Carburant : pas de retour à la normale avant ce week-end

Si la situation s'est nettement améliorée dans la plupart des grandes villes de France, des difficultés d'approvisionnement persistent dans l'Ouest du pays et en Ile-de-France. Le gouvernement a pris des dispositions pour que les stations-service soient approvisionnées avant et pendant le week-end de la Toussaint.
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

Le gouvernement a assuré ce mardi que la situation s'améliorait graduellement dans la distribution de carburant en France. Il table sur un retour à la normale pour le week-end de la Toussaint.

Jugé trop optimiste par l'Union française des industries pétrolières (Ufip), l'objectif affiché de rouvrir quatre stations-service sur cinq mardi semblait toutefois localement difficile à tenir, notamment dans l'Ouest et en Ile-de-France. Successivement, les ministres de l'Ecologie et de l'Intérieur ainsi que le secrétaire d'Etat aux Transports ont rendu hommage aux chauffeurs des camions-citernes qui travaillent à alimenter les stations-service et ont appelé les automobilistes à ne pas faire de 'pleins' de précaution.

"Il y a 15 jours, nous sommes passés à côté d'une crise d'une extrême gravité, d'une asphyxie totale de l'économie française", a déclaré le ministre de l'Ecologie, Jean-Louis Borloo, à l'Assemblée nationale.

Avant le week-end de trois jours pour la fête de la Toussaint, "l'objectif de quatre sur cinq (stations-service disposant de carburant, ndr) sera, je pense, je l'espère, tenu" mais il reste "quelques difficultés dans les zones rurales situées loin des dépôts", a-t-il expliqué devant les députés, lors de la séance de questions au gouvernement.

Le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, qui s'exprimait dans l'enceinte du centre de crise interministériel installé depuis huit jours dans son ministère pour faire le point de la situation, a annoncé que le travail avait repris dans cinq des douze raffineries françaises.


Acheminement des stocks avant ce week-end

"Il y a donc des stocks qui sont importants, dont le défi est aujourd'hui l'acheminement afin d'approvisionner les stations-service", a-t-il dit. "Cela prendra du temps mais cela progresse". Il n'a donné aucun chiffre sur les stations-service encore touchées par les pénuries de carburant.

Les dernières statistiques disponibles, qui remontent à lundi en fin de journée, faisaient état de 25% de stations-service à sec sur les 12.300 du parc français, les régions Ile-de-France et Ouest étant les plus touchées avec respectivement 56% et 39%.

"La situation va en s'améliorant même si la franchise oblige à dire que rien n'est parfait", a déclaré pour sa part le secrétaire d'Etat aux Transports, Dominique Bussereau.

Interrogé sur France 3 à propos des 4.000 stations-service qui seraient toujours fermées, selon l'Ufip, il a jugé que c'était "très disparate". "Il y a 4.000 stations signalées fermées mais elle sont fermées à certains moments, à certaines heures, pour certains carburants", a expliqué Dominique Bussereau.

"On n'est pas du tout dans une situation de pénurie qu'on a connue en Mai-68 mais de-ci, de-là, on peut être gêné et être contraint d'aller chercher (de l'essence) un peu plus loin", a-t-il ajouté.

Le gouvernement a pris des dispositions pour que les stations-service soient approvisionnées avant et pendant le week-end de la Toussaint. "Les chauffeurs se reposeront dimanche, travailleront samedi et lundi et les 44 tonnes pourront rouler", a dit le secrétaire d'Etat aux Transports. "La situation sera à peu près sous contrôle pour le week-end de la Toussaint", a-t-il promis.
 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.