Kaufman and Broad renoue avec les bénéfices annuels

 |   |  432  mots
Copyright Reuters
Le promoteur a, sur l'exercice 2010, plus que doublé son résultat opérationnel, à 66,7 millions d'euros.

Après avoir connu un effondrement en 2008, les ventes de logements neufs sur le marché français se sont bien redressées, principalement grâce au dispositif Scellier de soutien à l'investissement locatif, au point que 115.000 à 120.000 ventes auront été réalisées en 2010 en France. Les résultats de Kaufman & Broad sur l'exercice 2010 (clos au 30 novembre) en témoignent : le promoteur affiche certes un chiffre d'affaires quasi étale à 935,7 millions d'euros, mais a plus que doublé son résultat opérationnel à 66,7 millions d'euros et réalisé 18,1 millions de bénéfice net, part du groupe, à comparer à une perte de 29,8 millions en 2009.

La filiale de PAI, qui a vu ses réservations de logements bondir de 38,6% en volume et de 41,3% en valeur, tire aussi les fruits de son repositionnement réalisé en 2009 vers les investisseurs et surtout les "primo-accédants" à la propriété alors qu'il visait avant la crise uniquement les "secundo-accédants", qui revendent un premier bien pour en acheter un neuf. "Investisseurs et premiers acheteurs représentent désormais 85% de notre offre commerciale, note le PDG de Kaufman & Broad, Guy Nafilyan. Nous avons mis sur le marché des appartements plus petits et moins onéreux, accessibles avec un taux d'effort inférieur à 30%. Nos prix moyens n'ont crû que de 2% alors que notre taux de marge brute a progressé de 3,9 points à 17,5%." Mais, signe que la promotion immobilière n'a pas renoué avec le dynamisme d'avant crise, Kaufman & Broad reste loin des performances réalisées en 2007 (1,3 milliard d'euros de chiffre d'affaires, 181,3 millions de résultat opérationnel courant et 84,4 millions de bénéfice net). Le marché des "secundo-accédants" étroitement imbriqué à l'immobilier ancien n'a, de fait, que faiblement redémarré.

"Le marché est sain"

Pour 2011, fort d'un portefeuille foncier représentant plus de 14.000 logements et d'un carnet de commandes (treize mois d'activité), le promoteur table sur une hausse de 10% du chiffre d'affaires tandis que son bénéfice net, part du groupe, devrait plus que doubler. "Les fondamentaux du marché restent positifs avec une offre commerciale très réduite - avec 60.000 logements neufs proposés par l'ensemble des promoteurs - et une absence quasi totale de stocks physiques, une situation inverse de celle de l'Espagne, relève Guy Nafilyan. Le dispositif Scellier BBC (bâtiment basse consommation) et le nouveau prêt à taux zéro (PTZ+) devraient porter le marché en 2011 sachant que les taux d'intérêt pourraient remonter mais sans altérer sensiblement la capacité d'achat des acquéreurs."

A lire ce vendredi 21 janvier dans La Tribune l'interview exclusive du PDG de Kaufman and Broad Guy Nafilyan.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :