Qualité de l'air dans les écoles : les parents d'élèves tirent la sonnette d'alarme

 |   |  445  mots
(Crédits : Reuters)
[SONDAGE] Une semaine après la rentrée des classes, la qualité de l'air dans les crèches, écoles, collèges et lycées préoccupe les Français. Selon un sondage Elabe-Veolia, que La Tribune publie en exclusivité, 91% des parents d'élèves estiment qu'un mauvais environnement scolaire a un impact direct sur la santé de leurs enfants, et même 80% sur leurs difficultés d'apprentissage.

Des écoles qui restent portes closes le jour de la rentrée des classes. C'est ce qui s'est passé la semaine dernière dans certains établissements privés dans le centre de Paris à la suite du nuage de plomb libéré par l'incendie de Notre-Dame. Cette inquiétude rassemble les Français parents d'élèves. Selon un sondage Elabe-Veolia, réalisé les 3 et 4 septembre dernier auprès de 1.010 Français et d'un sur-échantillon de 351 parents d'élèves, ces derniers perçoivent un lien direct entre la qualité de l'air ambiant et la santé de leurs enfants (respectivement, 91% et 86%) : maux de tête, irritations, allergies, crises d'asthme, bronchites chroniques...

Moins nombreux, près des deux-tiers considèrent que ce mauvais environnement est également responsable de troubles cognitifs. 71% des Français sont en effet "sûrs" qu'il est à l'origine des défauts d'apprentissage et de mémorisation. Ce pourcentage monte même à 91% chez tous les parents d'élèves confondus, et même à 92% pour celles et ceux dont les enfants sont en maternelle. En réalité, plus le fils ou la fille est jeune, plus il ou elle est vulnérable, estiment les sondés. 66% des parents de moins de 6 ans se disent en effet "inquiets", et même 17% "très inquiets".

Les Français veulent davantage de renseignements sur la qualité de l'air

Les deux échantillons confondus, 80% estiment qu'ils sont mal informés, dont 38% "très mal informés". Un tiers se considère ainsi en incapacité d'évaluer la situation, n'ayant "aucun moyen de [la] connaître". Dans le même temps, l'Organisation mondiale de la santé (OMC) le répète souvent : l'air intérieur est jusqu'à 8 fois plus pollué que l'air extérieur et constitue un des premiers facteurs de mortalité dans le monde.

Les deux tiers restants se montrent, selon l'étude, "hésitants et prudents" : 23% pensent que l'air intérieur est plutôt de mauvaise qualité alors 39% qu'il est plutôt de bonne qualité. Des éco-gestes existent déjà comme ouvrir les fenêtres ou bannir les produits chimiques du nettoyage. Quoiqu'il en soit, 83% affirment qu'il est "important" d'avoir davantage de renseignements.

Une note du Congrès mondial des bâtiments durables, citée par Certivea la semaine dernière, vient d'ailleurs confirmer ces inquiétudes : un établissement scolaire mal pensé en termes écologiques et énergétiques provoque chez les enfants et adolescents des difficultés à lire à l'oral, voire les pousse à l'absentéisme. A l'approche des élections municipales - les mairies gérant les écoles -, ces documents devraient d'ailleurs se multiplier.

Lire aussi : Rentrée scolaire : les élus doivent accélérer la transition écologique des écoles

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/09/2019 à 9:42 :
Il faut mettre les écoles à la campagne !
a écrit le 11/09/2019 à 20:26 :
Le mal français ? Ne même pas se rendre compte que ce genre de sondage est totalement ridicule.
a écrit le 11/09/2019 à 17:42 :
Comment peut t'on affirmer, sans éclater de rire, que 80% des difficultés scolaires sont causées par la mauvaise qualité de l'air dans les salles de classe?

Pas étonnant que ce sondage, commandé par Veolia pour venir en appui de sa campagne de pub pour ses "solutions" de nettoyage, soit "en exclusivité". Aucun média sérieux n'a osé le diffuser tellement il est caricatural et ridicule.

Veolia s'appuie sur l'avis des parents, qui eux même avouent n'avoir aucune idée de la qualité réelle de l'air dans l'école de leur enfants. Voilà qui est solide...

Et après c'est le festival des portes ouvertes enfoncées. Un air vicié, c'est pas bon pour les gosses , aérer et éviter les produits d'entretien, c'est bien !

Et le délire final... Si l'air est pas sain, vos enfant auront du mal à lire à voix haute et ils feront l'école buissonnière !... et probablement deviendront des multi-délinquant récidivistes...

Alors que si l'air est visé par Veolia, ils auront le bac à 15 ans avec mention TB et deviendront des collaborateurs du président de la république.
Réponse de le 12/09/2019 à 9:43 :
Hé oui, la démagogie fonctionne bien et fonctionnera toujours !
a écrit le 11/09/2019 à 17:26 :
Foutaises, c'est pire chez eux, mais ils se font manipuler par les manipulateurs des excréments écolos.
a écrit le 11/09/2019 à 13:28 :
Ça c’est l’éducation nationale.... bâtiments désuets, mobiliers emmaus, chauffage en panne, planches de bois en lieu et place de vitres, travailleurs pauvres à l’interieur, etc.....
a écrit le 11/09/2019 à 10:03 :
"un établissement scolaire mal pensé en termes écologiques et énergétiques provoque chez les enfants et adolescents des difficultés à lire à l'oral, voire les pousse à l'absentéisme."

Et il faut que la planète soit directement menacée pour qu'enfin on se pose les bonnes questions, nous ne sommes définitivement pas bien gérés.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :