Vinci s'allie à son tour avec Balfour pour les futurs EPR britanniques

La perspective de construction de centrales nucléaires au Royaume-Uni attise les appétits. Après Areva, c'est au tour de Vinci de trouver un allié outre-Manche.

1 mn

Face aux risques de crise énergétiques et de yo-yo de sprix du pétrole, le Royaume-Uni a décidé de relancer sa politique nucléaire avec la construction de futures centrales, notamment de nouvelle génération de type EPR, une spécialité française. (Retrouvez le communiqué de Vinci).

Du coup, les grands groupes français se positionnent en vue des futurs appels d'offre. Après le groupe public spécialiste du nucléaire Areva qui a annoncé hier s'allier dans ce but avec Rolls-Royce et avec Balfour Beatty, c'est au tour de Vinci, géant tricolore et mondial du BTP, dirigé par Xavier Huillard (photo), d'annoncer un partenariat.

Et là surprise : Vinci annonce avoir signé un accord d'exclusivité avec Balfour Beatty. Cet accord a été conclu pour répondre "aux appels d'offres qui vont être lancés dans le cadre du programme de nouvelles centrales nucléaires au Royaume-Uni, indique le groupe français dans son communiqué. Dix réacteurs pourraient être construits, le Royaume-Uni étant le premier pays européen à se lancer massivement dans la construction de centrales de cette génération".

La firme française ajoute que "cette opération s'inscrit dans la stratégie de Vinci qui vise à installer le groupe comme partenaire génie civil de premier plan de la technologie EPR dans le monde", une pierre dans le jardin d'Areva mais aussi du rival de Vinci dans le BTP, le groupe Bouygues, associé jusque là à Areva pour la construction des centrales nucléaires EPR et qui rêve même de mettre la main - y compris via Alstom dont Bouygues est le grand actionnaire - sur le groupe nucléaire dont l'Etat pourrait ouvrir le capital.

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
faites soigner cet obsédé . et le faire référencer dans les sujets à risques !

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
il serait déplorable que Bouygues mette la main sur Areva grâce a sa grande participation dans Alstom ainsi qu/a ses appuis politiques de premier ordre. Les chantiers d/E.P.R. en cours avec du génie-civil de Bouygues ne sont pas de référence brillan...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.