Sortie de route pour Ferdinand Piëch (Porsche) ?

 |   |  209  mots
Ferdinand Piëch avait démissionné de la présidence de Volkswagen à la suite d'un conflit avec l'ex-président du directoire Martin Winterkorn en avril 2015
Ferdinand Piëch avait démissionné de la présidence de Volkswagen à la suite d'un conflit avec l'ex-président du directoire Martin Winterkorn en avril 2015 (Crédits : FABIAN BIMMER)
L'ex-président du conseil de surveillance de Volkswagen Ferdinand Piëch risque de perdre son siège au conseil de surveillance chez Porsche, selon presse allemande.

Ferdinand Piëch, l'ex-président du conseil de surveillance de Volkswagen , pourrait bien perdre son siège chez Porsche SE , rapporte le Bild am Sonntag. Les actionnaires de Porsche SE se prononceront sur la future composition du conseil de surveillance de la holding à l'occasion de l'assemblée générale annuelle du 30 mai. La liste définitive des candidats doit être bouclée d'ici la mi-avril et si Wolfgang Porsche et Hans Michel Piëch, le frère de Ferdinand, y figurent ce n'est pas le cas de ce dernier, ajoute Bild am Sonntag, citant une source proches du dossier.

Un porte-parole de Porsche SE, qui détient 52% des droits de vote de Volkswagen, a dit que la composition définitive du conseil de surveillance n'avait pas encore été décidée. Ferdinand Piëch n'était pas joignable dans l'immédiat. Il avait démissionné de la présidence de Volkswagen à la suite d'un conflit avec l'ex-président du directoire Martin Winterkorn en avril 2015. Volkswagen avait fait savoir le mois dernier qu'il étudiait des mesures à l'encontre de Ferdinand Piëch à la suite d'informations suivant lesquelles il avait accusé des membres du conseil de surveillance de n'avoir pas réagi au scandale des tests d'émissions polluantes aux Etats-Unis.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/03/2017 à 13:37 :
Mégalo ? Sans doute ! Parano : peut-etre .
Mais ne faut il pas l'etre à ce niveau ?
Quand on voit ce qu'il a fait d'AUDI en partant d'une AUDI 50 , clone de VW Polo : on regrette infiniment qu'il n'y ait pas eu un homme de cette trempe chez Peugeot pour faire la meme réussite avec Talbot !
Réponse de le 13/03/2017 à 16:01 :
C'est vrai que Peugeot depuis 1980 n'a pas eu les dirigeants qu'il méritait et des choix approximatifs, depuis 1990 aucun pick-up ni 4x4, pendant 27 ans en laissant un boulevard à toyota.
Et abandonner la propulsion en donnant la place à Mercédès et Bm.
Pour Simca Talbot, j'ai pas d'idées, le niveau en gamme n'a pas été fait et c'est dommage, il y avait la place pour des petits coupés cabriolets inexistants sur le marché.
a écrit le 12/03/2017 à 19:10 :
Au sein des multinationales comme au sein des Etats le silence est la Loi.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :