Un 4x4 pour remplacer la Smart, le pari d'Ineos à Hambach

Ineos Automotive, filiale du groupe britannique de pétrochimie Ineos, est candidate pour la reprise de l'usine Smart à Hambach (Moselle). Mais le site lorrain semble surdimensionné pour son projet de 4x4 utilitaire, sur un marché à faibles volumes.
Ineos Automotive envisage de produire son futur 4x4, le Grenadier, sur le site de l'usine Smart à Hambach (Moselle).
Ineos Automotive envisage de produire son futur 4x4, le Grenadier, sur le site de l'usine Smart à Hambach (Moselle). (Crédits : DR)

Le Grenadier va-t-il remplacer la Smart à Hambach ? Cinq jours après l'annonce par Mercedes de la vente de l'usine de la micro-citadine, le groupe britannique Ineos apparaît tel un potentiel repreneur inattendu et incongru. L'industriel Jim Ratcliffe, dirigeant d'un consortium de 23 000 salariés (61 milliards de dollars soit 54 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2019 pour Ineos Group, non coté en bourse), a décidé de se lancer dans la production automobile. Sa filiale Ineos Automotive envisage, depuis 2017, de construire un successeur du Defender, le légendaire 4x4 utilitaire dont Land Rover a cessé la production en janvier 2016. Le projet d'Ineos Automotive, baptisé Grenadier, a été présenté début juillet à l'état de prototype. Sa carrosserie reprend l'aspect utilitaire et les lignes à angles vifs du Defender, mais sa mécanique est inédite. Ineos annonce un partenariat avec BMW pour les moteurs à 6 cylindres en ligne essence ou diesel. L'allemand ZF et l'autrichien Magna Steyr fourniraient les transmissions (automatique huit rapports) et l'ingénierie mécanique. Le rythme de production prévisionnel de ce solide 4x4 s'établit à 25.000 unités par an, pour un prix de vente à partir de 50.000 livres (55.000 euros, hors malus). Après la petite Smart, dont les promoteurs vantaient les vertus écologiques, les défenseurs de l'environnement apprécieront.

La Lorraine au détriment du Pays de Galles et du Portugal

Le projet initial d'Ineos Automotive devait comprendre deux sites de production à Bridgend (Pays de Galles) pour l'assemblage sur 23.000 mètres carrés et à Estarreja (Portugal) pour les carrosseries, avec des mises en service annoncées en 2021. Les travaux de terrassement à Bridgend ont été suspendus à l'annonce du projet de reprise de l'usine Smart à Hambach. Les deux nouvelles usines auraient créé un millier d'emplois dans les deux pays. "La surcapacité est depuis longtemps un problème majeur dans le secteur automobile", observe Dirk Heilmann, président d'Ineos Automotive, dans un communiqué publié le 7 juillet par l'entreprise. La crise sanitaire du Covid justifie, selon Dirk Heilmann, la remise à plat de toute son organisation. Ineos, qui ne précise pas le périmètre de la reprise des activités à Hambach (1600 salariés) ni le montant de son offre, promet sa décision "au cours des prochaines semaines".

Mercedes-Ineos, un coup joué d'avance ?

"Smart, c'est trop grand pour moi. Je n'étais pas candidat", commente Guido Dumarey, patron du groupe belge Punch, spécialisé dans la reprise de sites industriels automobiles et en lice en 2019 pour le rachat de Ford Blanquefort (Gironde). "Le coup d'Ineos était monté à l'avance et c'est une bonne solution pour Hambach", juge cependant Guido Dumarey. "Jim Ratcliffe est l'un des sponsors de Mercedes en Formule 1. Il possède déjà des liens privilégiés avec Daimler".

En Moselle, les réactions sont plus prudentes. L'usine Smart a été calibrée lors de sa construction en 1997 pour produire jusqu'à 200.000 voitures par an. Elle vient d'être agrandie par Mercedes, qui prévoyait le réaménagement complet des chaînes d'assemblage en prévision du lancement de deux nouveaux modèles SUV électriques dans sa gamme EQ. Le chantier est quasiment terminé (500 millions d'euros d'investissement) au moment où Mercedes abandonne le projet en Lorraine et réfléchit à la relocalisation de sa gamme EQ. Avec 70.000 mètres carrés d'extensions, Hambach semble surdimensionnée pour les 25.000 voitures/an prévues par Ineos. "La seule chose qui m'intéresse chez Ineos, c'est l'impact de son offre de reprise en matière d'emplois. Nous allons très vite chercher cette information", prévient Roland Roth, président de la communauté d'agglomération de Sarreguemines. Mario Mutzette, délégué syndical CFE-CGT chez Smart, se déclare "méfiant". A Hambach, Smart et ses partenaires industriels totalisent 600 emplois en excédent par rapport aux projets d'Ineos Automotive au Pays de Galles et au Portugal.

La prochaine génération de la Smart sera produite en Chine par Mercedes en partenariat avec l'industriel local Geely, qui détient 9,7 % des parts de Daimler. A Hambach, une nouvelle réunion du comité social économique (CSE) est prévue ce jeudi 9 juillet.

Lire aussi : La vente de l'usine Smart, dernier choc d'une histoire mouvementée

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 10/07/2020 à 9:55
Signaler
Pourquoi pas... il est certain qu'il serait préférable de trouver un repreneur avec un projet plus ambitieux, mais entre ça et la liquidation pure et simple de l'usine d'Hambach, le choix est vite fait.

à écrit le 09/07/2020 à 22:35
Signaler
Outre-Manche, la polemique est que Ineos prevoit de fabriquer le Grenadier ici en France, le grand ennemi, plutot qu'au Pays de Galles. Vous francais qui critiquent cette possibilite devrait reflechir et s'informer avant de critiquer. Brexit et l'arr...

à écrit le 09/07/2020 à 10:48
Signaler
Encore un coup foireux bibironne à coup de subventions pour un marché de niche devenu ultra confidentiel. Le mythique Land Rover du broussard des années 50-60 que j'ai eu l'occasion de conduire en Afrique il y a 40 ans, a disparu depuis bien longtem...

à écrit le 09/07/2020 à 9:00
Signaler
"4x4 utilitaire" Pléonasme puisque le 4x4 devrait seulement être utilitaire, il n'y a que la cupidité marchande qui en a fait un véhicule de consommation courante.

à écrit le 09/07/2020 à 7:37
Signaler
D'un pot de yahourt à un camion individuel 36T, en pleine preoccupations ecologiques, that is provocation comme disait l'autre, this is not a method !

à écrit le 09/07/2020 à 4:16
Signaler
Grenadierfish, c'est tout de suite plus serieux. Le terme grenadier est emprunte au francais et date de napo le corse. Quoiqu'il en soit cette affaire de reprise flaire bon l'arnaque. Ce type de bagnole ne se vent plus, sauf aux gens de montagnes et...

à écrit le 08/07/2020 à 22:38
Signaler
L'usine sera reprise pour une bouchée de pain, subventions publiques déduites, et effort de Daimler qui évitera ainsi de liquider directement. La production sera confidentielle et dans un an les lignes de production sont transférées en pays low cost ...

à écrit le 08/07/2020 à 19:36
Signaler
Un 4x4, cela peut être utile, mais plus trop dans l'air du temps. Un 4x4 électrique? Vu l'engin, il va en falloir des batteries.

à écrit le 08/07/2020 à 18:07
Signaler
C'est le véhicule idéal pour que le Domaine Public n'est plus a s'occuper du bon état des voiries et donc de faire de substantielles économies!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.