Vinci : légère baisse des profits, entrée au capital d'un qatari

 |   |  391  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le géant français du BTP et des concessions a dégagé un bénéfice net de 690 millions d'euros au cours des six premiers mois de l'année, un chiffre en baisse de 6% sur un an. Le chiffre d'affaires dans le BTP devrait reculer de 6 à 7% cette année. Le groupe se dote d'un grand actionnaire venu du Qatar.

Le géant français du BTP et des concessions Vinci a accusé au premier semestre 2009 une baisse de 5,8% de ses profits, passés de 733 à 690 millions d'euros. Le résultat opérationnel sur l'activité a pour sa part reculé de 7,1% sur la période, tombant à 1,36 milliard d'euros. Quant au chiffre d'affaires, déjà publié, il s'est élevé à 15,4 milliards d'euros sur les six premiers mois de l'année, soit un repli de 3,5% sur un an.

"Dans un contexte économique difficile, les entreprises du groupe Vinci ont réalisé une bonne performance d'ensemble au premier semestre 2009. Elle se traduit par une baisse limitée de l'activité et du résultat net, conséquence du rebond du trafic observé sur les autoroutes françaises et de la bonne résistance des marges opérationnelles dans le contracting", a indiqué ce lundi soir le groupe de BTP et de concessions.

Par métier, le pôle contracting a dégagé 302 millions d'euros de profits sur le semestre, soit une chute de 16,6% par rapport à l'an passé. Son chiffre d'affaires s'est replié de 5,9% à 12,9 milliards d'euros. L'activité concessions a contribué à hauteur de 340 millions d'euros aux résultats du groupe, contre 345 millions l'an passé. Mais cela représente une progression de 9,3% à base comparable, alors que le chiffre d'affaires de cette division a augmenté de 0,5% sur la période, à 2,3 milliards d'euros.

Côté perspectives, Vinci "anticipe pour 2009 une légère augmentation des recettes de ses filiales autoroutières et une contraction de l'ordre de 6 à 7 % du chiffre d'affaires de ses activités de contracting, pour lesquels la priorité reste donnée à la protection des marges par rapport au maintien des volumes."  L'activité contracting représente près de 85% des revenus.

Par ailleurs, le groupe annonce l'entrée au capital du groupe qatari Diar. Il devrait devenir le premier actionnaire du groupe après les fonds des salariés qui possèdent 8,2% du tour de table. Il cède le groupe d'ingénierie Cegelec à Vinci et en échange devrait détenir 3% à 5% du capital à terme dans le cadre d'un accord de stabilisation du capital.  Le géant français du BTP et des concessions indique que cette acquisition de Cegelec augmentera le chiffre d'affaires du groupe d'environ trois milliards d'euros et sera profitable à son bénéfice par action - donc relutive - dès l'an prochain.

(retrouvez le communiqué de Vinci).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
les syndicats de Cegelec ont convoqué une conférence de presse ce mardi 1e septembre à 17h à la bourse du travail de St Denis, 9 rue Genin.
Ce rachat intervient à quelques jours du début d'un conflit national majeure dans l'entreprise, et les salariés sont très remontés par les décisions de dénoncer les usages et accords en place chez Cegelec.
Nous ne sommes pas surpris par cette décision de Qatari Diar, en froid avec le directoire actuelle de Cegelec, dans une entreprise qui ne paie plus ses cotisations Urssaf et qui devait trouver 700 + 400 millions d'argent frais (endettement et titrisation) dans une période ou les banques ne prêtent plus. De plus Cegelec a perdu des centaines de millions sur les grands projets, notamment dans la recherche nucléaire et aéroport de Paris
Depuis 40 ans, c'est le 5ème groupe qui rachète Cegelec qui est une source de profits, mais qui a un gros turn-over notamment chez les cadres.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :