Quand le pactole du médicament le plus vendu du monde est menacé par des copies

 |   |  539  mots
Avec l'arrivée des biosimilaires, les ventes de l'Humira, qui connaissent aujourd'hui une croissance à deux chiffres, devraient plonger de 18% à partir de 2019, selon un analyste de la société financière Citi.
Avec l'arrivée des biosimilaires, les ventes de l'Humira, qui connaissent aujourd'hui une croissance à deux chiffres, devraient plonger de 18% à partir de 2019, selon un analyste de la société financière Citi. (Crédits : © Brendan McDermid / Reuters)
L'agence du médicament américaine a autorisé la mise sur le marché d'une copie de l'Humira, un traitement qui représente les deux tiers des revenus d'Abbvie. Le laboratoire américain tente de protéger les droits de son blockbuster dont le brevet doit expirer à la fin de l'année aux Etats-Unis.

Avec l'arrivée des biosimilaires (copies de médicaments issus des biotechnologies), Roche ne sera pas le seul laboratoire pharmaceutique à devoir faire face à l'essoufflement des ventes de ses blockbusters. Vendredi 23 septembre, la FDA (l'agence américaine des médicaments) a approuvé l'entrée sur le marché de l'Amjevita fabriqué par Amgen. Ce biosimilaire de l'Humira (un traitement d'Abbvie) est destiné à traiter l'arthrite, la maladie de Crohn, le psoriasis ou encore la colite ulcéreuse (maladie inflammatoire chronique du gros intestin). Amgen attend également une réponse pour commercialiser son produit en Europe, après avoir déposé un dossier d'autorisation de mise sur le marché en 2015.

Cette décision de la FDA est une mauvaise nouvelle pour Abbvie. L'Humira est le médicament le plus vendu au monde. Avec les ventes de cette molécule, le laboratoire américain a généré 14,012 milliards de dollars de revenus l'année dernière. Mais à cause de l'arrivée des biosimilaires,  les ventes de l'Humira, qui connaissent aujourd'hui une croissance à deux chiffres, devraient plonger de 18% à partir de 2019, selon un analyste de la société financière Citi.

Malgré des retombées attendues à 7 milliards de dollars par an pour l'Imbruvica, un traitement contre le cancer du sang, et plusieurs médicaments en phase III qui pourraient arriver sur le marché dans les années à venir, Abbvie compenserait difficilement les chutes de revenus de son médicament vedette. D'autant plus que l'Humira représente les deux tiers des revenus du laboratoire américain.

Bataille judiciaire entre Amgen et Abbvie

En dépit de la décision de la FDA, Abbvie voudrait empêcher l'arrivée du biosimilaire d'Amgen sur le marché américain. Le 10e laboratoire pharmaceutique mondial assure détenir d'autres brevets, déposés entretemps, concernant son médicament, et pouvoir faire en sorte qu'aucun biosimilaire n'arrive avant 2022 sur le marché américain. La molécule adalimumab de l'Humira est commercialisée depuis 2003, et son brevet est censé prendre fin en  décembre 2016 aux Etats-Unis et en octobre 2018 en Europe.

Abbvie a ainsi décidé en août de poursuivre Amgen en justice pour contrefaçon du brevet. Abbvie considère que le biosimilaire enfreint 61 brevets du médicament de référence mais indique dans sa plainte que, pour l'instant, celle-ci ne porte que sur 10 d'entre eux. Le laboratoire se réserve la possibilité de faire valoir les 51 autres brevets si Amgen décide de mettre sur le marché son composé, rapporte l'APM. Ce dernier s'est dit quant même déterminé à le faire.

Samsung tente de prendre sa part

Le médicament vedette d'Abbvie aiguise bien d'autres appétits. Pas moins d'une douzaine de biosimilaires de l'Humira étaient déjà à un stade avancé de développement en mars, dévoilait IMS Health. Par ailleurs, Abbvie fait face à une bataille judiciaire contre Samsung Bioepis, un joint-venture associant Biogen et Samsung. Ce dernier a lancé une bataille judiciaire contre Abbvie en avril, accusant ce dernier de bloquer toute tentative de copier son médicament vedette en déposant une série de brevets autour du traitement. Novartis, qui veut devenir un leader en lançant huit médicaments de ce type d'ici à 2020; prévoit également de lancer une copie de l'Humira.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :