Grand froid : menace maximale de coupures d'électricité en France

 |  | 296 mots
Lecture 1 min.
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
La France va frôler son record d'importation d' électricité. Les menaces de coupure n'ont jamais été aussi élevées.

Face à la vague de froid actuel, la France va importer en solde net (différence entre importation et exportation) 7.300 mégawatts (MW) d'électricité ce mercredi à 19H00, soit 3,5 fois la consommation d'une ville comme Marseille, l'équivalent de la production de 7 réacteurs nucléaires et un des niveaux d'importation les plus élevés jamais atteints par le pays, selon le Réseau de Transport d' électricité (RTE).

Ces importations ne cessent de croître après les 4400 MW lundi soir et les 5.550 MW mardi soir. Le 19 octobre dernier, Paris avait atteint un record historique avec 7.711 MW importait, bien plus que le précédent record du 2 mars 2006 (6.690 MW).

Le froid provoque en effet une consommation d' électricité quasi record avec 90.500 MW mercredi soir et 90.700 MW jeudi soir, tout près
 du record historique de consommation d' électricité de 92.400 MW en date du 7 janvier 2009.

Ce phénomène provoque d'importantes tensions en matière de réseau électrique avec des risques majeurs de coupure, notamment en Bretagne, au bout de la chaîne d'approvisionnement. Le nouveau patron d'EDF, Henri Proglio, et celui de RTE, Dominique Maillard, s'exprimaient sur le sujet ce mercredi soir à l'Assemblée nationale dans le cadre d'une audition intitulée "La France manquera-t-elle d' électricité cet hiver?".

A cette occasion, Philippe Guillard, directeur adjoint en charge de l'Energie de la Direction générale de l'Energie et du Climat (DGEC) a indiqué ne pas s'attendre à une crise grave en la matière : "je ne pense pas qu'on va vers des coupures très graves, très longues comme on a pu en connaître pendant les périodes de tempête. Ce seront des coupures de quelques heures qui feront plus de mal à l'amour propre de quelques industriels qu'au confort de leurs clients".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/12/2009 à 13:48 :
Si les Bretons n'avaient pas rejeté la centrale nucléaire de Plogoff, ils seraient moins à la peine aujourd'hui! Et que leurs élus ne viennent pas parler d'éoliennes, car il est très rare que le vent souffle en période de grands froids.
a écrit le 17/12/2009 à 6:28 :
Qui a programmé les arrêts des centrales pour entretien ou rechargement du combustible ?
Quel pilote est aux commandes ?
Quelques heures d'arrêt :
- c'est un manque d'eau, pomperie électrique,
-c'est un manque de chauffage même avec les chaudières gaz ou fuel,
- c'est dans les immeubles la joie des ascensseurs bloqués
- c'est oublier que l'électricité est la source de fonctionnement des appareils de sécurité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :