Obama se félicite que la marée noire ait été stoppée par BP

 |  | 676 mots
Lecture 3 min.
Le président américain serait par ailleurs prêt à lever le moratoire sur les forages pétroliers avant novembre si les conditions qu'il a énoncées sont, d'ici là, remplies.

"La longue bataille pour stopper la fuite et contenir le pétrole est enfin proche de sa fin." C'est non sans plaisir que le président américain a annoncé mercredi à ses concitoyens que la plus grave marée noire de l'histoire du pays pouvait être considérée comme stoppée après le succès du colmatage entreprise par BP.

Le porte-parole de la Maison blanche, Robert Gibbs, a par ailleurs estimé que Barack Obama serait disposé à lever le moratoire sur les forages pétroliers avant novembre si les conditions qu'il a énoncées sont remplies d'ici là.

Les États-Unis ont dévoilé le mois dernier un nouveau moratoire sur les forages dans le Golfe du Mexique après la marée noire. Cette suspension doit théoriquement courir jusqu'au 30 novembre.

Jane Lubchenco, directrice de la National Oceanic and Atmospheric Administration, a émis l'espoir que les pêcheurs puissent "dès que possible" reprendre leurs activités dans le golfe du Mexique. "Mais seulement lorsque les conditions de sécurité seront réunies", a-t-elle ajouté.

Le gouvernement américain a parallèlement affirmé que la majorité du pétrole qui s'est déversé dans le golfe du Mexique depuis plus de trois mois avait disparu grâce aux efforts de lutte contre la pollution. "Le puits MC252 semble avoir atteint un état statique - ce qui est une étape significative", indique la compagnie britannique dans un communiqué.

La pression du puits, situé à 1.500 mètres de profondeur, est désormais contrôlée grâce à la boue lourde de forage injectée depuis la veille. La procédure "static kill" va se doubler d'une procédure "bottom kill" consistant à injecter boue et ciment par un puits de dérivation que BP espère avoir achevé de forer avant la fin du mois. Une fois cette deuxième opération réalisée, le puits Macondo sera alors considéré comme définitivement condamné.

"La bonne nouvelle, c'est que la grande majorité du pétrole semble avoir disparu", a déclaré Carol Browner, conseillère du président Barack Obama pour les questions d'énergie, dans l'émission "Good Morning America" de la chaîne ABC.

Face à cet optimisme, des organisations de défense de l'environnement se sont montrées sceptiques et ont fait part de leurs inquiétudes. Il reste plus d'un million de barils de pétrole dans le golfe du Mexique, soit quatre fois le volume du pétrole déversé par l'Exxon Valdez en 1989 au large de l'Alaska.

"Le volume total du brut est gigantesque et l'impact devrait être considérable même si Mère nature aide les autorités fédérales", a déclaré Jane Lubchenco de la National Oceanic and Atmospheric Administration.

Selon la National Wildlife Federation, des centaines d'oiseaux et de tortues de mer ont été sauvés ou retrouvés morts début août, soulignant le danger perpétuel que constitue le pétrole.

"Notre expérience tirée des précédents désastres pétroliers comme l'Exxon Valdez montrent que l'impact total d'une catastrophe pétrolière peut ne pas être connu pendant des mois et des années".

Des experts scientifiques dépêchés par le gouvernement américain ont estimé lundi que 4,9 millions de barils s'étaient répandus dans le golfe du Mexique, soit quelque 780 millions de litres. Ce chiffre suggère que BP a sous-estimé les coûts d'au moins un milliard de dollars.

Le groupe britannique a évalué la fuite à quatre millions de barils, ajoutant qu'il devrait écoper d'une amende de 1.100 dollars par baril en vertu du Clean Water Act. Le groupe risque une amende de 4.300 dollars par baril en cas de grave négligence avérée, mais n'a pas modifié ses prévisions depuis la publication du rapport d'experts mandaté par les autorités.

Malgré le succès de l'opération de mercredi, le cours de bourse de BP a baissé d'1,5% à New York en raison de la prise de bénéfice des investisseurs.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :