Tesla se lance dans de nouveaux projets industriels malgré les difficultés

Le constructeur automobile fondé par Elon Musk veut ouvrir une nouvelle page de son histoire en divulguant la deuxième partie de son "grand plan secret". Le groupe veut désormais construire des camions et des bus, et réaffirme son objectif de faire de l'autonomie sa priorité absolue. L'homme d'affaires veut aller plus loin en faisant de Tesla un groupe intégré sur diverses technologies ayant trait aux énergies alternatives. Un business model qui pose de nombreuses questions aux investisseurs alors que Tesla affronte de nombreuses difficultés notamment industrielles...
Nabil Bourassi

5 mn

Elon Musk veut redessiner la configuration de Tesla, mais en a-t-il les moyens?
Elon Musk veut redessiner la configuration de Tesla, mais en a-t-il les moyens? (Crédits : © Toru Hanai / Reuters)

Si n'importe quelle autre société cotée avait une stratégie aussi floue que celle de Tesla, les investisseurs auraient sûrement déjà réagi. Mais comme il s'agit de Tesla, ils font preuve de mansuétude. Même si la chute du titre le 21 juin dernier pouvait être reçue comme un avertissement, alors que Tesla annonçait le rachat de Solar City pour 2,6 milliards de dollars.

Des camions et des bus signés Tesla ?

Cette nuit, Elon Musk a dévoilé le second volet de son "grand plan secret". Il s'agit de diversifier Tesla dans les camions, et le transport urbain (des bus). Ces deux projets sont au début de leur développement, mais l'homme d'affaires promet de montrer les premières esquisses du projet, l'année prochaine. Le camion doit permettre "une réduction importante du coût du transport de fret, tout en augmentant la sécurité", écrit Tesla dans un communiqué.

Tesla veut également révolutionner le concept du transport urbain en lançant un bus à taille réduite, accessible aux fauteuils roulants, poussettes et vélos. Ce bus pourrait être appelé à l'aide d'un simple bouton installé dans des abribus.

Mais ce projet ne s'arrête pas là. La priorité pour Tesla est de généraliser l'autonomie à tous ses modèles. D'après Elon Musk, l'autonomie sera la clé de voute d'un nouveau business model de la voiture qui permettra le car-sharing (la voiture partagée).

De l'autonomie au car-sharing, un nouveau business-model

"Vous pourrez ajouter votre voiture à la flotte partagée de Tesla et générer des revenus pendant que vous êtes au travail ou en vacances", indique Elon Musk. Et d'ajouter : "dans les villes où la demande (de véhicules partagés) excède l'offre de voitures détenues par des consommateurs, Tesla opèrera sa propre flotte".

Pour Tesla, pas question de reculer sur la voiture autonome malgré l'enquête sur un accident mortel impliquant son système autopilot. "Cela n'aurait pas de sens de désactiver autopilot de Tesla, comme certains appellent à le faire", a expliqué Elon Musk. Il a réitéré sa volonté de faire de rendre son dispositif d'autonomie "dix fois plus sûr que la moyenne des véhicules américains".

Elon Musk en a aussi profité pour ajouter un nouveau modèle à la gamme de voiture Tesla, à savoir un SUV compact.

Des défis supplémentaires...

Un camion, un bus, un nouveau SUV, l'autonomie... Elon Musk, comme à son accoutumée, déborde de projets. La construction de ces nouveaux modèles donnerait une nouvelle dimension à Tesla. L'ouverture des réservations de la Model 3, avec plus de 300.000 commandes, a permis de vérifier le rayonnement commercial intact de la marque Tesla. La marque californienne reste synonyme d'innovations et de technologie de rupture, sans parler de sa dimension écologique. Elle profite également de l'aura de son fondateur, visionnaire et avec un sens inné de la disruption.

Sauf que les investisseurs sont de moins en moins impressionnés par les sorties fracassantes d'Elon Musk. Ils ont été particulièrement échaudés par le raté des objectifs de production au premier semestre 2016, et ne croient plus en la promesse de la marque de gagner (enfin) de l'argent cette année. Certains analystes émettent également des doutes quant à l'objectif des 500.000 voitures à horizon 2018. Pour rappel, Tesla n'a produit que 90.000 voitures en 2015... Ils ont en tête les débuts laborieux du Model X, le SUV, lancé en 2015.

La pertinence du modèle pas encore démontré

Il semblerait que les process industriels semblent être le talon d'achille de Tesla ce qui le handicape fortement pour suivre la cadence folle imposée par Elon Musk. Sans compter le fait qu'étant toujours déficitaire, Tesla a constamment besoin de cash (le groupe a déjà récolté plus de 4,5 milliards de dollars en six ans sous forme d'augmentation de capital).

| Lire aussi : Tesla, le doute s'installe...

Les investisseurs sont d'autant plus déboussolés que Tesla a cassé sa tirelire pour racheter SolarCity, une société-sœur (tenue par le cousin d'Elon Musk) pour 2,7 milliards de dollars. Autrement dit, autant d'argent qui aurait pu servir à augmenter ses capacités de production. A cela, il faut ajouter les baisses de prix de l'actuel catalogue...

En réalité, Elon Musk veut transformer Tesla en un groupe intégré centré sur les énergies renouvelables et qui irait de la production de batteries, en passant par les panneaux solaires voire à la production d'électricité, et la production de voitures électriques. Tesla veut pouvoir fournir une offre complète aux consommateurs (mais surtout aux entreprises) : installer des panneaux solaires sur le toit qui rechargeraient des batteries, qui alimenteraient la borne de recharge de la voiture électrique. D'ailleurs la raison sociale de la société qui était Tesla Motors sera désormais simplement Tesla.

Mais il ne suffit pas de dessiner un schéma qui aurait une cohérence commerciale. Il faut dégager des synergies industrielles et trouver des dénominateurs communs dans les process industriels surtout dans un secteur aussi capitalistique que l'automobile.

La fin de l'état de grâce ?

La priorité des investisseurs aujourd'hui c'est que Tesla gagne enfin de l'argent dans sa configuration actuelle. Pour l'heure, les investisseurs continuent d'accorder du crédit à Elon Musk. Tesla est toujours valorisé près de 29,8 milliards de dollars en Bourse, soit trois fois le groupe PSA qui produit pourtant 30 fois plus de voitures...

Certains soupçonnent Elon Musk de faire diversion avec ce grand projet secret, au moment de cette affaire très délicate où un homme est mort en conduisant une Model S en ayant activé l'autopilot. En tout état de cause, les investisseurs n'en sont plus aux grandes déclarations, et les prochains mois seront cruciaux pour Tesla qui ne devra pas seulement faire de grandes annonces mais produire des chiffres précis et à la hauteur des ambitions de son flamboyant patron.

Nabil Bourassi

5 mn