Porsche évite la sortie de route pour sa première journée en Bourse

Porsche a fait une entrée sans accroc ce jeudi en Bourse, ce qui constitue déjà une réussite dans un contexte de morosité des marchés. Le titre a carburé en début de journée jusqu'à +4% avant de décélérer et de revenir en clôture à sa valorisation initiale fixée à 82,5 euros. Après cette première journée, Porsche est valorisée 76 milliards d'euros, ce qui lui ouvre les portes de l'indice de cotation Dax40, qui regroupe les plus grandes capitalisations allemandes. Le constructeur signe la plus grosse entrée en Bourse sur la place de Francfort depuis 1996.
Le directeur financier de Porsche Lutz Meschke et le patron de Volkswagen Oliver Blume sonnent la cloche d'introduction en Bourse de Porsche de jeudi à Francfort.
Le directeur financier de Porsche Lutz Meschke et le patron de Volkswagen Oliver Blume sonnent la cloche d'introduction en Bourse de Porsche de jeudi à Francfort. (Crédits : Reuters)

Porsche n'a pas encore trouvé sa vitesse de croisière en Bourse. Le constructeur a vécu une première journée réussie à la Bourse de Francfort ce jeudi. Son cours a décollé en début de journée avec une action à 86 euros à 11H30, contre 82,5 euros en prix d'introduction, qui se situait déjà en haut de la fourchette. Le titre a ensuite ralenti en fin de journée pour revenir au prix initial de 82,5 euros par action.

La forte demande « montre la confiance des investisseurs dans l'avenir de Porsche », selon le directeur financier de Volkswagen Arno Antlitz, cité dans un communiqué. « Un grand rêve se réalise pour Porsche. Un grand rêve se réalise pour Porsche », s'est félicité le patron de Porsche et Volkswagen Oliver Blume à l'ouverture de la Bourse de Francfort.

Porsche affiche donc une capitalisation supérieure à 76 milliards d'euros, au-dessus d'autres géants allemands tels que BMW (47 milliards d'euros) et Mercedes-Benz (58 milliards d'euros) qui vendent pourtant bien plus de voitures. Le volume d'émission de 9,4 milliards d'euros en fait la deuxième plus grosse introduction en Bourse en Allemagne après celle de Deutsche Telekom en 1996 et de la plus importante en Europe depuis 2011 avec le géant suisse des matières premières Glencore. Fort de sa valorisation autour de 76 milliards d'euros, Porsche s'ouvre les portes du club très fermé des entreprises cotées au Dax40, regroupant les plus grosses capitalisations allemandes.

Des introductions en Bourse qui se raréfient en Europe

L'opération est d'autant plus réussie que, ces derniers mois, les introductions en Bourse sont rares en Europe dans un environnement marqué par l'inflation, la hausse des taux et la guerre en Ukraine. L'indice Dax à la Bourse de Francfort a perdu près d'un quart de sa valeur depuis le début de l'année, le secteur automobile, à la peine en termes de ventes, étant particulièrement délaissé. Le constructeur avait dévoilé son projet de lancer Porsche en Bourse l'hiver dernier, le 24 février exactement, au premier jour de l'invasion par l'armée russe de l'Ukraine.

Répondre à la demande mondiale de voitures de luxe électrifiées

Pour séduire la Bourse, le constructeur de la 911 a misé sur sa santé financière insolente, propre à l'ensemble du marché de l'automobile de luxe, et sur une histoire presque centenaire qui en a fait une référence des voitures de sport « made in Germany ». Les perspectives de l'entreprise y sont pour beaucoup : Porsche a relevé son objectif de marge opérationnelle dans une fourchette entre 17 et 18% et le chiffre d'affaires doit croître de 11 à 14% par rapport à 2021.

Volkswagen s'est assuré le soutien d'actionnaires de référence chez Porsche comme les fonds d'investissement publics du Qatar et d'Abu Dhabi, le fonds souverain norvégien et le gestionnaire d'actifs américain T. Rowe Price. Ensemble, ils vont détenir près de 3,6 milliards d'euros d'actions préférentielles, le Qatar représentant la plus grande part.

La marque convertit sa gamme à l'électrique, avec la sportive « Taycan » née en 2019 et dont il a écoulé près de 20.000 exemplaires de janvier à juin, un nouveau SUV "Macan" électrique attendu en 2024 et le lancement d'un autre SUV au milieu de la décennie. Pour répondre à la demande mondiale de véhicules de luxe électrifiés, 80% des véhicules du constructeur de bolides devraient être d'ailleurs entièrement électriques en 2030

Une manne d'environ 19 milliards d'euros pour Volkswagen

C'est une manne d'environ 19 milliards d'euros que Volkswagen devrait obtenir grâce son IPO, dont la moitié servira aux investissements dans l'électrique avec six usines de cellules de batteries planifiées en Europe et des logiciels pour véhicules électriques et autonomes. Le groupe de Wolfsburg, dont le titre a perdu 23% depuis janvier, espère aussi que la cession partielle de Porsche va gonfler sa valeur en Bourse, de quelque 84 milliards d'euros, soit une fraction de ce que pèse son rival américain Tesla, valorisé environ 900 milliards de dollars.

________

ZOOM 1 - A l'origine de la saga familiale, un génie de l'innovation

Ingénieur, entrepreneur, pionnier de l'automobile et de l'aéronautique, Ferdinand Porsche (1875-1951) est aux origines de la saga. Ce natif de l'empire austro-hongrois a d'abord mis son génie de l'innovation au service du groupe allemand Daimler, pour lequel il conçut les premières Mercedes. Membre du parti nazi, il crée à la demande d'Hitler la première Volkswagen qui deviendra la Coccinelle. Quelques décennies plus tard, son petit-fils Ferdinand Piëch inscrit son nom dans l'histoire automobile : ingénieur de talent chez Porsche puis Audi, patron de Volkswagen de 1993 à 2002, il en fait un empire international multimarques, dont Audi, Seat, Skoda, Lamborghini, Bugatti, jusqu'à finalement prendre le contrôle de Porsche, au terme d'une guerre familiale. Père de 13 enfants, il est mort en 2019.

_________

ZOOM 2 - Le constructeur chinois Zhejiang Leapmotor Technology rate son entrée en Bourse

C'est la pire introduction en Bourse à Hongkong depuis le début de l'année : le constructeur chinois de véhicules électriques Zhejiang Leapmotor Technology a chuté de 41,6% jeudi matin, à 28,05 dollars hongkongais, la plus forte baisse pour une cotation supérieure à 250 millions de dollars à Hongkong cette année, selon Bloomberg News. La société dont le siège se trouve à Hangzhou, avait levé environ 800 millions de dollars au début du mois lors d'une première offre publique de vente qui a vu ses actions vendues à 48 dollars hongkongais (6,31 euros). Hongkong était autrefois un lieu de prédilection pour les introductions en bourse de sociétés chinoises, les investisseurs assistant fréquemment à de belles envolées durant leur premier jour de cotation. Mais les inquiétudes actuelles concernant l'état de l'économie chinoise, combinées à l'anxiété du marché mondial alimentée par les hausses des taux d'intérêt des banques centrales pour lutter contre l'inflation galopante, plombent le marché boursier de Hongkong déjà à la peine. L'indice Hang Seng, qui suit les grandes entreprises, a perdu plus de 22% depuis le début de l'année, après une chute de 14% l'an passé.

Fondée en 2015, Leapmotor vise le marché des véhicules électriques moyen et haut de gamme, avec une fourchette de prix située entre 150.000 et 300.000 yuans (21.400 et 42.800 dollars). Le marché chinois des voitures électriques est particulièrement compétitif, les fabricants se bousculant pour tirer profit des généreuses subventions à l'achat des gouvernements locaux afin de stimuler l'industrie ces derniers mois. En juillet, le gouvernement chinois a introduit une série de mesures dont l'extension des allégements fiscaux, afin de stimuler les ventes de voitures électriques dans un contexte de ralentissement économique. Des mesures censées soutenir l'économie à un moment où les confinements dus au Covid-19 peuvent frapper à n'importe quel moment dans le pays, freinant l'enthousiasme des consommateurs et la confiance des entreprises. L'année dernière, le fabricant Wuling a vendu 400.000 véhicules électriques de la marque Mini à 4.000 dollars l'engin. La voiture électrique européenne la plus vendue est la Renault Zoe, dont 77.000 exemplaires ont été vendus l'année dernière.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 29/09/2022 à 18:48
Signaler
Question: en 2035 électrique ou dérogation ???

à écrit le 29/09/2022 à 11:24
Signaler
Bah...,entre gros beaufs ! Ouais je sais que ça passera pas mais ça fait du bien !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.