Le dernier fabricant de jantes automobiles en France en redressement judiciaire

 |  | 554 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : POOL New)
Liberty Alvance, qui opère notamment le seul fabricant en France de jantes automobiles en aluminium, Alvance Aluminium Wheels à Diors dans l’Indre (36), vient d’être placé en redressement judiciaire. Près de 600 emplois au total sont dans la balance.

La décision du tribunal de commerce de Paris, siège de Liberty Alvance, est tombée comme un couperet le 12 avril dans la soirée. Les juges ont placé la société en redressement judiciaire. Frédéric Abitbol, associé du cabinet Abitbol & Rousselet, a été désigné comme administrateur judiciaire de l'entreprise basée dans l'agglomération de Châteauroux. Filiale du méga-groupe minier anglo-indien Gupta Family Group (GFG) Alliance (17 milliards d'euros de recettes et 35 000 salariés dans le monde), Liberty Alvance a racheté en 2018 l'ex Liberty Wheels à Diors.

Rebaptisée Alvance aluminium Wheels, l'usine fabrique des jantes automobiles en aluminium. Les deux autres sites repris, Alvance aluminium Poitou et Alvance Foundry Poitou (ex Fonderie du Poitou à Ingrandes dans la Vienne), fabriquent respectivement des culasses et des carters pour moteurs. Une procédure de conciliation auprès du tribunal de commerce avait été ouverte début avril par Liberty Alvance, laissant augurer une possible déclaration de cessation de paiement de la part de cette dernière. En cause, des pertes de l'ordre de 12 millions d'euros pour 85 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2020 que GFG Alliance n'a pas pu éponger en raison de la liquidation de Greensill début mars. La société financière britannique était le principal bailleur de fonds du conglomérat.

Sous-traitants automobiles ultra-modernes...au Maghreb

La politique industrielle des constructeurs automobiles expliquerait en partie les difficultés récurrentes des trois fonderies, notamment le site de Diors.

« Renault et PSA, les deux principaux donneurs d'ordre de la société, se sont engagés sur des volumes de commandes qu'ils ne tiennent pas, déplore un élu de la métropole castelroussine. Au lieu des 120 000 roues promises, ils en ont acheté seulement 40 000 l'année dernière. Le reste est produit par les sites ultra-modernes de sous-traitants installés à côté de leurs usines, notamment au Maghreb ou en Europe de l'Est ».

Outre le fort manque à gagner, cette stratégie low cost se traduirait par un retard d'investissement important chez Alvance Aluminium Wheels.

« L'usine s'est peu ou mal modernisée depuis 40 ans, constate le même élu. Résultat, la qualité des jantes s'en ressent et provoquent des baisses de commandes supplémentaires ». La crise sanitaire depuis un an, qui touche lourdement le marché automobile, a encore aggravé cette politique d'achat au moindre coût, déjà pratiquée à grande échelle dans la grande distribution alimentaire.

Runacher et Le Maire montent au créneau

Le mise redressement judiciaire de Liberty Alvance, qui devrait aboutir à une cession, impactera près de 600 emplois au total. Sur le site de Dior, qui salarie 297 personnes, un comité social économique (CSE) se tiendra jeudi pour informer officiellement les collaborateurs de la situation périlleuse de l'entreprise. L'avenir des fonderies automobiles françaises, de plus en plus concurrencées à l'international malgré les promesses de relocalisation industrielle, constitue un motif d'inquiétude au plus haut niveau de l'Etat. Le cabinet de la ministre chargée de l'industrie Agnès Pannier Runacher planche ainsi depuis plusieurs semaines sur les solutions de reprise des trois sites de Liberty Alvance. Plus généralement, Bercy, par la voix de son locataire Bruno Le Maire, réunira à court une table ronde sur le sujet. Au programme, l'avenir des fonderies industrielles et les solutions pour les maintenir dans l'Hexagone.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/04/2021 à 18:22 :
Et nos constructeurs automobiles vont recevoir des milliards d'aide de l'état pour faire fabriquer leurs jantes dans des pays low cost, Peugeot en tête. Mr Tavares ne veut plus travailler avec les sous-traitants français.
a écrit le 15/04/2021 à 17:20 :
Comme toujours les impôts à la production et les contraintes administratives pénalisent lourdement les entreprises ! En France on privilégie taxation et administration avant l'emploi !
a écrit le 15/04/2021 à 15:08 :
Il y a bien longtemps que la France a déjanté. Le Ministère de l'Industrie absorbé par Bercy, c'est à dite les Ingénieurs des Mines enfoncés par les Administrateurs Civils des Finances, tout un symbole. Comment voulez-vous que ça reparte sur les chapeaux de roues ?
a écrit le 14/04/2021 à 14:45 :
et les autres secteurs que l'automobile ?
et les composites ?
et la robotisation ? (la moitié des effectifs conservés au lieu de rien du tout !
a écrit le 14/04/2021 à 10:40 :
le parfait cercle vicieux. On est cher donc on vend peu. comme on vend peu on investi pas et du coup on es soit plus cher soit de qualite inferieure et donc on perd encore des parts de marché jusqu a la chute finale ... Le probleme c est que pour inverser la tendance il faudrait un effort considerable : les ponctions sur le systeme productif sont enorme et les alleger signifierait mettre a la diete les retraités (qui sont les gros beneficiaires via pensions et soins medicaux). Certains vont dire qu on pourrait faire travailler plus les gens et les payer moins (histoire que ca soit d autres qui passent a la caisse). c est oublier que c est pas avec des employés demotivés (ou qui partent a l etranger) qu on va reconstruire quelque chose ...
Réponse de le 14/04/2021 à 10:46 :
Tu as oublié de mentionner Polpot. Mais bon c'est pas grave on est tous un peu troublé en ce moment hein...
Réponse de le 14/04/2021 à 10:50 :
Oups désolé pour ma première réponse je croyais que c'était le gars qui se prend pour Churchill ! ^^

Je vais donc me rattrapper, c'est tellement facile quand on a un bon cerveau faut dire, mais l'avantage des retraités bien lotis c'est que non seulement du fait qu'ils s'ennuient et qu'ils ont peur ils consomment plus que les autres mais en plus ils en ont le temps ! Par ailleurs étant donné que nous sommes en dictature financière il est logique que les gros rentiers soutiennent les plus petits rentiers, sur le dos des actifs de ce fait de moins en moins nombreux c'est un fait.
a écrit le 14/04/2021 à 10:15 :
Au moins c'est de la pollution qui va disparaitre de France , les écolos sont aux anges, non ?
a écrit le 14/04/2021 à 9:51 :
la france met dehors son industrie automobile puis s'etonne qu'il n'y ait plus d'industrie
he, faut se rejouir, ca fera une boite en moins eligible a la nouvelle loi ecocide reenchantee, pas vrai?
Réponse de le 14/04/2021 à 10:27 :
"churchill" , je ne vois pas le rapport entre votre commentaire et le drame social qui se noue.
Invectiver et qualifier une Loi sur la résilience et le climat comme "écocide" relève de la polémique (stérile) et sans rapport avec les enjeux qui se dressent devant nous.
Dans le cas présent , il faudrait peut-être en parler aux argentiers certainement plus responsables qu'une Loi ...
Réponse de le 14/04/2021 à 20:16 :
@BIOMAN

Il n'y a pire aveugle que celui qui ne veut pas voir...

Continuez de brasser de l'air pour faire tourner vos girouettes vertes!
Réponse de le 15/04/2021 à 8:16 :
"megadebt" , même réponse qu'au post précèdent ,je ne vois pas le rapport entre votre commentaire et le contexte économique de cette entreprise. Je ne sais pas qui est "aveugle" des deux mais sur s'il s'agit de parler de climat , je vous engage à en parler avec le monde agricole (viticulteurs et arboriculteurs en particulier) qui vient d'être mis à genou ces derniers jours. Si cela n'est pas suffisant , allez voir les vallées de la Tinée et de la Vésubie ravagées par la tempête ALEX le 2 octobre dernier et osez parler avec les habitants sinistrés…
a écrit le 14/04/2021 à 9:34 :
"Alvance Aluminium Wheels"

De se donner un nom en anglais ne les aura pas aidé.
a écrit le 14/04/2021 à 7:19 :
A Seoul, Il y a plusieurs semaines, une 3008 flambant neuve garee sur un parking de supermarket avec des jantes en ferraille emboutie le tout planque derriere des enjoliveurs en plastique chrome. A cote, des coreennes et des allemandes, toutes avec de l'alu aux roues, pathetique....
Réponse de le 14/04/2021 à 11:14 :
Quand on est assis dans sa voiture, on ne voit pas les jantes. Alors, alu, ferraille, plastique, quelle importance ? Ah oui, j'oublie le sempiternel ego
Réponse de le 14/04/2021 à 15:00 :
Ma 206 avait des jantes alu, la 208, pas (j'ai pris ce qu'il y avait sur la liste des voitures disponibles assez "rapidement", 206 immobilisée car train AR HS (jeu immense)), ai acheté des jantes en ferraille pour les roues hiver (plus facile à interchanger que défaire les pneus).
Ils pourraient en faire pour vélos ? Mais c'est la direction qui décide des projets.
(une voiture moche de l'extérieur, quand on est dedans, ça ne se voit plus)
Réponse de le 15/04/2021 à 8:06 :
l interet de l aluminium c est le poids (c est plus leger).
Sur les roues c est particulierement interessant car ce sont des pieces en mouvement (je me rappelle plus tres bien pourquoi (ca fait plus de 10 ans que je travaille plus dans l automobile) mais entre une jante alliage et une en acier, vous avez un facteur 4 )

Apres c est sur que pour se trainer a 80 ca change pas grand chose. et pour monter sur un trottoir a paris c est meme contreproductif

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :