Qualité de l'air en Ile-de-France : bientôt une restriction de circulation jusqu'à l'A86 ?

Selon l'association francilienne de surveillance de la qualité de l'air, l'année dernière confirme « une tendance générale constante à l'amélioration » dans la région, tout en jugeant cette « diminution insuffisante ». La ville de Paris s'est félicitée de cette « bonne nouvelle pour la santé des Parisiens et des Franciliens ».
César Armand

4 mn

Des progrès (encore insuffisants) constatés dans la qualité de l'air francilien en 2017.
Des progrès (encore insuffisants) constatés dans la qualité de l'air francilien en 2017. (Crédits : REUTERS/Charles Platiau)

Le dioxyde d'azote, les particules PM10 et PM2,5, l'ozone ainsi que le benzène, « dépassent toujours les normes » à Paris et en Ile-de-France, mais 2017 est « similaire » à 2016 avec une « légère amélioration ». C'est la conclusion du dernier rapport publié par Airparif, qui surveille la qualité de l'air de la région francilienne.
C'est le long des axes routiers que les habitants souffrent les plus de ces nuisances : 1,3 million d'entre eux, contre 1,4 en 2015, restent « toujours exposés à des niveaux de dioxyde d'azote au-delà » des valeurs limites. La mauvaise presse dont souffre le diesel et la montée en puissance prévue de la mobilité hybride et électrique, en attendant l'hydrogène, confirmeront sans aucun doute cette baisse dans les années à venir.
Pour l'heure, 100.000 personnes sont victimes des particules PM10, au diamètre inférieur à dix micromètres, qui pénètrent dans l'appareil respiratoire. Quant aux PM2,5, à l'ozone et au benzène, susceptibles de se loger dans les alvéoles des voies respiratoires, elles « respectent les valeurs limites mais pas les objectifs de qualité ».

« Du fait de ces dépassements, la France est en procédure de contentieux avec la Commission européenne pour non-respect des directives sur la qualité de l'air pour ces deux polluants », rappelle AirParif.

Vers l'extension de la zone à basses émissions ?

Plus grave encore, un établissement recevant du public (ERP) sur quatre est « soumis à des dépassements de la valeur limite ». L'association recommande donc « la mise en place d'une zone de basses émissions dans Paris » interdisant aux véhicules Crit'Air 3 jusqu'aux non-classés de circuler. Pas de quoi réjouir les propriétaires de véhicules quelque peu âgés déjà en butte à la fermeture des voies sur berge pour venir travailler dans la capitale... Mais Airparif estime que cela permettra d'« accélérer le renouvellement du parc roulant par des véhicules récents ».

Selon ses projections d'Airparif, si la zone restreinte se limite à Paris, en 2019 c'est 1 établissement sur 20 (4 %) qui sera soumis à des dépassements pour le dioxyde d'azote, contre 1 sur 4 (27 %) en 2016. Mais si le périmètre s'étendait jusqu'à l'A86 (Nanterre, Saint-Denis, Rosny-sous-Bois, Antony) - s'appliquant ainsi à 25 % de véhicules polluants en plus - seulement 1 sur 70 établissements (1,5 %) serait concerné par cette pollution.

Si rien n'était fait en ce sens, à l'inverse, ce serait un ERP sur six qui serait frappé par la pollution.

Extension de la zone à basse émission et prime à la casse

La Région a rappelé à cette occasion les principales mesures de son plan pour la qualité de l'air, intitulé « Changeons d'air en Île-de-France », adopté en juin 2016 : aide au remplacement des équipements de chauffage individuel par des équipements modernes moins émetteurs de polluants atmosphériques et 24 milliards d'euros investis dans des transports plus écologiques.

Concernant l'extension de la zone à basse émission (ZBE) - mise en œuvre aujourd'hui uniquement à Paris - jusqu'à l'A86 - aujourd'hui à l'étude, Jean-Philippe Dugoin-Clément, Vice-président chargé de l'Écologie et du Développement durable, s'est dit favorable à avancer avec les autres collectivités sur cette idée,"à condition toutefois qu'elle ne créé pas de fracture sociale au sein de l'Île-de-France et qu'elle soit, par conséquent, accompagnée de mesures de compensation fortes".

C'est pourquoi la Région demande à l'État la mise en place d'une prime à la casse, "pour ne pas pénaliser les Franciliens qui sont obligés de prendre leur voiture, faute d'un accès suffisant aux transports en commun." Une demande d'autant plus justifiée d'après la région par le retard du Grand Paris Express que vient d'acter le gouvernement.

De son côté, l'adjoint (EELV) aux Transports de la maire de Paris, Christophe Nadjovksi, s'est félicité, de « chiffres très positifs » allant dans le sens de sa politique :

« Le meilleur moyen d'avoir des résultats est de réduire le nombre de véhicules polluants. »

Une façon de justifier l'ensemble de la politique de la Ville en matière de mobilité, y compris la piste visant la disparition des véhicules à essence d'ici à 2030, soit dix ans avant l'application de cette mesure au niveau national, inscrite dans le plan climat de Nicolas Hulot.

César Armand

4 mn

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 31/03/2018 à 21:55
Signaler
Tant qu'Airparif et autres groupements du même acabit ne mettront pas sur la table l'ensemble des données concernant la pollution atmosphérique, ils passeront pour des manipulateurs. Et, il y a fort à faire : pollution automobile, chauffage, industri...

à écrit le 30/03/2018 à 19:42
Signaler
Juste un rappel : les véhicules électriques nécessitent 100 000 kms avant de commencer à avoir un bilan carbone/particules fines favorable. Ensuite l'électricité nucléaire c'est propre pour nous et très très polluants pour nos enfants. Et enfin : l...

à écrit le 30/03/2018 à 18:55
Signaler
Nous allons bientot découvrir que le benzene venant de l'essence sans plomb tue plus que les particules du diesel. Les voitures essences consomment 20 a 50% de plus pour une puissance équivalent. Dès les années 90, des mesures ont été mises en place ...

le 30/03/2018 à 20:46
Signaler
Bravo! Avis partagé...

à écrit le 30/03/2018 à 17:46
Signaler
Le benzène c'est dû à l'essence (anti détonant qui remplace le plomb tétraéthyle (poison) mais peut provoquer des leucémies). Le pétrole c'est mauvais. Les calculs ont-ils été faits pour savoir si les transports en commun de Paris ne seraient pas bo...

le 31/03/2018 à 11:40
Signaler
@Photo73 Le problème du diésel en circulation urbaine, qu’ils soient ou non équipés d’une injection AD blue, est le fonctionnement correct du FAP qui nécessite une température de 550°pour éliminer le stockage de ses particules captées .Un FAP ne f...

à écrit le 30/03/2018 à 16:17
Signaler
"et qu'elle soit, par conséquent, accompagnée de mesures de compensation fortes" Indispensable, et le succès d'une telle opération dépendra uniquement de ce fait, soit on aide ceux qui ne peuvent pas acheter de l'électrique, et pas en leur fourni...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.