Voiture autonome : « Arrêtons de rêver de technologies hors-sol »

 |   |  1285  mots
Selon Anne-Marie Idrac, une voiture totalement autonome, en toutes circonstances, par tous les temps, ne verra probablement jamais le jour.
Selon Anne-Marie Idrac, "une voiture totalement autonome, en toutes circonstances, par tous les temps, ne verra probablement jamais le jour". (Crédits : DR)
INTERVIEW. Un an après avoir rendu un rapport sur le développement du véhicule sans conducteur, Anne-Marie Idrac fait état de projets plus pragmatiques qui pourraient davantage concerner les acteurs des transports publics.

LA TRIBUNE - Il y a encore un an et demi, la voiture autonome était dans la bouche de tous les constructeurs automobiles. Aujourd'hui, on n'en entend quasiment plus parler. Que s'est-il passé ?

ANNE-MARIE IDRAC - C'est indéniable... Il y a eu un atterrissage de tous les acteurs de la voiture autonome sur ce qui avait été promis et sur ce qui sera possible de faire. On arrête de rêver de technologies hors-sol, on parle désormais de choses utiles, concrètes et pragmatiques. Par exemple, l'hypothèse d'une voiture totalement autonome, en toutes circonstances, par tous les temps, ne verra probablement jamais le jour. Le patron de Waymo luimême a émis des doutes. Ce changement d'approche est fondamental parce qu'il modifie le modèle économique qui avait été esquissé pour la voiture autonome. On sera sûrement dans l'incrémental, c'est-à-dire que le modèle sera davantage tourné vers les cas d'usage. Là, il y a effectivement un marché.

Que voulez-vous dire ? Il est vrai que, jusqu'à présent, la martingale était la possibilité de faire de la voiture autonome un nouvel espace pour diffuser des contenus, ce qui intéressait les Gafa très impliqués dans cette technologie...

Jusqu'ici, les...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/05/2019 à 23:11 :
D'ou est venu cette idee au tout premier lieu? Certainement pas du cote du public, les conducteurs. Personne ne veut ces vehicules autonome, un grand divertissement de ce qui compte - reduire dependendacne sur les carburants. Personne qui conduit veut un self driving car. Point.
a écrit le 01/05/2019 à 15:04 :
Il est vrai que son cursus la prédispose particulièrement à avoir un avis technique pertinent sur le sujet.....allez patron, un autre petit blanc....
a écrit le 01/05/2019 à 12:02 :
tant que les routes seront empruntées par n'importe qui, n'importe quoi et n'importe comment, les chances d'avoir des véhicules véritablement autonomes sont quasi-nulles, en revanche les trains et autres avions pourraient être "sans conducteurs" et ce, depuis belle lurette, merci à la CGT de forcer la SNCF et la RATP à garder des inutiles !
Réponse de le 02/05/2019 à 1:37 :
Et bien voici un commentaire qui a le mérite d’être clair et concis ...oustt...dehors les damnés de la terre, sur les rails ! vous serez plus utiles à les entretenir NOS rails !!!
a écrit le 01/05/2019 à 11:39 :
pendant ce temps là :
- Tesla veut déployer des taxis autonomes dès 2020
- Waymo va ouvrir une usine d’assemblage de véhicules autonomes à Detroit
- Waymo a pris les devants fin 2018 en lançant son service de taxis autonomes, baptisé «Waymo One» pour bien souligner le statut de pionnier de la filiale de Google.
a écrit le 30/04/2019 à 15:00 :
Ce qui serait sympa c'est une petite bagnole de type première Twingo, R5, etc. qui ne consommerait que 2,5litre. Evidement ces voitures adaptées pour aux petits trajets du quotidien seraient allégées avec une vitesse limité à 110 et dépourvue de tous les bidules à la mode. Quant à la pollution c'est une fonction de la consommation donc que du bonheur et pitié à part un ordinateur pour la gestion du moteur aucun bidule excepté le p'tit chauffage et un autoradio. Je sais, les Allemands ne veulent pas, ils sont encore sur des camions limités à 250 et de 300 CV..
a écrit le 30/04/2019 à 13:38 :
Oui tout à fait comme le train autonome ...alors qu’on injecte des milliards dans la recherche à l’automatisation qui ne verra jamais le jour,on laisse des voies SNCF en piteux état et dès train digne du moyen âge.
Certain technocrate bien assis sur leurs bureau feraient mieux de descendre quelque fois sur le terrain et voyant leur personnel se donnant à fond pour leurs clients avec le peu de moyens qu’ils ont (climatisation HS dans beaucoup de trains ,voie dégradé donc trains ralentie ou en retard à cause de signaux défaillant).
Arrêtons de voir trop loin et voyont au présent.
arrêtons de gaspiller notre argent a des projets fou comme l’hyperloop etc...
les gens veulent des trains propre qui fonctionnent et à l heure!
Réponse de le 01/05/2019 à 11:55 :
des trains qui s'arrêtent chez moi et qui m'amènent directement à l'usine ?
a écrit le 30/04/2019 à 8:50 :
Il y a en effet bien plus urgent: le passage à l'électrique et le financement de l'infrastructure de recharge en ville. Et si on veut utiliser intelligemment les capteurs en tous genre, équipons les véhicules afin de sécuriser la conduite en mode classique. Tout ça sera un grand pas vers la sécurité, l'écologie et la lutte contre la pollution sonore. Et, by the way, pour régler le problème des excès de vitesse, il suffit que les véhicules soient leur propre radar.
a écrit le 30/04/2019 à 8:40 :
Que cette phrase est agréable à entendre, merci !

Précisons par contre que si un jour l'intelligence artificielle, la vraie, est inventée on pourra peut être se diriger ves des voitures effectivement autonomes sinon malgré toute la technologie possible et imaginable la machine n'est pas capable d’appréhender l'aléa et les priorités comme le cerveau humain le fait si bien.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :