cette affaire!

L'argument politique est la pour tenter de masquer les actes les plus veules et le plus vide dans la réalité du présent futur.

Sans idées, sauf celles de spéculer, tout est de fait une réalité que l'on peut constater.

L'ultralibéralisme, alors vos discours qui ne cachent pas vos idéologies, vont devoir laisser place au réel, factuel, économique, vous savez la Grèce,

Nous en rediscuterons....
a écrit le 28/04/2021 à 11:35 :
Eternel problème de la France: à l'image d'Alcatel en son temps, nous rêvions d'une société sans usines; il eut fallu, pour cela, avoir une Education Nationale capable d'élever spectaculairement le niveau scolaire au point de ne produire que des "cerveaux" dépourvus de "mains"; non seulement ce n'a pas été le cas, mais on s'aperçoit que ce qui est concevable pour une entreprise est dangereux pour un Etat, puisqu'il le met à la merci d'Etats qui ne sont pas tous des amis. Cette erreur stratégique n'eut sans doute pas été commise par un industriel; il est vrai que cela ne semble pas avoir inquiété le moins du monde notre Parlement, comme le prouve son peu d'intérêt pour les déficits budgétaires et la dette.
Réponse de le 28/04/2021 à 13:22 :
oui j'y étais chez alcatel, j'ai pu voir comment des délocalisations n'avaient d'intérêt que pour celui qui justement parlait d'entreprise sans usine.

Et a présent nous avons des usines sans travail, bref

Et lorsque l'on voit le téléphone mobile aujourd'hui et ce qu'ils étaient, il est évident que les coulisses permettent de comprendre que la destructuration se fait par les hauts fonctionnaires qui sont dans l'état et dans les entreprises, se sont les seuls qui s'enrichissent, et l'on comprend mieux a présent.

Ceux formé par nos impôts sont ceux qui conduisent le pays dans le gouffre, pendant qu'ils s'en mettent pleins les poches !!!

Les multinationales ont compris que le haut fonctionnaire est corruptible! !!!
a écrit le 28/04/2021 à 10:38 :
On nous impose la mentalité stupide que l'important c'est l'argent à tel point que dorénavant les gens ne vont plus travailler pour le plaisir mais seulement pour le salaire en leur disant que ceux qui n'ont pas de salaire sont des cas sociaux, des rebus de la société, et maintenant on leur enlève le salaire.
a écrit le 28/04/2021 à 10:12 :
On peut les comprendre après 43 ans il est difficile de trouver un emploi après 50 ans c'est mission impossible. Les salariés de cette entreprise ne sont pas idiots une fois inscrit à Pôle emploi cela sera un CDI chômeur avec comme prime un basculement dans la pauvreté.
a écrit le 28/04/2021 à 9:46 :
Ce qui va être intéressant, c'est la transcription dans le droit français de la directive européenne sur la facilitation des cessations de paiements.

Cela ne doit pas être le cas le 22 mai?

Comme tous bons stratèges, du fait d'un certain nombre d'autres éléments économiques, cela permet d'avoir une idée du concept identitaire publicitaire, ou il ne reste que zemmour pour ensuite laisser croire qu'il s'agit des autres.

Car les choix qui sont fait ne sont pas assumés, comme les délocalisations.....
a écrit le 28/04/2021 à 9:17 :
Renault devient une entreprise mondialisée comme toutes les autres, pour la France il restera le tourisme, l'agriculture et quelques bidules.
Réponse de le 28/04/2021 à 9:36 :
Pas faux mais il faut choisir: on peut pas s etonner de plus rien fabriquer et taxer a mort le travail pour payer des retraites elevées (j ai vu sur boursorama (article pour les retraités allant vivre en grece)que les retraites francaises sont les secondes de l UE (luxembourg est le premier))

Sur ce point, le tract de EELV avait raison: les boomers votent et aucune amelioration est a prevoir tant leur potentiel electoral est important

Pour le cas des fonderies, c est quand meme plus complique: la voiture electrique n a plus besoin de leurs pieces, ils sont condamne par le proges technique (un peu comme les marechaux ferrants a l arrivee de l automobile)
a écrit le 28/04/2021 à 8:05 :
Le consommateur doit agir.... au lieu d importer des suv d Allemagne ou d Asie mais de l incohérence de la population française....
Réponse de le 28/04/2021 à 9:37 :
reculer pour mieux sauter: la voiture electrique n a pas besoin de piece de fonderie
Réponse de le 28/04/2021 à 9:54 :
Pour cela, il faudrait encore la démonstration de cette situation, pour faire croire qu'il s'agit d'un mode de consommation "nationaliste".

La stratégie de délocalisation est la depuis 2000, donc ce n'est même pas une question d'obsolescence (le mobile) est l'exemple.

Non c'est de la gestion de coûts au moins disant.

Donc la question est de savoir surtout, pourquoi nos impôts, crédit recherche et autres vont entre les mains de renault et des autres?

C'est le financement de la restructuration digitale que nous payons !

Le consommateur lui, n'a que son fantasme, (il ne faut pas oublier) que 30% du budget est dans la com.

Pour autant qu'il puissent y avoir un intérêt pour les salairés, cela se ferait a partir de la transformation climatique que nous allons subir, et je pense qu'ils (le personnel) serait partant pour un challenge de cette nature !

Mais le politique autant que l'économique est dans le vent, actuellement il suffit de comparer le discours de biden sur la question économique, et celle de macron, vous comprendrez en quoi le décalage, la vision et l'investissement n'a rien a voir !!!

Ce n'est donc pas une question de consommateur, mais de visionnaire éclairé qui n'est plus chez ceux qui prétendent vouloir le bien commun, mais dont nous constatons que ceux qui le représentent sont aussi dans le conseil d'administration, non?

Encore une fois ce n'est pas une question de consommateur, sinon forcément ils vont préférer les autres pour les qualités qu'ils ont, non?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :