BTP : le chimiste Sika casse sa tirelire pour s'offrir MBCC Group

Le fabricant de colles pour le bâtiment, mortiers et produits d'étanchéité Sika vient d'annoncer le rachat auprès du fonds d'investissement Lone Star Funds de l'ancienne branche de chimie de construction du groupe allemand BASF. Le chimiste vise 13 milliards de francs suisses de chiffre d'affaires d'ici à 2023 dans un contexte plus général de décarbonation de la filière.

2 mn

L'annonce intervient six mois après l'achat du chimiste Chryso par Saint-Gobain qui détenait, jusqu'à peu encore, 10,75% du capital de Sika.
L'annonce intervient six mois après l'achat du chimiste Chryso par Saint-Gobain qui détenait, jusqu'à peu encore, 10,75% du capital de Sika. (Crédits : ARND WIEGMANN)

C'est la plus grosse acquisition de son histoire. Pour 5,5 milliards de francs suisses (5,2 milliards d'euros), le fabricant de colles pour le bâtiment, mortiers et produits d'étanchéité Sika vient d'annoncer le rachat auprès du fonds d'investissement Lone Star Funds de MBCC Group.

L'ancienne branche de chimie de construction du groupe allemand BASF spécialisée dans les systèmes et additifs pour la construction, qui emploie 7.500 personnes dans plus de 60 pays, devrait réaliser un chiffre d'affaires de 2,7 milliards d'euros en 2021.

Le chimiste vise 13 Mds de CA d'ici à 2023

« Ensemble, nous allons renforcer nos gammes de produits et de services qui se complètent à travers tout le cycle de vie dans la construction », a déclaré Thomas Hasler,le nouveau directeur général de Sika, dans un communiqué cité par l'AFP.

Le chimiste suisse, qui procède régulièrement à de plus petites emplettes, avait déjà acquis, en 2019, le français Parex pour 2,5 milliards de francs suisses. Sika, qui a généré plus de 7,8 milliards de francs suisses de chiffre d'affaires en 2020, vise, désormais, les 13 milliards d'ici à 2023.

Un contexte de décarbonation de la filière

L'annonce intervient en outre six mois après l'achat du chimiste Chryso par Saint-Gobain. En mai 2021, le groupe coté spécialiste de la fabrication et de la distribution et de matériaux de construction, qui détenait 10,75% du capital de Sika jusqu'à peu, s'était offert l'autoproclamé  « leader mondial de la chimie de la construction », pour 1,02 milliard d'euros.

En réalité, ces deux opérations interviennent dans un contexte plus général de décarbonation de la chimie. Toujours en mai dernier, la filière s'est en effet engagée auprès de la ministre déléguée à l'Industrie, Agnès Pannier, à réduire de 26% ses émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2030 pour atteindre la neutralité carbone en 2050.

Lire aussi 8 mnLes professionnels du ciment au pied du mur de la décarbonation

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.