+2°C max en 2030 ? Impossible car le monde sera toujours en overdose d'énergies fossiles

 |   |  422  mots
(Crédits : REUTERS/Kristina Barker)
Les prévisions de production de pétrole et de gaz en 2040 dépassent elles respectivement de 40% et 50% les niveaux compatibles avec un réchauffement de 2°C, selon rapport du Programme des Nations unies pour l'Environnement (Unep) publié ce mercredi. Lequel rapport précise que l'Accord Climat signé à Paris en 2015 est lui-même caduc: les promesses cumulées des pays signataires conduiraient en fait la planète vers une hausse de... plus de 3°C.

Les prévisions de production d'énergies fossiles en 2030 sont incompatibles avec les objectifs de l'accord de Paris sur le climat: 50% de trop pour ne pas dépasser 2°C de réchauffement, 120% de trop pour le limiter à 1,5°, selon un rapport publié mercredi.

Ces estimations sont le fruit d'un travail inédit de plusieurs organismes de recherche, avec le soutien du Programme des Nations unies pour l'Environnement (Unep).

"Ce rapport montre, pour la première fois, l'ampleur de la déconnexion entre les objectifs de l'Accord de Paris, les plans nationaux (de réduction d'émissions) et les politiques de production de charbon, de pétrole et de gaz", indique Michael Lazarus, l'un des principaux auteurs.

Les énergies fossiles représentent toujours 80% de l'énergie primaire mondiale, tandis que les acteurs du secteur continuent à investir massivement. Elles contribuent à 75% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, qui ne baissent pas.

"Les niveaux de production d'énergies fossiles n'ont jamais été aussi élevés"

"Malgré plus de deux décennies de politique climatique, les niveaux de production d'énergies fossiles n'ont jamais été aussi élevés", relève Mans Nilsson, directeur du Stockholm environment institute, l'un des auteurs du rapport.

Pour illustrer le chemin à parcourir, les auteurs du rapport parlent de "production gap", c'est-à-dire du fossé existant entre les prévisions de production et les niveaux compatibles avec un réchauffement limité à 1,5° ou 2°C.

Le "production gap" le plus marqué concerne le charbon: la production prévue en 2030 excède de 150% le niveau compatible avec l'objectif de 2°C et de 280% l'objectif de 1,5°C.

Les prévisions de production de pétrole et de gaz en 2040 dépassent elles respectivement de 40% et 50% les niveaux compatibles avec un réchauffement de 2°C.

Totale insuffisance de l'Accord pour le climat signé 2015

A Paris en 2015, les pays se sont engagés à appliquer des plans de réduction d'émissions de gaz à effet de serre, mais leurs promesses cumulées conduiraient la planète vers une hausse de plus de 3°C.

Aussi, l'accord prévoit qu'ils rehaussent leurs ambitions d'ici fin 2020.

Mais, selon le rapport, les prévisions de production de charbon, de gaz et de pétrole pour 2030 sont également excessives pour remplir les engagements nationaux de 2015: 17% de charbon, 10% de pétrole et 5% de gaz en trop.

Les scientifiques se sont appuyés sur les projections nationales de 10 pays clés: les sept principaux producteurs d'énergies fossiles (Chine, États-Unis, Russie, Inde, Australie, Indonésie et Canada) ainsi que sur l'Allemagne, la Norvège et le Royaume-Uni.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/11/2019 à 0:56 :
Il nous faut une guerre, une bien longue et mondiale avec une utilisation gargantuesque de la bombe atomique ! Il n'est plus temps de tergiverser : seuls les malins qui se seront fabriqué des abris bien profonds survivront peut être à l'hiver nucléaire qui suivra. C'est l'unique solution paradoxalement pour empêcher l'humanité de disparaître totalement à cause d'un emballement du climat.
a écrit le 21/11/2019 à 16:32 :
Le monde avec sa démographie se fiche de l'écologie .
La mobilité électrique est possible en ville mais est impossible sur longue distance simplement parce que la batterie pèse lourd , autant que les passagers , et ne s'allège pas au fil des kilomètres parcourus . Un avion sur batterie ne pourrait même pas décoller ...
a écrit le 21/11/2019 à 12:42 :
@Max. Chiche ,je vous démontre le contraire.
Objectif :2040 ? Pas de réchauffement à partir d'aujourd'hui et décroissance de CO2 et température à partir de cette date . Seul problème: les lobbies qui y trouvent leur compte et en particulier les dizaines de milliards d'argent public. On peut faire en dépensant moins.
Réponse de le 22/11/2019 à 9:11 :
Vous voulez parler des lobbies écolo bien sûr ?
a écrit le 21/11/2019 à 9:46 :
Dire que la voiture électrique actuelle est un produit abouti n'est pas très sérieux.. Elle est tributaire de recharges, longues, nécessitant un investissement colossal dans l'installation de bornes onéreuses, donc un produit bien en- dessous des véhicules à énergie fossile. Soit les véhicules progressent avec l'hydrogène, sans prendre en compte les batteries très polluantes, soit cela restera une niche pour longtemps.
C'est sur l'ensemble de la chaîne mobilité que les habitudes et les services doivent évoluer.
La voiture électrique ce n'est pas le couteau suisse de la lutte contre la pollution.
a écrit le 21/11/2019 à 9:04 :
Greta va pas etre contente.
a écrit le 21/11/2019 à 8:49 :
La France est un modèle: 90% d'énergie verte, Nucléaire inclus et pas d'énergie fossile,à part 3 centrales au charbon à fos que Le Maire veut vendre au tchèques au lieu de fermer, car nous n'en avons pas besoin.
a écrit le 21/11/2019 à 8:45 :
Au moins un article qui dit la réalité . mais dans peu de temps nous aurons droit au cirque de la COP 25 avec les incantations des ONG qui souvent ne représentent qu'elles mêmes. nous aurons encore le folklo du roi du pacifique du chef amazonien et peut être Greta et tout ça pour quoi : rien! Si l'on supprimait la COP cela aurait au moins un effet concret pour la planète. Sur le fonds difficile de stopper le phénomène tout pendant qu'il y a croissance de la population et que la société libérale ne sait se doper qu'à la croissance!
a écrit le 21/11/2019 à 4:36 :
Ce qui prouve bien que pour le politiquement correct et le silence des médias, la raison du réchauffement de la planète est directement lié à la démographie non contrôlée de la population du globe.
La France va se ruiner unilatéralement pour consoler les bobos , pendant que le Sud et l'Asie ne feront rien pour maîtriser leurs naissances
Réponse de le 21/11/2019 à 9:29 :
"L'Asie ne fera rien pour maîtriser ses naissances" ???
Renseignez-vous un peu avant de raconter n'importe quoi sur internet. La plupart des pays d'Asie ont un taux de fécondité bien inférieur... à la France.
La Corée et le Japon ont la plus faible natalité au Monde, encore moins que l'Allemagne !
Réponse de le 21/11/2019 à 15:13 :
Et de plus, la pollution est plus importante par tête d'habitants dans les pays occidentaux que dans les pays asiatique.
a écrit le 21/11/2019 à 0:15 :
Trump est le moins "faux culs" de tous ! Donner des leçons , signer des accords bidons en se grattant le ventre avec buffet mais la réalité c'est bien celle de Trump !
a écrit le 20/11/2019 à 22:00 :
Distribution mondiale en continue de capotes, baisse drastique des Allocs.
a écrit le 20/11/2019 à 19:41 :
bref, on est d'accord
les taxes de l'ecologie punitive de segolene royal et nicolas hulot , ca sert a rien, sauf a lui (leur) attirer les votes des ecolos
et accessoirement a remplir les caisses pour faire du social envers son (leur) electorat
a écrit le 20/11/2019 à 17:30 :
Sur ce sujet, je "radote" à longueur de commentaire pour dire qu'en ce qui concerne le réchauffement climatique, c'est "cuit", "râpé"...Trop d'intérêts économiques sont en jeu, il est impossible d'arrêter la machine, pas une seconde.
Il y a longtemps que j'en ai conclu que ça va "chauffer", qu'il n'y a rien à attendre des politiques, des organisations, des associations, en gros du "collectif", tous verrouillés par les lobbies, les contraintes économiques, financières.
C'est individuellement qu'il faut chercher à se prémunir des effets du réchauffement climatique.
Le choix le plus crucial est celui de l'habitat. Urbain ou campagnard.
L'enfer, avec 2 degrés Celsius de plus, ce sera la ville...en plus des autres.
Réponse de le 21/11/2019 à 12:48 :
D'après les statistiques de 'Météo France', la différence de température annuelle moyenne entre Marseille et Lille située environ 1000 km plus au nord en latitude est de 6°C.
Ce genre de donnée devrait un peu relativiser l'hystérie collective qui règne autour du réchauffement climatique et de la terrible agonie qui nous guette avec une éventuelle augmentation de température moyenne de 2°C.
Par contre si les pollutions liées aux combustions fossiles (le CO2 n'étant en aucune façon un polluant et devant donc être exclu de la liste) peuvent être diminuées, cela ne peut-être qu'une bonne chose.
a écrit le 20/11/2019 à 15:43 :
Les projections de l'Agence Internationale de l'Energie montrent cela depuis longtemps.
a écrit le 20/11/2019 à 14:48 :
Oh que je suis surpris :-o !
a écrit le 20/11/2019 à 13:58 :
Cette nouvelle me fait très plaisir. Enfin, les médias osent regarder la réalité en face. Et oui, l'activité humaine sera toujours polluante. 7,5 milliards d'individus sur terre, c'est beaucoup trop, et ce ne sont pas des mesurettes comme d'arrêter de manger de la viande qui y changeront quelque chose. De même, les COPs sont des mascarades. Que les bien pensants arrêtent de vouloir nous faire la morale, et que les médias parlent enfin des vrais problèmes de fond du monde actuel.
a écrit le 20/11/2019 à 12:58 :
Qui peut croire un seul instant que les pays qui ont sous leurs pieds du petrole du gaz ou du charbon vont s'en priver !Meme les USA si les democrates arrivent au pouvoir ne remettront pas en cause le gaz et bitume de schiste !De plus quand on parle rechauffement il faut comprendre que un certains nombre de pays qui ont froid y voient un gros avantage ;Tous les pays de l'hemisphere nord y compris et surtout les pays nordiques y trouveront de trés gros avantages mais ,hypocrites ,ne le disent pas ;Des ° en moins l'hiver ,des hivers plus courts ,des gelés de printemps beaucoup plus précoces ,des gelés tardives beaucoup plus tardives les voila qui se revent à des cultures qu'ils ne peuvent realiser actuellement !Larticle parle de + 3° au lieu de 2 ° comme si 1 ° de plus changeait quoi que se soit !Un pseudo commité d'experts français lui predit + 7 ° passanr du simple au double pour des experts ayant meme formation il y en a forçement qui mentent ...........
a écrit le 20/11/2019 à 12:04 :
Et ben alors pourquoi on ne nous parle plus du "pic de production" du pétrole pourtant dépassé maintes fois ?

On nous prend pour des gonds.
a écrit le 20/11/2019 à 11:58 :
Comme quoi la politique du café du commerce n'est pas efficace et ce n'est surement pas la loi mobilité qui va changer quoi que ce soit!!!
Une autre politique énergétique est possible pour atteindre plus 0° en 2040. Que faudra-t-il pour changer de cap?
Réponse de le 20/11/2019 à 14:00 :
Mais non, justement, une autre politique énergétique n'est pas possible, et c'est ce que dit précisément l'article. Réveillez-vous ! Le cap est pris depuis cinquante ans au moins.
a écrit le 20/11/2019 à 11:52 :
La parole des élus ne vaut rien et on le sait depuis bien longtemps

La solution est technique
Il faut trouver une solution pour stocker le solaire
Transformation en hydrogène ou autre
Et faire des batteries verte à pas chère

On devrait y investir sans compter
au lieu de nous envoyer les insupportables ayatollahs vert
Réponse de le 20/11/2019 à 13:47 :
La vraie technique pour stocker l'énergie d'origine renouvelable existe déjà ; ce sont les centrales hydro-électriques à pompage (celle de Grand Maison par exemple). Il faudrait en construire un grand nombre... mais ca coute cher, et ca fait moins high tech qu'un truc à base de batteries de Zoé recyclées, même si ca permet de stocker 1000 fois plus....
Réponse de le 20/11/2019 à 16:55 :
Il y a tout de même une limite à la capacité des barrages. Des pays peuvent se permettre d'en batir car ils ont les conditions propices (montagnes, faible population…), mais d'autres ne peuvent pas. Vous ne bâtirez jamais assez de barrage STEP dans le dakota , la Saskatchewan, le Manitoba ou le Wisconsin En France, je ne sais pas si la capacité de STEP suffirait à combler un arrêt d'une énergie renouvelable intermittente. à moins que je me trompe.
a écrit le 20/11/2019 à 11:49 :
2040 c'est après demain, on saura vite si les résultats de simulation coïncident avec la réalité (tous ceux qui ont un jour utilisé un logiciel de simulation quel que soit le domaine savent que ça n'a rien d'évident...). De toutes façons s'il est impossible de réduire les émissions de GES il est temps d'arrêter de gaspiller des moyens financiers pour essayer de le faire... et de les utiliser pour s'adapter à cette hausse (probable mais très probablement pas au niveau simulé) des températures, par exemple en créant ou rehaussant des digues.
a écrit le 20/11/2019 à 10:36 :
Les pays utilisant le charbon à 90-95% pour fabriquer leur électricité, se chauffer, on leur construit des EPR pour les aider à se décarbonner ? Les mineurs ayant perdu leur emploi ils feront quoi ? C'est compliqué d'appliquer réellement les promesses (qui n'engagent pas) des accords de Paris.
Si on réduit drastiquement notre contribution à hauteur de 0,9-1% du CO2 mondial, on aura fait notre part. En ayant consommé 10% de kWh de gaz de moins en 2019 vs 2018 (5700 vs 6311), en chauffant à 17° et non 18, ma facture a quand même pris 32€, à TICGN figée en 2019 (40€/tonne avec l'objectif à terme de 150, bon élève la France), c'est de plus en plus cher le carbone fossile. Et c'est pas fini.
Réponse de le 20/11/2019 à 11:55 :
Le prix du gaz HT a lui aussi pas mal augmenté en moyenne en 2019 par rapport à 2018. Sauf si vous avez pris la précaution de prendre un abonnement chez un fournisseur avec prix bloqués.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :