Pourquoi Valeo dégringole en Bourse

 |   |  583  mots
Pour Jacques Aschenbroich, Pdg de Valeo, les perspectives à moyen terme sont solides.
Pour Jacques Aschenbroich, Pdg de Valeo, les perspectives à moyen terme sont solides. (Crédits : Reuters)
L'équipementier automobile français chute fortement en Bourse après la publication de ses résultats semestriels. Le groupe accuse un ralentissement de son activité et anticipe un second semestre incertain. Le groupe reste néanmoins confiant sur ses perspectives de moyen et long terme, et s'attend à un retour de la croissance dès 2019.

Cela commence à faire beaucoup. Avec la forte baisse de ce jeudi 26 juillet (entre 6% et 9% à la mi-journée, le titre a terminé en baisse de 4,69%), la baisse du cours Valeo depuis le début de l'année frôle les 30%. Une véritable contre-performance pour l'ex-star du marché.

La publication des résultats semestriels ont confirmé ce que les marchés redoutaient : la machine à croissance rentable Valeo est en plein ralentissement. Au premier semestre, le chiffre d'affaires a augmenté de 9%, mais à périmètre constant, la progression n'est que de 5%. Le résultat net, lui, s'inscrit carrément en baisse de 10%. Pis encore, le groupe abaisse ses prévisions au second semestre, « ...alors qu'il les avait confirmées trois mois plus tôt », notent, surpris, les analystes de Bryan Garnier, cités par l'AFP.

« Il semble que 2018 sera une année de transition plus complexe que ce que le groupe avait initialement anticipé », ajoute le broker qui a abaissé sa recommandation d'acheter à neutre.

Bonne trajectoire, malgré les turpitudes "exogènes"

Chez Valeo, on maintient pourtant les objectifs à long terme, arguant que malgré les turpitudes conjoncturelles, les résultats restent dans la trajectoire. Ainsi, la marge opérationnelle reste stable à 7,7%... Et ce, malgré les « vents contraires » comme les droits de douane issus de la guerre commerciale initiée par Donald Trump, mais également la hausse des matières premières. « Nous avons compensé ces facteurs exogènes par notre efficience opérationnelle », a souligné Jacques Aschenbroich, Pdg du groupe. Mais cette bonne résistance de la marge opérationnelle a ses limites puisque Valeo a prévenu qu'elle sera impactée sur l'ensemble de l'exercice, et qu'elle sera « légèrement inférieure à celle de 2017 ».

Même les prises de commandes sont en retrait au premier semestre. Elles passent de 14,9 milliards à 14 milliards, alors même que la part des produits innovants est passée de 42 à 48%. Autrement dit, la baisse en volume est plus forte.


Lire aussi : Bourse : quelles nouvelles du match Valeo contre Faurecia ?

Mais Jacques Aschenbroich l'assure, le carnet de commandes est plein. Il est d'ailleurs équivalent à deux fois le chiffre d'affaires, voire plus de trois fois en Chine. Pour Robert Charvier, directeur financier, « c'est en 2019 que nous anticipons un retour à une croissance à deux chiffres ». À cet effet, Valeo a investi dans les capacités de production afin d'être en mesure de répondre à cette croissance.

Une coentreprise d'avenir

Il s'agit pour Valeo de se placer dans une perspective de moyen-terme et surtout de long-terme. C'est d'ailleurs pour cela que la direction a lourdement insisté autour de la coentreprise Valeo-Siemens (que le Français intégrera entièrement en 2022). Cette branche doit faire de Valeo le leader mondial des technologies électriques.

Créée fin 2016, elle engrange déjà les prises de commandes. Le carnet s'élève déjà à 11 milliards d'euros, et tout porte à croire que cela va s'accélérer. En attendant, la « jv » pèse comptablement puisque la marge opérationnelle avec la quote-part des sociétés mises en équivalence, baisse de 8 à 7,4%. « On ne créé pas une coentreprise comme celle-ci sans engranger de pertes au début », assume Jacques Aschenbroich.

Pour résumer, Valeo n'est pas encore sorti de cette mauvaise séquence avec les marchés, et les résultats semestriels confirment le ralentissement de la dynamique qui a fait le succès de Valeo ces cinq dernières années, malgré le rebond du deuxième trimestre. En revanche, les perspectives à moyen et long terme, les perspectives restent solides.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/07/2018 à 16:00 :
Je ne m'en fais pas du tout pour valéo, une boîte solide qui doit être bien gérée sauf sur le plan financier.

LE problème des marchés financiers c'est que l'argent étant de plus en plsu accaparé par les paradis fiscaux il y en a de moins en moins pour l'investissement leurs propriétaires ne voulant plus que des valeurs sûr or Valeo est une valeur sûr mais a aussi sa valeur réelle que la finance à transformé de ce fait en spéculation.

Du coup hausses et baisses sans queue ni tête ne peuvent plus que caractériser la bourse devenant encore plus parasite qu'avant pour l'économie réelle puisque ne reposant sur rien, quelques frémissements et tout le monde s'affole dans un sens ou dans l'autre...

Le problème n'étant pas l'objet mais la convoitise de l'objet: "Tout est bruit pour celui qui a peur" Sophocle

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :