Voiture autonome : la stratégie de la France tient-elle la route ?

 |   |  1079  mots
Près de 200.000 km de routes en voiture autonome ont déjà été effectuées en France entre 2015 et 2018.
Près de 200.000 km de routes en voiture autonome ont déjà été effectuées en France entre 2015 et 2018. (Crédits : PSA)
Le gouvernement veut s'appuyer sur le rapport d'Anne-Marie Idrac pour créer les conditions d'un ancrage de la technologie de la voiture autonome sur le territoire français. Dans un contexte de concurrence mondiale exacerbée, les mesures du gouvernement se bornent toutefois à un aspect très réglementaire. Il se trouve que les industriels français ont déjà posé les jalons d'une stratégie R&D très ambitieuse.

Une véritable révolution d'innovation en France ? Le gouvernement a sorti lundi 14 mai sa feuille de route pour faire de la voiture autonome une priorité nationale. Anne-Marie Idrac a mené une réflexion afin de faire évoluer le droit français de manière à accueillir la R&D de la voiture autonome sur le territoire national.

L'Hexagone n'est pas en retard

En réalité, cette R&D existe déjà puisque tous les constructeurs automobiles français, et pas seulement, puisque les équipementiers automobiles travaillent sur le sujet depuis fort longtemps, ont posé les jalons d'une stratégie sur la voiture autonome.

Lire aussi : Ce que l'IA change dans l'auto : l'ère de la voiture autonome

"Nous ne sommes pas en retard, mais il y a une concurrence mondiale et il ne faudrait pas que nous nous mettions en retard", nuance un porte-parole du Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA).

Ainsi, si le gouvernement transpose dans la loi les recommandations du rapport Idrac, les constructeurs et autres équipementiers pourront obtenir des autorisations dès le début 2019 afin de faire rouler des véhicules totalement autonomes sur le territoire national. Selon Solën Guezille, avocate associée au cabinet Chatain & Associés, "la France irait alors plus loin que ce qui est désormais autorisé en Allemagne en admettant une expérimentation des véhicules de niveau 5, c'est-à-dire en l'absence de conducteur, là où l'Allemagne a autorisé le conducteur a retiré ses mains du volant et à regarder ailleurs que sur la route".

Une administration déjà bienveillante

Chez les constructeurs, on se félicite également de la perspective de mener ses expérimentations y compris dans les agglomérations, là où il y a le plus d'enjeux de recherche. Solën Guezille rappelle néanmoins que si jusqu'ici, la réglementation portant sur les autorisations à des fins expérimentales de circulation des véhicules à délégation de conduite était tatillonne, dans les faits, l'administration s'est montrée plutôt ouverte sur les délivrances d'autorisation, relativisant ainsi le préjudice d'un hypothétique retard français. Effectivement, les industriels ont déjà cumulé près de 200.000 km de parcours en voiture autonome entre 2015 et 2018, d'après le rapport Idrac.

Pour les industriels, le nombre de kilomètres parcourus est essentiel puisqu'il permet de confronter la partie logicielle à l'infinitude des mises en situation, et ainsi rôder l'intelligence artificielle à prendre les décisions les plus adéquates.

"Il était important de localiser cette expérimentation sur le territoire national, défend-on au CCFA, si on veut conserver les équipes d'ingénieurs de recherches qui travaillent sur ces projets, l'expérimentation grandeur nature est une brique essentielle pour ancrer la voiture autonome comme une technologie 100% française".

Une concurrence mondiale exacerbée

Car la guerre est totale et sans merci sur la voiture autonome. Il n'est pas une puissance industrielle mondiale qui ne s'intéresse à cette technologie. La Chine et les États-Unis ont posé des ressources réglementaires colossales pour prendre le leadership de la voiture autonome. "La Chine réserve des tronçons de 300 km d'autoroutes entièrement dédiés à des voitures totalement autonomes (...) en termes de retour d'expérience industrielle c'est essentiel, mais la Chine frappe les esprits à l'échelle mondiale avec de telles initiatives, il ne faut pas négliger cet aspect de communication", souligne Olivier Ezratti, consultant et auteur de l'ebook "Les usages de l'intelligence artificielle".

"Lancer des projets délirants, c'est là la vraie marque des innovateurs, et la voiture autonome est tout à fait propice à davantage d'audace que ce soit de la part des autorités publiques que de la sphère privée", ajoute le consultant.

Les industriels français sont effectivement confrontés à un déficit de ressources intellectuelles pour la voiture autonome, or c'est le nerf de la guerre. Valeo a fondé un campus de recherche fondamentale afin d'attirer les meilleurs talents.

Sur cet aspect-là, le rapport Idrac est plutôt discret. Il évoque toutefois la nécessité de "renforcer les collaborations" entre les entreprises et les académies et universités "qui ont donné d'excellents résultats". Le rapport suggère néanmoins de créer de nouveaux pôles "pour relever les défis technologiques et scientifiques" à travers "des incitations et des soutiens à des programmes de recherche". Rien de révolutionnaire !

Pas de planification colbertiste !

Sur cet aspect, Bruno Le Maire, le ministre des Finances, s'est contenté d'avoir une approche financière en confirmant que le financement de cette recherche pourra se faire à travers le programme des investissements d'avenir.

Pour Olivier Ezratty, le rapport laisse chaque acteur se débrouiller avec tous ces dispositifs :

"L'État ne prévoit pas du tout d'organiser une filière ou de construire un écosystème qui réunirait les différents acteurs de la filière notamment les startups".

Olivier Ezratty observe également que la question de la 5G n'est pas suffisamment abordée par le rapport. Or, ce réseau télécom est fondamental pour le développement de la voiture autonome.

Pour Anne-Marie Idrac, le rapport ne consiste pas à faire de la planification industrielle colbertiste, mais bien de construire un environnement réglementaire favorable au développement de la voiture autonome. Pour Solën Guezille, ce rapport remplit sa mission au moins pour la phase d'expérimentations :

"Le rapport Idrac pose parfaitement les termes des enjeux juridiques que va poser la voiture autonome. Elle dresse un bilan complet, lequel montre l'ampleur du chantier juridique pour le législateur français en vue de la mise en circulation des véhicules pour le grand public", explique l'avocate.

Un cadre réglementaire appelé à encore évoluer

Car si le rapport Idrac répond à la problématique de la phase expérimentale, l'adaptation réglementaire pour une mise en service légale du grand public sera beaucoup plus complexe.

"Les textes internationaux vont nécessairement évoluer du fait des travaux en cours de la Commission économique pour l'Europe des Nations Unies (CEE-ONU) et notamment la Convention de Vienne à laquelle doit se conformer le Code de la route qui impose, pour l'heure, la présence d'un conducteur en état de reprendre à tout moment le contrôle du véhicule."

Et d'ajouter :

"Il s'agit cependant d'un processus très long, l'Union européenne est donc invitée à établir à court terme un régime transitoire pour que la réglementation ne soit pas un facteur bloquant pour la compétitivité."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/06/2018 à 16:48 :
Espérons que les véhicules sans conducteurs ne seront ni collectifs ni collectivisés à l'instar de la malheureuse expérience des "poubellescars" de Paris.
a écrit le 21/05/2018 à 12:44 :
La stratégie, on ne sait pas mais , la voiture ça serait préférable.
a écrit le 21/05/2018 à 12:01 :
Pourquoi investir dans la voiture autonome, demain, des vélos autonomes pour tous les citadins, Hidalgo comprise. Le vélo autonome, celui qui pédale tout seul, voilà l'avenir. Bon, pour celui qui aura une enclume à promener ça sera difficile, mais ça sera rare.
a écrit le 19/05/2018 à 15:43 :
Encore des vendeurs de rêve avec leur voiture autonome elle viendra aussi te chercher chez toi
Ta juste à lui passer un coup de téléphone et la voiture autonome arrive chez toi
Par contre le jour ou elle va prendre un mur avec vous dans le véhicule faudra lui dire de s'arrêter ce jour-là, mais comment si elle ne veut pas ?


Bref encore du vent vendre le vent :)
a écrit le 19/05/2018 à 15:28 :
Et pas un train autonome ... même de fret
Excepté de rares lignes de metro
a écrit le 19/05/2018 à 13:26 :
L’avenir n’est pas la voiture même autonome, l’humain se déplacera par lui-même ...
Encore 2 ans à attendre...
a écrit le 19/05/2018 à 12:35 :
Autonome ou pas, le mythe, c'est la voiture propriété individuelle ad vitam eternam qui finira par se crasher contre son mur, celui de la raréfaction de l'énergie et de la survie dans un monde qu'on ne peut plus polluer comme hier et maintenant. Si l'était doit investir en R&D c'est dans le développement de nouvelles solutions pour les transports collectifs de demain et du futur, modernes, économes et non polluants, en production comme en utilisation. Et ça ne passe pas par la privatisation de la SNCF, bien au contraire.
a écrit le 19/05/2018 à 10:43 :
Autonome ou pas, le mythe, c'est la voiture propriété individuelle ad vitam eternam qui finira par se crasher contre son mur, celui de la raréfaction de l'énergie et de la survie dans un monde qu'on ne peut plus polluer comme hier et maintenant. Si l'était doit investir en R&D c'est dans le développement de nouvelles solutions pour les transports collectifs de demain et du futur, modernes, économes et non polluants, en production comme en utilisation. Et ça ne passe pas par la privatisation de la SNCF, bien au contraire.
a écrit le 19/05/2018 à 8:07 :
Les « bavures » inévitables au démarrage seront elles compensées par la baisse de victimes liée à la nouvelle limitation de vitesse à 80 km/h ? Hasard du calendrier ou action concertée ?
a écrit le 18/05/2018 à 21:42 :
C'est une utopie. L'état de notre réseau routier est en grande partie dégradé et dans peu de remps hors d'usage et la signalisation au niveau du sol et la signalisation verticale de nos chaussées n'est pas crédible. Normalement si l'argent perçu des radars n'avait pas été détourné par le précédent et le présent gouvernement nos routes seraient en meilleur état.
a écrit le 18/05/2018 à 17:40 :
Il est vital pour l'industrie automobile française qu'elle résolve les problèmes liés à l'autonomie, si elle veut rester concurrentielle.
Néanmoins il est nécessaire qu'au niveau européen, et au niveau mondial, on établise des normes valables mondialement.
a écrit le 18/05/2018 à 16:27 :
Renault s'associe avec microsoft et google (sic s'associe, ils paient oui)... et produit ses véhicule grâce à siemens... ya plus grand chose à faire avec l'achat aux equipementiers de presque tout le reste...Ce sera bientot une coquille vide colonisée de l'intérieur comme dans les films de science fiction dont Alien !!
a écrit le 18/05/2018 à 15:54 :
La voiture autonome est un mythe ( par le responsable du laboratoire de Mines Paris Tech - Arnaud de la Fortelle - X Ponts).
http://www.argusdelassurance.com/acteurs/arnaud-de-la-fortelle-la-voiture-autonome-est-un-mythe.106791
Mais pour La Tribune , comme le dit si souvent Le Canard Enchaîné, la soupe est bonne...
Réponse de le 18/05/2018 à 17:03 :
L'article que vous évoquez indique que la voiture totalement autonome est un mythe, oui, car il y a des cas de circulation compliqués. Mais l'autonome dans des contextes simples est déjà totalement opérationnel.
Si votre voiture conduit déjà à votre place 90% du temps, c'est pas mal, non ?
L'article est donc totalemetn d'actualité, et l'interview que vous indiquez précise les points critiques, qui n'empêchent pas le déploiement de voiture autonomes mais le remplacement complet des conducteurs.
a écrit le 18/05/2018 à 15:23 :
Admettons que la la voiture autonome fonctionne, le gouvernement a-t-il prévu un budget avec des taxes en remplacements des amendes des radars en tous genres, et des diverses taxes et PV qui alimentent le délire pseudo sécuritaire des mairies et des gouvernements successifs.
a écrit le 18/05/2018 à 13:22 :
Réponse : non ! Malheureusement comme dans beaucoup d'autres domaines la France est en train d'emboiter le pas à de nombreux pays/gouvernements/constructeurs/GAFA sur le délire de la voiture connectée & autonome en s'imaginant que ça va régler tous les problèmes provoqués la circulation automobile (sans parler des arrières-pensées genre captures de données personnelles ou contrôle des citoyens). Ce qui bien entendu est aussi utopique que la baisse de la vitesse à 80km/h sur les routes va améliorer la sécurité routière !! Et pendant ce temps là, nos industries foutent le camp, nos hôpitaux n'arrivent plus à soigner, nos écoles à enseigner, nos agriculteurs meurent discrètement dans les campagnes qui se désertifient ...
Réponse de le 20/05/2018 à 11:23 :
@ Aerolithe

Entièrement d'accord avec vous. Généralement la "connexion" a tout prix est loin d’être la solution pour l'avenir de l'homme; Mais ça fait vendre......
a écrit le 18/05/2018 à 10:48 :
non ! pas plus que la politique actuelle
a écrit le 18/05/2018 à 8:53 :
Anne Marie Idrac.la même qui à toucher le même salaire que florence parly à la SNCF.Qui à laissé l'entreprise SNCF tel que vous la connaissez.Et maintenant on arrive avec une voiture autonome qui n'a pas fonctionné au USA(nombreux accidents) et qu'on pense resoudre en France avec l'argent publique de nos impots.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :