La fermeture de Fessenheim inquiète les directeurs de centrales

 |   |  228  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les directeurs de centrales nucléaires s'inquiètent pour la filière nucléaire en France. Ils l'ont fait savoir dans une lettre de soutien aux employés de Fessenheim dont la centrale devrait fermer en 2016.

Les directeurs de centrales nucléaires françaises sont inquiets. Ces 22 signataires d'une lettre de soutien aux employés de la centrale située en Moselle s'offusquent du "caractère soudain de l'annonce de la fermeture de Fessenheim en décembre 2016". Parmi eux, l'ensemble des patrons de centrales en activité ainsi qu'André Palu, celui de l'EPR de Flamanville.

"Profonde infjustice"

La fermeture de la centrale de Fessenheim faisait partie des promesses de campagne de François Hollande, à ce titre elle était donc prévisible. Mais le calendrier confirmé par le chef de l'Etat au cours de la conférence environnementale et la décision elle-même sont ressenties par les employés de la centrale comme "une profonde injustice", expliquent-ils dans cette lettre que s'est procuré Le Figaro ce jeudi.

Craintes pour l'emploi

"Au-delà des questions que pose l?arrêt de la production de la centrale nucléaire EDF de Fessenheim sur la qualité de l?approvisionnement en électricité de l?Europe de l?Ouest, cette décision crée une profonde incertitude sur le projet industriel d?EDF pour son Parc nucléaire.", expliquent-ils. Les directeurs de centrale disent s'inquiéter pour "l'emploi et le développement économique" des territoires.

Concernant en particulier le cas de Fessenheim, la plus vieille centrale de France, EDF réclame 2 milliards d'euros à l'Etat pour compenser des investissements de rénovation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/09/2012 à 18:20 :
Parlons un peu argent, la fermeture de Fessenheim, c'est 2 Milliards d'Euros de pertes de production, c'est 4 milliards d'Euros pour construire les moyens de substitution soit 1800 MW X 3 car les ENR ne fonctionnent qu'à 20 ou 30 % du temps et qu'il faut aussi investir dans la construction de centrales thermiques au gaz (qu'on importe de Russie) pour avoir quand même de l'électricité quand il n'y a ni vent, ni soleil.
Voilà c'est ça la facture, à moins de réduire notre consommation d'autant, en isolant les logements des personnes déjà en précarité énergétique mais qui ne peuvent rien financer de ces travaux !
Qui va payer et dans quels délais cela se fera ?
A vos calculettes !...
a écrit le 23/09/2012 à 20:34 :
C'est bien YAN de croire aux énergies propres, alors que toutes les énergies ont "quelque chose de sale"... Mais le jour où les ouvriers iront travailler en vélos, cars, métros, ou voitures solaires, je croirai un peu à tes rêves...
La compétitivité du pays son niveau de vie, dépendent surtout de la disponibilité et du cout raisonnable de l'énergie. Si les directeurs des centrales nucléaires pensent que leur énergie est sûre et peu couteuse, ils ont bien raison de faire entendre leur voie dans un débat qui apparait faussé.
a écrit le 22/09/2012 à 19:53 :
Les directeurs de centrales plus que quiconque, comme tous les acteurs responsables du bon fonctionnement de l'état, sont assujettis à la volonté et aux décisions des gouvernements. Ils doivent, à ce titre, faciliter les perspectives politiques de ceux qui ont en la charge ; et non tirer à Hue et à dia.
a écrit le 22/09/2012 à 17:55 :
Alors qu'une petite clique de "vieux esprits" obnubilés par les mamouths technologiques et la gabegie énergétique continue à déverser sa propagande ringarde sur l'ensemble des Français, l'avenir se situe ailleurs. Les solutions au énergies sales et dangereuses sont largement plébiscités par les jeunes ingénieurs et architectes, c'est dans ce domaine qu'ils trouveront du travail et leur épanouissement dans l'avenir.
Admirez la créativité et le professionnalisme des étudiants du monde entier dans la compétition Solar Decathlon 2012: http://www.sdeurope.org/?lang=en
Et l'équipe des Français de Grenoble n'a pas démérité http://www.solardecathlon.fr/
a écrit le 22/09/2012 à 14:04 :
Le gouvernement français c'est planté en se lançant dans le nucléaire. Au lieu de se reposer sur les fossiles pour lancer les renouvelables, il a flamber tout son cash dans une technologie intermédiaire sans utilité (a part peut-être dans le domaine militaire).Le nucléaire est plus cher que les fossiles, et pollue plus que les ENR. Son seul "avantage" est de pouvoir différer des dépenses dans le temps (gestion des déchets du démantèlement). Plus vite il tarira cette source de dépense, plus vite on pourra rattraper notre retard en matière énergétique.
a écrit le 22/09/2012 à 9:12 :
Comme un véhicule qui a passé le contrôle technique, nos centrales passent une visite décennale au combien plus sévère sous le regard de l'autorité de sûreté.
Alors pourquoi pas détruire nos véhicules après 2 ou 3 contrôles techniques et passer à la machine à vapeur au charbon ...
a écrit le 21/09/2012 à 21:38 :
On va peut -être enfin poser les vrais problèmes qui sont ceux de la sûreté : combien de morts par le nucleaire comparé au charbon par ex. ? Que font les allemands qui construisent une vingtaine de centrales à charbon ? Qui va payer pour le gaz importé ? Où sont les emplois? Quelle surface neutralisée par le millier d'éoliennes nécessaires pour n'assurer que le quart du service de Fessenheim?
Réponse de le 22/09/2012 à 0:27 :
le nucléaire ça fait pas forcement beaucoup de morts mais la facture monte TRES vite. L'irsn (pas vraiment des anti-nucléaire) estime que Fukushima pourrait coûter entre 500 et 1000 milliards d'Euros et ça c'est par ce qu'ils ont eu beaucoup de chance par ce qui si ça avait soufflé vers Tokyo c'est toute l'économie japonaise qui aurait trinqué et par ricochet une bonne part de l'économie mondiale. Alors comparé à ça presque toutes les autres solutions sont bonnes à prendre.
Réponse de le 22/09/2012 à 12:36 :
On sait résoudre un incident dans une mine, dans une raffinerie... Pas dans une centrale nucléaire, aucun "expert" ne maîtrise les conséquences de Tchernobyl ou de Fukushima...
a écrit le 21/09/2012 à 17:06 :
Si le risque zéro n'existe pas, tout est fait pour le minimiser, il ne faudrait pas non plus exagérer dans le sens inverse et faire croire que l'on fait prendre des risques inouis à la population. Donc il faut croire les Autorités de Sûreté (indépendantes et compétentes) et faire confiance. Quand on a mis sur le tapis l'accident du travail à la suite d'une manipulation des chimistes de la centrale, c'était une action normale et concertée, les agents de sécurité qui ont été touchés par les vapeurs d'eau oxygénée n'ont ressenti que des picotements aux doigts comme si tu avais mis de l'eau oxygénée sur une plaie pour la désinfecter. Dans le même temps il y a eu 2 morts dans un accident du travail à Gandrange, en Lorraine, et pourtant personne n'en a parlé. Le danger existe mais il faut rappeler qu'en France, dans les autres pays d'Europe aussi, il n'ya pas eu de graves problèmes ayant entrainé la mort d'ouvriers et encore moins de population. Ce n'est pas AZF ! Je comprends les craintes, mais il est impossible d'arrêter un modèle énergétique construit en 30 ans, compte tenu des investissements colossaux, qui représentent une puissance installée de 60 000 MW (et qui peut fonctionner pendant encore 20 ou 30 ans à moindres frais en changeant les gros matériels comme les Générateurs de Vapeur, les Pompes Primaires etc). Faire confiance ce n'est pas être aveugle et c'est tout le sens des mes réflexions. Les écologistes sont un aiguillon nécessaire mais attention à ne pas détruire une nation qui se construit sans cesse et en ce moment il y a des choix déchirants. La conférence de l'environnement a raison de mettre l'accent sur l'isolation des bâtiments et logements pour économiser l'énergie, ça me parait la voie la plus sage mais difficile en terme de cout financier pour la nation et aussi pour les particuliers. De là à condamner une énergie, produite par les Réacteurs Nucléaires, qui assure un confort reconnu d'un pays (on se chauffe beaucoup quand il fait froid) et en plus des royalties quand on exporte dans les autres pays européens par l'interconnexion des réseaux, il y a un pas qu'on ne peut pas franchir par des invectives. On peut changer de modèle, mais à quel prix ? Pas seulement économique, aussi environnemental, industriel et social. Qui va assumer ? Quand on voit la facture d'électricité qui augmente sans cesse à cause des énergies alternatives qui reviennent beaucoup plus cher (exemple du photo-voltaïque). Qui veut payer encore plus cher ?
Réponse de le 21/09/2012 à 18:00 :
Capdomi33, vous ne faites que relayer le lobby nucléaire qui nous bourre le crane depuis 20 ans avec les mêmes arguments éculés. Moi je paye pas plus cher pour l'énergie et pourtant je déjà suis sorti du nucléaire ! J'ai simplement suivi cette démarche: www.negawatt.org Ma maison est passive et a énergie positive, sont surcout est étalé sur la durée du pret de construction. Economiquement le bilan est largement gagnant: mes économies d'énergies compensent le surcout de l'investissement. Le peu d'électrcité dont j'ai besoin provient de www.enercoop.fr qui est exclusivement basé sur les renouvelables.
Réponse de le 21/09/2012 à 18:34 :
@yan13 : uniquement basé sur le renouvelable ? Mais vous vous faites rouler dans la farine : le réseau français ne différencie pas l'électricité d'origine nucléaire, éolien, thermique ou photovoltaïque ! Enercoop "revend" ses kW à EDF, mais le réseau dont vous dépendez vous envoie peut-être de l'électricité produite par une centrale nucléaire ou thermique, ou un barrage. Si vous habitez près d'une centrale nucléaire ou thermique, soyez sûr que votre courant ne provient pas d'une quelconque éolienne ou d'un barrage !
Réponse de le 21/09/2012 à 23:26 :
Popop, vous donnez l'argument classique contre les VRAIS producteurs de renouvelables, ceci caractérise une incompréhensions du fonctionnement des réseaux d'électricité: bien entendu que les électrons qui viennent chez moi ne sont pas forcément ceux qui sortent du barrage ou de l'éolienne d'Enercoop. Par contre Enercoop met bien sur le réseau la quantité équivalente d'électrons que je consomme ou moment ou je les consomme, c'est peut être un autre qui en bénéficie mais ça n'a aucune importance . C'est bien du renouvelable qui est injectée sur le réseau.
Réponse de le 22/09/2012 à 9:41 :
Enercoop est le Poweo du renouvelable : il ne produit pas mais achète des kW qu'il revend ensuite. Et devinez qui est de très loin le premier fournisseur d?électricité renouvelable en France ? Le même qui possède 58 réacteurs nucléaires en exploitation...
Réponse de le 22/09/2012 à 13:33 :
Il ya juste une petite différence: enercoop revend uniquement de l'électricité renouvelable, c'est donc le seul opérateur qui me garanti de sortir du nucléaire, du fioul et du charbon, ce que ne font pas les autres
Réponse de le 25/09/2012 à 12:00 :
Bonjour Yan13,
J'ai lu tous vos commentaires qui sont certainement honnêtes et respectables. Cependant, est-il normal d'aprés-vous que des compagnies vendent des produits qu'elles ne produisent pas. Ces compagnies ne sont pas capables d'investir dans les moyens de production et de transport. Il n'y a aucun producteur pouvant fournir en masse sur le réseau qui ne soit pas directement ou par filiation lié au nucléaire. C'est trop facile de dire que je produis de l'électricité renouvelable quand cette entreprise n'est capable de produire que de l?électricité renouvelable pour alimenter quelques clients et non en masse pour les industries et la majorité des abonnés. Penser à soi et ses idées et ne pas penser à la majorité des consommateurs me semble un peu "égoïste". Excusez-moi pour ce terme mais réfléchissez à la dimension nationale et non que personnelle. Je suis aussi pour que nous utilisions toutes les formes d'énergie et pas seulement le nucléaire mais il faut resté cohérent.
a écrit le 21/09/2012 à 14:47 :
Edf a beau jeu de demander 2 Md d' Euros à l'état pour compensation des investissements de rénovation, on ne fait pas du neuf avec du vieux, Mr Proglio à du l'oublier.
Les centrales sont à bout de souffle, pourvu que Fessenheim tienne jusqu'à Décembre 2016.
Quant au chantage à l'emploi,il ne tient pas puisqu'il faudra bien des bras pour démanteler la centrale durant 10 années ?
Le jour un un accident aussi sévère que fukushima se produira en France (car il ne faut pas le nier, ce jour là arrivera), j'espère que tous ces responsables seront jugés pour leurs inconséquence !
Réponse de le 21/09/2012 à 15:54 :
Faut-il fermer Fessenheim ?... On ne peut pas reprocher au Président de la République d?avoir respecté les engagements du candidat Hollande en décidant de l?arrêt prématuré de la Centrale de Fessenheim. Mais n?est-il pas temps de passer d?un discours fondé sur des considérations électoralistes à une stratégie confrontée aux dures réalités d?une crise économique sans précédents ??...
Aujourd?hui, tout le monde a compris que l?éolien et le solaire ne peuvent remplacer le nucléaire et qu?il serait nécessaire de faire appel aux énergies fossiles, émettrices de gaz à effet de serre, avec de graves répercussions sur l?environnement. Il faudrait aussi créer de nouvelles lignes haute-tension dont personne ne veut dans son jardin !... L?application de cette décision entrainerait une augmentation inéluctable du prix de l?électricité et réduirait les capacités de notre pays à exporter vers ses voisins. Elle affecterait une des rares industries de notre pays compétitive avec des emplois qui ne peuvent être délocalisés vers des contrées lointaines !...
L?Autorité de Sûreté Nucléaire, rigoureusement indépendante du pouvoir politique, a donné son accord pour la poursuite de l?exploitation de Fessenheim pendant une durée de dix ans sous réserve de l?accomplissement de travaux de sûreté qu?EDF s?est engagé à mettre en ?uvre.
Il est donc déraisonnable de fermer cette Centrale au seul motif de son âge. Nous n?avons guère d?autre choix possibles ...
a écrit le 21/09/2012 à 14:38 :
Je suis effaré par l'inconscience de ces dirigeants !!
N'ont ils jamais eu conscience que le démantellement faisait partie de la vie de la centrale .La fin de vie certes, mais il faudra bien les démanteler un jour ... Ils ont déjà gagné oplus de 10 ans sur le cycle de vie.
Finalement je crois que le lobby nucléaire pousse à prolonger la vie des centrales car ils n'y a aucune solution ni économique ni technique au démantellement ... Le principe de la patate chaude, les prochaines générations se débriouilleront !
Réponse de le 21/09/2012 à 19:57 :
Ce qui prouve bien que vous ne savez pas de quoi vous parlez... Démanteler, EDF sait faire : ce n'est pas encore optimisé et il faudra plusieurs démantellement pour que ça le soit, mais EDF sait faire... En revanche, EDF a aussi le devoir de fournir la France en électricité tout en faisant des bénéfices. Le Nucléaire répondait à cette problématique, sans compté que la sûreté est au sommet des préoccupations d'EDF (et pour cause : sans sureté, la filière est condamnée).
Achetez une voiture d'une durée de vie estimée à 10ans. Si au bout de 10 ans, vous avez fait suffisamment d'entretien et de réparation et qu'on vous affirme que votre voiture peut tenir encore 5 ans, ce n'est pas rentable pour vous d'en changer... Eh bien, c'est exactement pareil ici...
a écrit le 21/09/2012 à 12:54 :
Suggestion : que les directeurs de centrales nuke se reconvertissent dans le PV, l'eolien ou l'hydro.
a écrit le 21/09/2012 à 12:12 :
Les directeurs de centrales ne sont pas des décideurs politiques, qu'ils arretent leur chantage. On a vraiment l'impression qu'EDF est un Etat dans l'Etat et que cette petite mafia du Corps des Mines et des Ponts continue à tout diriger et se fout royallement de la démocratie ! Il suffit de lire leur dernier rapport http://www.greenunivers.com/2012/09/rapport-eolien-et-solaire-a-peine-public-deja-decrie-85021/ pour se rendre compte à quel point ils mentent de façon grossière et manipulent la réalité. Moi j'ai envie de leur dire une chose: Messieurs les Polytechniciens faites donc votre boulot avant de vous prendre pour des dirigeants élus, allez faire un séminaire au Japon et prenez le temps de mettre votre (très) supérieure intelligence au profit des scénarios suivants: a - si le vent avait soufflé vers Tokyo en Mars 2011 faites nous un chiffrage du montant de la facture pour l'économie Japonaise. b - faites la même chose en France au cas ou un réacteur de Nogent explose et le vent qui souffle vers Paris. c - calculez le montant réel et complet de l'assurance risque qu'il faut rajouter au prix de l'électricité nucléaire en France.
Réponse de le 21/09/2012 à 12:25 :
@yan13 : +1 Le fait est que en cas d'accident le nucléaire est la pire des énergies : ex l'Ukraine est incapable de financer les conséquences de Tchernobyl (pas même le nouveau confinement). Et que statistiquement ces accidents sont récurants : USA, GB, Ukraine, Japon (juste pour le civil et en - de 50 ans). Ca fait un accident majeur tout les 12 ans environ ce n'est pas viable économiquement.
Réponse de le 21/09/2012 à 16:07 :
1) Le Japon organise des conférences périodiquement sur le nucléaire, les français s'y rendent donc tous les ans ; 2) les réacteurs français ne peuvent pas "exploser"... Et au risque de vous secouer, la centrale de Fukushima a parfaitement répondu au séisme, c'est la vague qui est à l'origine de l'accident, rien d'autre ; 3) le cas japonais n'a rien à voir avec la France, leurs réacteurs sont d'une technologie différente (réacteur à eau bouillante contre réacteur à eau pressurisée en France). Bref, comme à votre habitude, vous êtes contre cette technologie et mélangez tout.
Réponse de le 21/09/2012 à 17:46 :
Popop, dans le même genre de Mantras aux Dieux Atomiques vous avez oublié de nous écrire celui là: "le nuage de Tchernobyl n'a jamais contaminé la France". Même l'ASN et l'IRSN, pourtant pas vraiment anti-nucléaire, reconnaissent publiquement qu'il est impossible de garantir qu'un réacteur Français ne pourra jamais exploser.
Réponse de le 21/09/2012 à 18:14 :
Votre problème est que vous employez de mauvais terme. Un réacteur n'explose pas. Et sachez que je ne suis pas "pro", comme vous le pensez. Je suis juste pragmatique. Qu'on sorte du nucléaire ne me pose pas de soucis, on construira des centrales à charbon et à gaz, quelques éoliennes, et on mettra quelques panneaux solaires pour vous faire plaisir. Mais le nucléaire ne mérite pas toutes vos transformations et abus de langage. Etre contre une technologie n'empêche pas un minimum de rigueur.
Réponse de le 22/09/2012 à 10:51 :
@aka: Vous ne pouvez pas comparer les RBMK russes et les REP français, ils sont totalement différents, de la conception à la sureté, en passant par l'esthétique. Les réacteurs russes ont changé, depuis, ce ne sont plus les mêmes, vous savez!
Il faudrait au moins 60 éoliennes de 15 MW pour remplacer un réacteur nucléaire de 900MW (les moins puissants en France), alors bon, là aussi, dire que le nucléaire n'est pas viable, alors il faut aussi précisez que les ENR non-plus. Créons une éolienne de 900MW: c'est absolument impossible, ou alors elle aurait des dimensions inimaginables.
Et je ne parle même pas des panneaux solaires: c'est pire.
Réponse de le 22/09/2012 à 13:43 :
AtomicD vous êtes en retard d'au moins 10 ans, dans les ENR les progrès sont très rapides et vont toujours dans le bon sens, alors qu'avec le nucléaire c'est exactement l'inverse. De nos jours pour totaliser 15 MW il suffit juste de 3 éolienne offshore ou 10 éolienne terrestre et ces chiffres seront très probablement encore divisés par 2 d'ici 2020.


avec 60 éolienne pour votre gouverne les éoliennes qui se vendent actuellement pour l'offshore font entre 2 et 6 MW donc 60 éoliennes ça ferait 300 MW. Les éoliennes terrestre font entre 1 et 2 MW donc si c'était en terrestre 60 éolienne ça ferait 100 MW
Réponse de le 22/09/2012 à 14:54 :
Oh, d'accord, donc pour remplacer un réacteur de Fessenheim, il en faudrait 450, excusez-moi, c'est encore pire que ce que j'avais imaginé, merci de me donner raison!
Par exemple, pour remplacer Gravelines, il en faudrait entre 2800 et 5600! Haha, quelle marrade! 5600 éoliennes, il faudrait sacrifier une bonne partie du Nord pour vos "si belles et gentilles" ENR. Et ce n'est que pour Gravelines!
Réponse de le 22/09/2012 à 18:02 :
@AtomicD Pour remplacer nos vieilles pétaudières radioactives il ne faut pas mathématiquement les substituer par d'autres moyens de production, ça ne marchera jamais en effet. La seule solution, et c'est ce que fait l'Allemagne et le Japon: un mix de maitrise des usages de l'énergie (forte réduction des consommations) et de productions renouvelables décentralisées, explications ici: www.negawatt.org
Réponse de le 23/09/2012 à 11:18 :
Et vous croyez que les gens sont prêts à fortement réduire leur consommation? Surtout avec les constructions de voitures électriques, par exemple? C'est une bonne idée de faire comme l'Allemagne: ouvrons des dixaines de centrales à charbon en attendant de pouvoir payer plus cher notre électricité grace aux ENR!
Vous croyez que l'Allemagne se suffit à elle-même pour la production électrique? Pas du tout, elle fait importer de l'électricité nucléaire produite par des centrales françaises, ce qui crée des revenus supplémentaires pour la France. L'Allemagne, du temps où elle avait encore du nucléaire, elle faisait déjà importer de l'électricité. Alors maintenant, elle importe bien plus.
a écrit le 21/09/2012 à 11:27 :
La france est un pays sclérosé qui a peur de la moindre évolution persuadé que le progrès est dans l'immobilisme. Heureusement nos voisins allemands tirent encore l'économie européenne et montre l'exemple, espérons que l'on ne mette pas encore trop longtemps à les copier.
Réponse de le 21/09/2012 à 11:48 :
Au contraire de nous Français, il existe des pays qui se sont engagés dans le nucléaire ou autres technologies innovantes et qui n'ont pas peur, quitte à mourir au nom de la science et du progrès. Je citerai en premier, le Japon, puis les USA qui sont champions du monde dans la recherche pour la production d'OGM's, ces produits comme tout le monde sait à présent, sont de vrais régularateurs de la population humaine.
Réponse de le 21/09/2012 à 12:00 :
Justement, Vu les évènements au Japon, il serait temps que la France sorte de sa torpeur avant de finir comme eux.
Réponse de le 21/09/2012 à 12:33 :
@EIFFEL :je vous cite : "qui n'ont pas peur, quitte à mourir au nom de la science et du progrès." Dites moi que vous plaisentiez...Que c'est de l'humour... Me laissez pas dans le doute...
Réponse de le 24/09/2012 à 9:46 :
Oui, Chich c'est bien de l'humour noir. Si les terriens en viennent à utiliser des technologies aussi mortellement dangereuses que l'énergie nucléaire et les OGM's, c'est parce qu'ils ont dépasé les limites raisonnables de peuplement de laTerre. La France est surpeuplée et poursuit cette folie en accueillant près de 300 à 500 000 personnes supplémentaires chaque année sur son territoire, cequi nécessitent la construction d'une centrale nucléaire tous les 3 ans ainsi que la construction de logements sociaux d'urgence chaque jour.
Réponse de le 24/09/2012 à 18:06 :
L'énergie nucléaire a proprement parlé tue bien moins que les accident routiers, par exemple: remettons les choses à leur place. La France a décidé de s'engager ans le nucléaire, ce qui est plus que raisonnable compte-tenu des évolution démographiques et de l'accroîssement de la demande en électricité. La France est un des très rares pays à s'être préparé pour cela grace au nucléaire (puissant et peu coûteux).
Et je le répète encore, comparer la France au Japon est absurde: ces deux pays n'ont absolument aucun point commun.
a écrit le 21/09/2012 à 10:54 :
Il faut avoir du courage en politique. Les allemands ont décidé de sortir du nucléaire, toute la population suit. En France on décide de fermer une seule centrale vieillissante et très difficile à mettre aux normes (au moins 500 millions d'euros). Au mieux tu passes pour un incompétent au pire tu perds les élections. Tout un symbole.
Réponse de le 21/09/2012 à 12:28 :
Où on voit que toute la génération d'après guerre a eu le cerveau lavé par De Gaulle et sa clique pour faire croire que le nucléaire est une énergie propre et sans danger (comme l'amiante soit dit en passant).
a écrit le 21/09/2012 à 1:44 :
A quand Lille dans le Midi Pyrenees, Bordeaux en Ardennes et pourquoi pas Paris au Pays Basque... Chez les Guignols de l'Info cela pourrait faire sourire! Dans un article de la Tribune cela est fort inquiétant.
a écrit le 20/09/2012 à 23:25 :
Mitterand avait fermé Plogoff qui n'avait pas été construit ,pour donner un gage aux verts .C'était plus malin que de fermer une centrale financièrement amortie qu'il va falloir remplacer au prix fort! plutot que de la laisser produire du KWH pas cher .Qui va payer :les écolos???ou les clients d'EDF ?
a écrit le 20/09/2012 à 21:21 :
Qu'ils fassent comme Sarko : qu'ils ne renouvellent pas en local un salarié sur deux qui part à la retraite et propose le poste à un salarié de Fessenheim ... là cela aidera ... plutôt que de s'étonner bêtement de découvrir une promesse de campagne de Hollande élu par les Français.
Réponse de le 21/09/2012 à 20:03 :
Une brillante idée : en tant qu'ingénieur spécialisé dans le nucléaire, je me vois bien reconverti en secrétaire de mairie...
a écrit le 20/09/2012 à 21:03 :
Il ne faut pas que les directeurs des différentes centrales nucléaires s'inquiètent. Le nucléaire, c'est l'avenir, Fessenheim ferme car elle est soit-disant trop vieille (je persiste à dire que c'est une grosse erreur de la fermer), mais les autres sont en très bonne santé. De plus, elles permettent à la France de rayonner dans le monde grace à son industrie énergétique. Des pays comme l'Allemagne se dirigent vers le renouvelable et en attendant, ils ouvrent des centrales à charbon, ça, ce sont des pays qui n'ont rien compris. D'autres, comme la France ou la Chine, conservent et/ou agrandissent leur parc nucléaire: pays qui savent par où se tourner pour voir dans l'avenir.
Réponse de le 21/09/2012 à 8:19 :
@ AtomicD : "Fessenheim ferme car elle est soit-disant trop vieille (je persiste à dire que c'est une grosse erreur de la fermer), mais les autres sont en très bonne santé."
Pourquoi les autres? Fessenheim est encore plus concernée que les autres... Montrée du doigt à longueur de journée, les investissements ont été plus important et les modifications apportées plus récentes que les autres centrales (la première centrale à s'équiper d'un renforcement du radier pour acceuillir le corium en cas d'accident) et d'autres modifications importantes...
Le reste du texte je suis ENTIEREMENT d'accord avec vous. Pauvre Français qui verront leur facture augmenter à cause d'une décision politique totalement injustifiée.
D'un côté PSA ferme car ils ont pas le choix et le gourvernement se bat et de l'autre côté on ferme des usines qui fonctionne TRES bien pour des raisons politique. "va comprendre..."
Réponse de le 22/09/2012 à 10:42 :
Evidemment, je n'espère pas qu'une autre centrale ne tombe dans le collimateur du gouvernemnt actuel. Mais, c'est vrai, Fessenheim sera un énorme trou économique pour sa région. On veut en faire une entreprise de démantèlement qui, soit-disant, conservera tous les emplois, mais c'est faux: un démantèlement nécessite bien moins de personnes qu'une continuité d'activité. De plus, un démantèlement, ç'a une durée limitée, les salariés ne garderont pas leur emploi éternellement et , étant un gros emplyeur, sans la centrale, ça va faire un vide. Mais il faut se consoler en se disant que rien n'est encore fait.
a écrit le 20/09/2012 à 20:11 :
Je crois plutôt qu'ils s'inquiètent pour leur poste :-)
a écrit le 20/09/2012 à 19:49 :
les catastrophes nucléaires sont terribles mais réversibles car la radioactivité disparait naturellement. Par contre l'effet de serre lié au charbon gaz et pétrole va modifier à jamais le climat de notre belle planète. Il faut choisir et assumer nos choix.....
Réponse de le 20/09/2012 à 20:13 :
@titi87: tu l'as dit bouffi :-) c'est pas quelque chose comme des millers d'années pour que la radioactivité s'estompe...c'est-à-dire la vie d'un homme normal, non :-) bon, Sarko a dit que nous allions vivre plus longtemps, donc il y a de l'espoir :-)
a écrit le 20/09/2012 à 19:36 :
"EDF réclame 2 milliards d'euros à l'Etat" qui sont les pigeons à la fin : les consommateurs .
Les anciens ont payé pour l'installation des centrales, la génération suivante pour l'entretien de leurs survies, les actuelles et futures générations pour leurs démantèlements .
Réponse de le 21/09/2012 à 9:53 :
Pourquoi? Tu comptais ne rien payer pour ton energie?
a écrit le 20/09/2012 à 18:51 :
La soupe est tellement bonne (voir en particulier les modalités de retraite, la facturation de l'électricté et du gaz), que l'on comprend que ces personnes "jouent la solidarité" pour les autres, mais surtout pour eux. On peut penser que du temps de M. Tatcher ces signataires auraient été mutés...Lorsqu'une usine PSA, Renault, Johnson and Johnson, etc. ferme, on ne constate pas ce type de réaction de la part des "confrères".
Réponse de le 25/09/2012 à 11:42 :
Ces responsables sont tous des gens qui ont un niveau d'instruction supérieur à la moyenne de ceux qui écrivent dans ce forum. Ils ont eu des responsabilités avant d'atteindre ce poste. Pensez-vous qu'ils feraient vivre leur famille à proximité s'ils n'étaient pas certains de la sûreté de leurs installation. De plus, heureusement que dans ce pays, chacun puisse s'exprimer et qu'il n'y a pas que les "anti-quelque chose" généralement minoritaire qui puissent se faire entendre avec des moyens pas toujours très légaux.
Amicalement
a écrit le 20/09/2012 à 18:36 :
Fessenheim se situe dans le Haut-Rhin et non en Moselle.
Réponse de le 22/09/2012 à 9:55 :

Cette décision d'arrêt est pûrement politicienne. Elle ne repose sur aucun des 4 critères retenus habituellement.
Elle n'est pas obsolète économiquement bien au contraire et ceci malgrè les travaux demandés par l'ASN.
Elle est sûre ce que vient de redire l'ASN.
Il n'y a pas une surproduction d'électrcité de base en Europe continentale.
Elle n'est pas obsolète au plan environnemental.
Le politique qui s'émeut de la décision de Peugeot fait bien pire avec Fessenheim.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :