Privés de nucléaire, les Japonais appelés à éteindre la clim cet été

 |   |  482  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le gouvernement demande à la population et aux entreprises de faire des économies d'électricité de 5 à 15% entre le 2 juillet et le 7 septembre. Toutes les centrales nucléaires sont à l'arrêt.

Les Japonais vont ressortir les éventails cet été. Car pendant les fortes chaleurs estivales durant lesquelles les climatiseurs tournent à plein régime,  le gouvernement japonais leur demande, ainsi qu'aux entreprises, de réduire leur consommation d'électricité de 5% à 15% en fonction des régions. Ceci à cause de l'incapacité des compagnies régionales d'électricité de produire l'électricité nécessaire pour répondre aux besoins, en raison de l'arrêt de l'ensemble des 50 réacteurs nucléaires du pays. Ce dimanche la dernière centrale sera arrêtée. Avant l'accident de Fuskushima en mars 2011, le nucléaire apportait entre 25 et 30% des besoins d'électricité du Japon. Au moment de la catastrophe, seuls 37 réacteurs étaient en fonction. Les autres, pour la plupart en maintenance, n'étaient pas actifs. Après l'accident, treize centrales ont été fermées. Les autres ont été suspendues.

Pas de sanctions en cas de non respect

Les efforts demandés concernent la période allant du 2 juillet au 7 septembre, les jours de semaine de 9 à 20 heures. L'an dernier, des efforts du même genre avaient été demandés. Cette fois, le gouvernement ne prévoit pas de sanctions en cas de non respect des directives. Il compte sur le sens civique de la population et la hausse des prix de l'électricité durant cette période pour parvenir à baisse la consommation.

Kansai Electric Power (Kepco), la compagnie la plus dépendante du nucléaire avant l'accident de Fukushima -onze réacteurs lui fournissaient près de la moitié de sa production-, a déjà prévenu qu'il devrait lui manquer 14,9% d'électricité en août. Kepco alimente les villes d'Osaka, Kyoto et Kobe. D'autres compagnies d'électricité de l'île septentrionale de Hokkaido comme des régions méridionales de Shikoku et Kyushu, ont également averti qu'ils ne pourraient répondre à la demande si les citoyens ne restreignaient pas leur consommation de respectivement 7 et 10%. Quant à Tepco, la compagnie qui exploitait la centrale de Fukushima et alimente Tokyo, elle estime être en mesure de répondre à la demande, malgré l'arrêt de ses 17 réacteurs. Elle appelle néanmoins les usagers à limiter leur consommation.

Le gouvernement plaide pour la relance des centrales nucléaires

Pour combler une partie du manque, les compagnies ont installé de nouveaux systèmes (dont des parcs solaires) et amélioré ou remis en service des centrales thermiques, ce qui les oblige à dépenser des fortunes pour s'approvisionner en carburants fossiles à l'étranger. Des échanges de courant entre producteurs permettent aussi de compenser en partie les manques d'une partie d'entre eux. Le gouvernement plaide pour la relance des réacteurs qui ont réussi les examens de résistance aux catastrophes naturelles et répondent aux nouvelles règles, mais les élus locaux, dont l'accord est nécessaire, hésitent à prendre cette responsabilité face à des citoyens méfiants. Les industriels militent aussi pour le redémarrage.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/05/2012 à 17:44 :
Une solution : les premiers KWh pourraient être d'un prix normal, puis ensuite le prix augmenterait sensiblement , ce qui permettrait aux Japonais de bénéficier d'une énergie au prix abordable dans un premier temps , à condition de ne pas en abuser , pendant l'été (donc pas de clim).
a écrit le 20/05/2012 à 11:46 :
c'est par ce drame que la conscience reprend le dessus. Les japonais vont devoir baisser leur consommation d'énergie, et c'est tant mieux pour eux. Nous devons en faire autant. Et tant pis pour les lobbys pétroliers et autres pollueurs, nos voitures sont trop lourdes, trop gourmandes, trop energivores. Trop d'enseignes allumées inutilement, etc...
Réponse de le 21/05/2012 à 11:25 :
Vous souhaitez donc que chez nous , en France, on arrète le chauffage en hiver. Dites-le aux intéressés, je ne suis pas sur que vous ayez un franc succès.
Quant aux pétroliers, ils se frottent les mains suite à cet accident nucléaire, car ils vendent du fuel à fond pour faire tourner les centrales au fuel et au gaz.
Réponse de le 21/05/2012 à 19:45 :
@ VD 69, personne n'a dit qu'il fallait éteindre les chauffages électriques cet hiver en France, c'est vous qui prenez vos désirs pour des réalités ! Le plan considéré comme le plus extrémiste (www.negawatt.org) préconise un remplacement progressif du chauffage électrique d'ici 40 ans par des économies d'énergies, prioritairement l'isolation par l'extérieure des "épaves énergétiques" qui consomment plus de 250 kWh / m2 / an.
a écrit le 19/05/2012 à 19:53 :
Faites suivre l article à vos députés verts
a écrit le 19/05/2012 à 18:02 :
Pour se rendre compte de la motivation des Japonais j'invite les lecteurs de La Tribune à un brin de cogitation: essayez d'imaginer ou serait le monde aujourd'hui si, en mars 2011, le vent avait soufflé régulièrement en direction de l'agglomération de Tokyo. Vous comprendrez alors pourquoi les Japonais vont accepter des sacrifices (hausse des prix, économies d'énergie, développement massif des renouvelables) pour en finir avec cette industrie nucléaire qui aurait pu anéantir le Japon et qui conserve tout son potentiel mortifère si on la remet en marche. Une Japonaise de 15 ans résume bien l'état d'esprit actuel de la population au Japon: http://www.youtube.com/watch?v=DPNhrgj36UI
a écrit le 19/05/2012 à 10:21 :
La clim est complétement inutile de toutes façons. c'est un caprice de riches qui ne supportent rien. ayant grandi en milieu subtropical a une époque ou ça n'existait pas, on organisait des courants d'air et avait des ventilos et ça le faisait trés bien. A quand la suppression de ces clims idiotes qui dévorent de l'energie? en plus la clim en Europe du Nord (oui, Paris est en Europe du Nord)..... pleeeaaase
a écrit le 19/05/2012 à 10:01 :
Hollande ferait bien d'y réfléchir. L'Alsace ne pardonnera pas à Paris de fermer Fessenheim !
Réponse de le 23/05/2012 à 17:32 :
ridicule pour l instant on a rien pour remplacer efficacement le nucléaire , pas assez de soleil pour le solaire , ni assez vent pour l eolio le geothermique pas possible sauf dans le massif central et encore le thermique archi cher et archi polluant l hydrolique c est l ideal mais les sites ont equipés a casi 100% en France , le gaz pas mal mais a terme tres cher , il faudrait qu on aboutisse a la fission a froid mais c est pas encore le cas
les solutions d ecolos a deux balles ca marche pas et ca fait les choux gras de certains La seule héresie c est d avoir eu la connerie (désolé pas d autre mot) de faire des centrales nucleaires dans un pays qui connait 5000 séismes par an !!!! Tout comme la centrale américaine située en plein sur la faille de San Andreas!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 19/05/2012 à 10:00 :
La facture en pétrole/fuel a bondi suite à la remise en route de vieilles installations (faut bien remplacer l'énergie des réacteurs, y a pas de "miracle").
Si le climat se réchauffe, dans les décennies futures, ça va devenir problématique. Peut-être ressortir les éventails pour remplacer les clims ?
a écrit le 19/05/2012 à 9:22 :
Depuis des années on essaye de nous faire croire qu'une sortie même progressive du nucléaire en France entraînerait la désolation et le chaos.
Le Japon, par la force des choses, a démontré qu'il était possible d'arrêter 50 réacteurs en 1 an !!! il est vrai au prix d'un peu moins de clim pendant l'été.
Avec nos compétences en la matière, nous devrions bien réussir à en arrêter 1 ou 2 parmi les plus vieux et/ou dangereux en 8 ou 10 ans...
a écrit le 19/05/2012 à 8:59 :
Pour nous ce sera en Hiver, chouette.
a écrit le 18/05/2012 à 22:34 :
voilà une info très intéressante
à transmettre d urgence à ÉVA et à ses
amis
a écrit le 18/05/2012 à 22:06 :
plus de clim donc chez les verts français et leurs amis socialistes. on va transpirer à l'Elysée et rue de Solférino....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :