Tesla Model 3 : le défi industriel de trop pour Elon Musk ?

 |   |  685  mots
Tesla Model 3 affichera un prix d'environ 35.000 euros, il sera lancé fin 2017 aux Etats-Unis, et courant 2018 en Europe.
Tesla Model 3 affichera un prix d'environ 35.000 euros, il sera lancé fin 2017 aux Etats-Unis, et courant 2018 en Europe. (Crédits : HANDOUT)
En lançant Model 3, Tesla veut changer de dimension. Le constructeur de voitures électriques de luxe s'est toutefois imposé des délais extrêmement courts, mais qui ne semblent pas l'effrayer... Les marchés ont l'air prêts à soutenir cette ambition, sans pour autant signer un chèque en blanc à Elon Musk.

Jusque-là, Tesla et encore moins Elon Musk, son flamboyant fondateur, n'ont jamais reculé devant aucun défi technologique ! Aujourd'hui, en revanche, le constructeur de voitures électriques de luxe californien doit faire face à un défi d'un autre genre, celui de la montée en cadence industrielle.

La "gigafactory" du Nevada

En lançant Model 3 à 35.000 dollars, quasiment deux fois moins cher que les Model S et Model X, Tesla a clairement signifié sa volonté de passer à une production de masse avec l'objectif de multiplier sa production par cinq. A cette fin, Tesla a lancé dès 2014 la construction dans le Nevada d'une « gigafactory » (usine géante) de 5 milliards de dollars. Cette usine sera réservée à la fabrication de batteries électriques. Il s'agit d'une part de sécuriser l'approvisionnement en batteries lithium, indispensables pour équiper les voitures électriques, mais également d'abaisser le coût de production de celles-ci d'un tiers grâce aux économies d'échelle.

En parallèle, le constructeur est également en train de redimensionner son usine de construction de voitures basée à Fremont, au bord de la baie de San Francisco. Celle-ci doit atteindre ce fameux objectif de 500.000 unités par an dans des délais record, contre 90.000 unités espérées cette année. Une ambition folle qui nécessite une expertise industrielle et logistique affutée. D'autant plus folle que la mise en service de ces deux sites vient d'être avancée de deux ans à 2018 !

La gageure de délais trop courts

Il faut dire que le Model 3, dévoilé début avril, a déjà enregistré près de 400.000 réservations. Attendu fin 2017 aux Etats-Unis, et courant 2018 en Europe, Tesla veut être capable de répondre à la demande. Sauf qu'avec ses capacités actuelles, la firme risque de se retrouver rapidement submergée de commandes insatisfaites.

L'usine actuellement en construction dans le Nevada et celle de Fremont n'ont donc pas le choix et doivent donc accélérer. L'enjeu pour Tesla est donc de tenir les délais sur la mise en place des process industriels, la mise au point des systèmes de production que ce soit de la robotique ou de l'informatique, mais également la formation des 6.500 personnes qui travailleront sur le site, et tout cela avec le souci d'une production de qualité. Une gageure !

Il s'agit également d'éviter les mêmes errements industriels qui ont émaillé le lancement de Model X (photo ci-dessous), le SUV de la marque : retards industriels, défauts de qualité provoquant des rappels... Les deux responsables du programme viennent d'ailleurs d'être remerciés.

Model X

Les marchés moins indulgents avec Elon Musk

Le défi est également critique dans la mesure où Tesla ne dispose plus d'une ligne de crédit illimitée. En 2015, les marchés ont commencé à se méfier de cette marque qui les avait tantôt séduits avec ses produits innovants et son positionnement disruptif, mais dont les bénéfices n'ont encore jamais été au rendez-vous. Au premier trimestre, la société a encore accusé un creusement de ses pertes à 282 millions de dollars, contre 154 millions un an auparavant. Tesla pouvant néanmoins se prévaloir de ventes en forte hausse (+45% à 1,6 milliard de dollars).

Certes, l'incroyable succès du Model 3, a redonné une légitimité aux promesses de l'audacieux Elon Musk. D'autant que ces 400.000 réservations ont été accompagnées d'une avance de 1.000 euros chacune, soit une ligne de financement de 400 millions d'euros qui permet à Tesla de se passer en partie des marchés et des banques.

2.000 unités en 2012, 500.000 en 2018 ? "Même pas peur!"

Chez Tesla, on rappelle également que l'usine de Fremont est passée de 2.000 unités en 2012 à 50.000 en 2015, avec un objectif de 90.000 en 2016. Autrement dit, les 500.000 unités en 2018 ? « Même pas peur ! »

En attendant, les marchés ont accordé un répit à Tesla. L'action a grimpé depuis février passant d'un plus bas de 143 dollars à 257 dollars début avril au moment de l'annonce du Model 3. Depuis, l'action a toutefois reflué pour s'établir à 211 dollars aujourd'hui. Une façon de dire qu'Elon Musk ne dispose pas d'un chèque en blanc...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/05/2016 à 20:05 :
Si le défi était trop grand, Musk n'aurait certainement pas annoncé les 500.000 unités annuelle 2 ans à l'avance..
Le problème majeur du modèle X était ses portes arrières, Musk lui même a annoncé que c'était une erreur. Sans ça, le modèle aurait pu se vendre bien moins cher et bien plus tôt, erreur de jeunesse pour une société vieille de 10ans.
Sans parler du fait que les modèle S et X n'étaient pas développés pour être facile à créer.
Le modèle 3 a été repensé intégralement pour être spécifiquement plus facile à assembler. Donc pour ce qui est d'augmenter la vitesse de production, pas de problème.
Aussi, les deux responsables n'ont pas été remerciés comme vous dites, un des deux a lui même demandé un congé sabbatique après plusieurs années à gérer la production.
J'imagine que c'est probablement la méfiance envers Tesla qui a poussé Panasonic à doubler son investissement dans la gigafactory, plus durant le dernier quart que depuis le début de la construction?
Et on appelle ça du journalisme .. ? :/
a écrit le 13/05/2016 à 8:46 :
L'Amerique est le seul pays a avoir de tels chefs d'entreprise et de semblables initiatives.
Gageons qu'il reussisse.
a écrit le 12/05/2016 à 23:10 :
"...une voiture présentée en images de synthèse..."

Les 125,000 premiers 'acheteurs' ont réservé leur Model 3 sans savoir ce qu'ils achetaient. Puis il y a eu le dévoilement. Et les réservations ont atteint les 400,000. Mais la voiture existe bel et bien en 'chair' et en 'os'. Ceux qui étaient présent au dévoilement ont pu faire une petite balade dans la voiture.
a écrit le 12/05/2016 à 19:07 :
Le Sud-Africain Musk est obligé de réussir avec Tesla, entreprise qu'il n'a pas créée, comme il l'est, aidé par la Nasa pour ses autres activités. Il faut bien financer à perte des pompiers si l'on ne veut pas voir toute la maison brûler. Musk est un pompier dont le système basé sur un schéma Ponzi a le devenir de réussir ou de finir en clash important. Aux USA, Ford, GM et Harley Davidson pour ne citer que ces marques emblématiques, sont en faillite. Chrysler a déjà fait faillite, repris par Fiat, l'ensemble étant à son tour dans une situation intermédiaire tant il est peu probable que les difficultés ajoutées de Fiat et de Chrysler se résolvent par une fusion. Dans les secteurs connexes Caterpillar, Deere et Goodyear devront très sérieusement revoir leur copie. On comprend donc que les pompiers soient les bienvenus pour tenter de trouver des solutions à ce tableau peu brillant. La perte des quelques investissements, en effet de levier sur Musk ne sont rien comparés à ce que serait la déroute systémique de l'industrie si elle venait à s'écrouler. Ici Tesla a l'avantage de ne pas avoir à payer les retraites des millions de travailleurs de l'automobile américaine, dite glorieuse, du passé. Le groupe est un substitut évident à la perte d'affect envers les anciennes marques dans l'esprit du public. Une renaissance qui doit forcément grandir et rendre fier pour permettre d'oublier les désagréments pouvant survenir ailleurs.
Réponse de le 13/05/2016 à 8:26 :
Très bon commentaire, car c'est bien la réalité
Réponse de le 13/05/2016 à 12:55 :
Comment peut-on dire autant de bêtises en si peu de temps!
"Aux USA, Ford, GM et Harley Davidson pour ne citer que ces marques emblématiques, sont en faillite."
Une faillite aux US une fois déclarée a un statut juridique et est publique!
Suite à une faillite déclarée, tout change.
Lamentable d’ânerie!
a écrit le 12/05/2016 à 11:05 :
"Une voiture présentée en images de synthèse...". N'importe quoi! D’où tenez-vous vos sources? Ça c'est du journalisme!
a écrit le 12/05/2016 à 8:42 :
Petite rectification, le model 3 n'est pas qu'un projet virtuel (une voiture présentée en images de synthèse, pas livrable avant fin 2017) mais bien un véhicule qui a été testé sur route par une poignée de journaliste.
a écrit le 12/05/2016 à 7:29 :
Attention, le model 3 n'est pas qu'une voiture conceptuelle. Lors de sa présentation elle a aussi été essayée sur route par certains journalistes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :