Airbnb à Paris : Brossat veut l'interdire dans les quatre premiers arrondissements

 |   |  419  mots
La mairie de Paris veut interdire la location d'appartements entiers dans les Ier, IIe, IIIè et IVè arrondissements.
La mairie de Paris veut interdire la location d'appartements entiers dans les Ier, IIe, IIIè et IVè arrondissements. (Crédits : Pixabay / CC)
Dans une interview au Parisien ce 6 septembre 2018, le maire-adjoint (PCF) au Logement, Ian Brossat, propose d'interdire à la plateforme la location d'appartements entiers dans les quatre premiers arrondissements parisiens.

« Oui, Paris, c'est compliqué. Les relations sont tendues », disait le directeur général d'Airbnb en France, Emmanuel Marill, à La Tribune en juillet dernier. Les dernières annonces d'Ian Brossat, maire-adjoint (PCF) au Logement, dans Le Parisien de ce 6 septembre 2018, ne vont pas réchauffer le climat.

L'élu parisien entend en effet « interdire la location d'appartements entiers dans les arrondissements du centre de Paris et n'autoriser que la location de chambres ». Il estime que dans les Ier, IIe, IIIe et IVe arrondissements, « 26% des logements n'abritent plus de parisiens », avec une « perte sèche » de 20.000 logements depuis 2013.

À huit mois des élections européennes dont il est le chef de file pour le PCF, Ian Brossat, qui dit s'exprimer à titre personnel sans engager la mairie toute entière, propose même l'interdiction de l'achat des résidences secondaires dans la capitale :

« On ne peut plus accepter que des logements soient transformés en meublés touristiques ou en résidences secondaires occupées deux semaines par an, tonne l'élu parisien. Sur 1.400.000 logements à Paris, on compte 100.000 pied-à-terre. Ce chiffre énorme a considérablement augmenté ces dernières années. »

« Notre ville est pleine comme un œuf ! »

La loi Évolution du logement, de l'aménagement du numérique (Élan), en cours d'examen au Parlement, est censée renforcer les sanctions contre les loueurs qui dépassent le plafond des 120 nuitées, fixant des amendes de 5 à 10.000 euros pour les propriétaires, et de l'ordre de 50.000 pour les plateformes. Mais rien n'est prévu pour interdire la location d'appartements entiers ou l'achat de résidences secondaires dans certaines zones géographiques.

Ian Brossat espère néanmoins que sa proposition sera entendue par les parlementaires, puisque ce serait au Parlement de légiférer pour donner corps à sa proposition :

« Le législateur peut l'interdire, assure-t-il. Il faut parvenir à mobiliser les logements existants. Il n'y a pas d'autres solutions. Ceux qui nous expliquent qu'on pourra continuer à construire 10.000 logements par an à Paris mentent. Notre ville est pleine comme un œuf. Il n'y aura bientôt plus de foncier disponible. Il faut donc anticiper cette situation en mobilisant les logements existants pour qu'ils puissent profiter aux classes moyennes et qu'elles ne soient pas contraintes de partir. »

Paris demeure en effet la ville la plus prisée dans le monde par les utilisateurs d'Airbnb avec près de 60.000 logements en location, et ce malgré l'arsenal législatif qui limite déjà le nombre de nuits (ALUR en 2014) et impose un numéro d'enregistrement (Loi Lemaire en 2016).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/09/2018 à 9:30 :
Il faut surtout un plan de transport et une localisation de l'activité qui n'obligent plus à habiter Paris intra muros ni même à y transiter.
a écrit le 08/09/2018 à 11:43 :
Certains commentaires sont affligeants.
Airbnb c'est juste un système qui pousse les prix immobiliers parisiens à la hausse, incite à la fraude fiscale et fait partir de l'argent aux USA.
Totalement inadmissible. L'argent de la fraude fiscale appartient au peuple français, Paris appartient au peuple français et on n'a pas à verser une rente aux USA parce que des touristes visitent notre capitale.
Airbnb doit être rayé de la carte, le système de mise en relation doit être français et les revenus des locations déclarés.
Réponse de le 09/09/2018 à 9:35 :
Si on veut résoudre le problème de fraude fiscale c'est facile, il suffit de ne plus imposer les loyers en augmentant en contrepartie la taxe foncière qui elle est très difficile à frauder. Sinon votre solution me semble inspirée du régime chinois.
a écrit le 08/09/2018 à 3:53 :
Interdire les résidences secondaires et obliger les touristes à filer tout leur fric aux hôteliers, mais oui... ce petit marquis de l'hotel de ville devrait prendre ses sels !
Réponse de le 08/09/2018 à 11:48 :
Une résidence secondaire ... à Paris?
Et on veut faire passer les hôteliers pour des rentiers?
a écrit le 07/09/2018 à 17:11 :
Rien n'a changé depuis 1989 ; les descendants de STALINE n'ont que le mot "interdire" à la bouche comme solution . Il est interdit d'interdire comme en 1968 !
a écrit le 07/09/2018 à 13:21 :
On pourrait aussi pondre une loi qui vire tous les retraités de la capitale pour libérer la place aux travailleurs qui se ruinent pour avoir un logement proche des lieux d'emploi. On renvoie les retraités à la campagne, ce qui créé des nouveaux besoins là bas et donc de nouveaux emplois tout en diminuant la pression sur la capitale.
a écrit le 07/09/2018 à 8:43 :
Bloquer des logements pour qui? les salariés de la ville, les ouvriers ou employés des entreprises implantées dans Paris libérer pour qui, le personnel hospitalier ou autres salariés qu‘ils soient ouvriers employés techniciens ou cadres moyens non car cette population n‘est pas en capacité financière de payer les loyers exorbitants comme dans toutes les capitales. Si cette population avait accès à ces logements dont le choix de l’appart veut dire famille , les crèches, les écoles …..sont-elles suffisantes. Nous sommes la encore dans la rhétorique politique peu importe la couleur tous ont beaucoup d’idées souvent irréalistes ou stupides car il font ce qu’il savent faire discourir. Ce Monsieur peut-il interdire de vendre des logements à Paris à des prix inaccessibles pour la majorité des habitants de la région parisienne. Ce Monsieur peut-il interdire à la nomenklatura politicienne de tous bords d’avoir des privilèges pour s’asseoir à Paris. Encore une idée pour des élections qui fera choux blanc car irréalisable à moins que ce Monsieur souhaite instaurer en France une République populaire!! et démocratique!! mots très à la mode dans les années 70/90 vite tombée dans l’oublis. Paris ne sera plus une ville dans la quelle on parlait le verlan, on parlait la gouaille mais aussi la langue beaucoup plus littéraire car Paris était le symbole de la mixité sociale et culturelle ce n’est pas la faute de ce petit politicien mais des décennies de politiciens plus occupés par la corruption par le paraitre par croire qu’ils étaient des femmes ou des hommes de pouvoir hors le pouvoir a toujours été l’argent le politique est un paon qui fait la roue devant celui qui a le vrai pouvoir M ou Mme Fortune.
Dernier point que ce Monsieur mette toute son énergie à faire de Paris une ville propre car de ce côté ENCORE beaucoup de discours mais peu de réalité. Les politiques s’ils n’existaient pas il faudrait les inventer juste pour monter une caste inutile qui aime discourir se pavaner inaugurer couper des rubans faire les beaux à l’inutile assemblée inutile. Même le nouveau!!!monde montre chaque jour s’il en était besoin qu’il n’est qu’une copie de l’ancien hors com à outrance. Les jeunes politiciens sont déjà des vieux dans les discours et les actions.
a écrit le 06/09/2018 à 17:01 :
Nouveau paradigme de la gauche socialo-coco : Interdire, puis interdire, puis interdire, puis interdire, puis interdire, puis interdire, encore interdire puis interdire, interdire, interdire, interdire, interdire, interdire, jusqu'à la nausée, oui, là, c'est bon, on a déjà gerbé.
Réponse de le 06/09/2018 à 18:52 :
Quelle caricature débile. Avez-vous une solution pour que tous les logements parisiens ne se transforment pas en logements temporaires pour touristes ?
Réponse de le 07/09/2018 à 5:24 :
@Phidias oui assez d'accord avec vous. C'est affligeant. Mais bon le PCF quoi
Réponse de le 07/09/2018 à 7:58 :
Je ne saurai dire plus!
Et c est l apanage de toutes les tendances politiques.
Réponse de le 07/09/2018 à 16:33 :
Moins de binarisme... c'est cela qui pourrait nous éviter la nausée... l'idée donnée pose une direction intéressante pour peu que l'on réfléchisse pour le bien de tous... pas de son nombril... de ses rentes...
a écrit le 06/09/2018 à 16:47 :
Bôf, il va surtout déplacer les Airbnb dans les arrondissements mitoyens...
a écrit le 06/09/2018 à 12:25 :
IL faudrait plutot inciter les entreprises a s installer hors de Paris. Leurs employes revent de quitter la Region parisienne de toute facon. Apres il faut voir que AirB&B permet des rendement locatifs bien superieur donc permet de perpetuer la politique du logement cher sans que ca coute un sous au contribuable contrairement aux APL, PTZ et pinel
Réponse de le 06/09/2018 à 16:50 :
J'avoue avoir, à l'heure des télécoms, un peu de mal à comprendre pourquoi les entreprises continuent à s'agglutiner en Ile de France. On peine à voir quel avantage elles y trouvent. Tout y est plus cher et plus difficile qu'ailleurs.
Réponse de le 07/09/2018 à 9:14 :
Vous n avez probablement pas frequente beaucoup de cadre sup francais. Pour eux c est paris ou rien. le reste de la France c est des plouc. Rappellez vous les pleurs des enarques quand on a voulu delocaliser l ena a Strasbourg ...

Le cote positif c est que nos dirigeants sont souvent nuls et donc leurs societe coulent (Alcatel/Areva) ou se font racheter (Alstom). Et les dirigeants etranger eux n ont aucun scrupule a eliminer les bureaux parisiens comme T Enders la fait pour Airbus
Réponse de le 07/09/2018 à 10:15 :
Pour délocaliser les entreprises, une solution très simple : délocalisons les ministères. Dans un Etat jacobin à l'extrême, les roitelets suivent les monarques. L'Intérieur a Marseille, les Transports a Toulouse, les Affaires Etrangères a Strasbourg, etc etc...
Réponse de le 07/09/2018 à 14:15 :
Tout a fait.
Et en plus ca permettrait de refinancer l Etat qui pourrait revendre fort cher tout ces batiments parisiens

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :