Prothèses PIP : le fondateur Jean-Claude Mas condamné à 4 ans de prison ferme

 |  | 335 mots
Lecture 2 min.
Jean-Claude Mas est toujours mis en examen dans deux autres procédures, l'une pour homicide et blessures involontaires.
Jean-Claude Mas est toujours mis en examen dans deux autres procédures, l'une pour homicide et blessures involontaires. (Crédits : Reuters)
Condamné en appel, Jean-Claude Mas a été reconnu coupable de fraude aggravée. Les prothèses mammaire de PIP, sa société, était remplies d'un gel non homologué. Plusieurs centaines de femmes avaient porté plainte.

Plus de cinq ans après le début de l'affaire des prothèses PIP, une décision judiciaire importante a été prise par la justice, lundi 2 mai. Jean-Claude Mas, fondateur de la société PIP dont les prothèses mammaires, implantées chez des milliers de femmes dans le monde, étaient fabriquées au mépris de toute norme sanitaire, a été condamné en appel à 4 ans de prison ferme. Jean-Claude Mas doit également payer une amende de 75.000 euros et se voit interdire définitivement d'exercer dans le domaine de la santé et de gérer une société.

La cour d'appel d'Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) a ainsi confirmé le jugement de première instance et a de nouveau reconnu cet homme de 76 ans coupable de fraude aggravée et d'escroquerie à l'égard de la société allemande de certification TÜV, qu'il avait bernée sur la composition du gel emplissant les prothèses pendant des années.

Quatre anciens cadres condamnés

Jean-Claude Mas avait été décrit comme la figure centrale à l'origine de la vaste fraude perpétrée dans la fabrication des prothèses mammaires remplies d'un "gel maison" à la place du gel homologué. Plusieurs centaines de femmes avaient porté plainte, dont 500 membres de l'association des Porteuses de Prothèses PIP (PPP) le 10 juin 2011.

La cour d'appel a également confirmé la culpabilité de quatre anciens cadres de la société, condamnés à des peines allant jusqu'à trois ans d'emprisonnement dont un an ferme pour l'ancien directeur financier de PIP, Claude Couty.

Mas, mis en examen dans deux autres procédures

Le parcours judiciaire de M. Mas, ancien épicier devenu un des plus importants fabricants d'implants mammaires au monde en foulant aux pieds toute espèce de réglementation sanitaire, n'est pas terminé.

Il est toujours mis en examen dans deux autres procédures, l'une pour homicide et blessures involontaires, l'autre concernant les aspects financiers de l'affaire. Il a déjà effectué 8 mois de détention provisoire en 2012 dans ce cadre.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/05/2016 à 14:18 :
"Le parcours judiciaire de M. Mas, ancien épicier devenu un des plus importants fabricants d'implants mammaires"

Ca avait l'air sympa sa génération d'après guerre, d'épicier à fabricant d'implants , pas de CDD à vie à l'époque.
a écrit le 03/05/2016 à 11:36 :
Toujours des amendes ridicules par rapports au bénéfice
Quelle naïveté de la justice et surtout des lois
a écrit le 03/05/2016 à 11:31 :
4 ans de prison ferme pour ce vieux monsieur, c'est pas mal. Il en fera deux tout au plus. Mais combien de souffrances et d'incertitudes pour ces femmes dupées, qui ont voulu transformer leur apparence avec des produits qu'elles croyaient sûrs, mais qui étaient finalement dangereux (il me semble qu'au moins une femme en est morte, de ces gels impropres à l'usage). Plus le temps passe, plus je regarde les produits des labos pharmaceutiques avec un œil suspicieux (j'ai déjà une ALD et ma sœur un Crohn). Je compense avec une bonne hygiène de vie, les plantes médicinales de l'ancien temps, du miel et des soins (hammam, etc ) qui me permettent de rester en forme. Autant que possible.
a écrit le 03/05/2016 à 11:21 :
Individu sans ethique aucune.
Mu par l'argent, sans doute son alterite d'epicier ou chaque sou compte davantage que la fraicheur du produit vendu.
A ecarter de la societe d'urgence.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :