Grèves et manque de carburant : un quart des stations-service encore touché

 |   |  396  mots
En raison des départs en vacances de la Toussaint, le gouvernement a donné la priorité à l'approvisionnement des stations d'autoroute.

Une station service sur quatre en France n'est pas approvisionnée dimanche en raison de la crise du carburant mais seules cinq stations d'autoroute sur 350 sont fermées, a déclaré Raymond Soubie, conseiller social de l'Elysée.

En raison des départs en vacances de la Toussaint, le gouvernement a donné la priorité à l'approvisionnement des stations d'autoroute. "Au moment où nous parlons, sur 350 stations service d'autoroute, vous en avez cinq qui sont privées de carburant", a dit Raymond Soubie sur Europe 1.

"Globalement, il y a actuellement une station service sur quatre qui n'est pas approvisionnée", a-t-il ajouté. Les régions les plus touchées sont le grand Ouest et l'Auvergne, a dit Raymond Soubie. "Il y a un problème logistique difficile, très difficile" pour approvisionner les stations, en raison de l'arrêt des raffineries et du blocage de dépôts et terminaux pétroliers, a-t-il précisé.

"La situation ne va pas se détériorer et va s'améliorer mais très progressivement", a promis le conseiller aux affaires sociales de l'Elysée. Le ministre de l'Energie Jean-Louis Borloo avait fait état vendredi de 20 à 21% de stations ne fonctionnant pas normalement et prévoyait samedi que les derniers "4% à 5%" des stations d'autoroute à sec seraient approvisionnées dans la journée.

L'Union française des industries pétrolières (Ufip) s'attend à une difficulté ponctuelle lundi car "les lundis sont toujours plus tendus", les stations étant moins alimentées le dimanche malgré l'autorisation exceptionnelle de circuler pour les transporteurs d'hydrocarbures. "Une fois le fait de demain (lundi) passé, ça va reprendre très progressivement", a assuré à Reuters un responsable de la communication de l'Ufip.

Deux des 12 raffineries françaises (Donges, près de Saint-Nazaire, et Feyzin, près de Lyon) ont déjà décidé de poursuivre la grève la semaine prochaine, a dit à Reuters Charles Foulard, de la CGT Total. "Je ne peux pas vous dire ce qui va arriver entre maintenant et jeudi", journée de grève nationale, a-t-il dit.

"On aura des assemblées générales dans tous les raffineries dès demain (lundi) pour réexaminer la situation. Tout est à débattre avec les salariés et dépendra de la mobilisation des salariés. Nous sommes tous en train de regarder ce qui se passe au niveau national aussi", a ajouté le représentant syndical.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :