EDF/ Veolia : Frérot marque encore un point ... avant le set décisif autour de Dalkia

 |   |  590  mots
Copyright Reuters
Antoine Frérot, PDG de Veolia, n'a pas accédé au souhait d'EDF de conserver un siège au conseil d'administration de Veolia. Le conflit entre les deux groupes autour de leur filiale commune Dalkia entre dans une phase décisive.

Veolia Environnement vient de fermer la porte au souhait d'EDF de conserver un siège dans son conseil d'administration. Henri Proglio, qui voulait qu'EDF reste représenté au titre des 4% du capital de Veolia qu'il détient, est remplacé par l'ancienne présidente de l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) Marion Guillou, qui siège également au conseil d'Areva.

EDF n'a jamais eu de siège en tant que tel
Jusqu'à présent, EDF n'avait pas officiellement de siège au conseil, mais était de fait représenté par Henri Proglio, ex-patron de Veolia qui a pris la tête de l'opérateur électrique historique en 2009. Après avoir gardé la présidence du conseil de Veolia jusqu'en décembre 2010, Henri Proglio avait fini par démissionner du conseil en octobre dernier.

Proglio en guerre ouverte depuis 18 mois
Le refus de laisser un siège à EDF est un nouveau point marqué par Antoine Frérot, le PDG de Veolia, dans la riposte qu'il mène contre Henri Proglio. L'actuel patron d'EDF est en guerre ouverte contre son ex lieutenant depuis l'été 2011. En févier dernier, il a même tenté un putsch pour démettre Frérot et le remplacer par Jean-Louis Borloo à la tête de Veolia. A la suite de quoi, Antoine Frérot avait accélére le remplacement des derniers fidèles de Proglio dans son comex et au conseil d'administration.

Bras de fer autour du financement de Dalkia
Aujourd'hui, les deux hommes, et les deux groupes, se battent autour de leur filiale commune Dalkia, spécialiste des services énergétiques. Ils viennent même d'engager un bras de fer sur les financements. En octobre, Proglio a assigné Veolia devant le tribunal de commerce de Paris pour tenter de prendre le contrôle de Dalkia France dont EDF ne détient que 34%. La prochaine audience est fixée au 21 janvier.

Des lignes de crédits expirent fin décembre
En même temps, en raison d'un changement de règles comptables, Veolia va avoir besoin, à partir du 1er janvier 2013, de l'accord d'EDF pour continuer à consolider dans ses comptes les résultats de Dalkia. Ne misant pas sur un tel consentement, Veolia refuse de continuer à assurer l'essentiel des besoins de financements de Dalkia. Bilan : 260 millions d'euros d'emprunts bancaires arrivent à échéance fin décembre (730 millions d'euros selon EDF) et la situation est bloquée.

Un administrateur ad hoc a été nommé
Le PDG de Dalkia a demandé, et obtenu, la nomination d'un administrateur ad hoc sur ce dossier. Maître Christophe Thévenot a été désigné par le tribunal de commerce de Paris. Sa tâche est à la fois délicate et urgente. «Dalkia International connaît aujourd'hui une crise de liquidité artificiellement créée par Veolia», dénonçait récemment dans le Figaro Thomas Piquemal, le directeur financier d'EDF. Il affirmait «avoir fait deux propositions pour sortir de l'impasse».

Une situation bloquée
Récemment encore, EDF aurait proposé de participer à hauteur de 24 % au financement de Dalkia, mais à condition d'avoir un meilleur accès à l'information financière de l'entreprise. Proposition qui aurait été retoquée par Veolia. Du côté du groupe dirigé par Antoine Frérot, on affirme avoir fait « une offre de financement de long terme à des conditions de marché ». Mais cette solution a été rejetée par le conseil d'administration de Dalkia International (où les deux groupes sont à parité 50/50). EDF s'y est opposé, arguant que les conditions étaient inacceptables. Jusqu'où iront les deux groupes dans ce bras de fer ?
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/11/2013 à 0:22 :
j’ ai esseillé cette galette, elle est trés bonne, je n’ avais jamais fait au par avant, je l’ai bien rèissi pour la première foi grace a tes conseilles, comme je ne boie pas d’alcole j’ai met une cs de l’eau de fleurs d’oranger, et c’est tres bon, merci pour toutes bonnes recettes.
bottes ugg http://bibliotheques.amiens.fr/medias/uggpascher.html
a écrit le 27/12/2012 à 13:29 :
Pour éclairer Scandaleux ,Raleur,Padraid, HmHm etc.....et pour la petite histoire il faut savoir que si Proglio est arrivé à ce poste c'est parce qu'il à été
le seul des patrons(CGEA) de la Générale des eaux à se prosterné devant Messier quand ce dernier à été parachuté à la tête de la Générale des eaux .Devant ses comportements de larbin vis à vis de Messier ,Proglio avait hérité de deux surnoms voir trois dans le groupe Gdes Eaux , le premier était " Le lèche bottes" ( surtout utilisé à La Générale de Chauffe) le second "Le petit bouffon" .( Surtout dans les filiales à l'étranger)
un autre circulait mais surtout à CGEA ; T.P.M. (tout pour moi) ,
TPM associé à J2M (Jean Marie Messier ) Un vrai duo d'enfer ,il suffit de voir les endettements des sociétés qu'ils ont malheureusement dirigées.
Les a t'il gardé à EDF ?

a écrit le 18/12/2012 à 11:19 :
PROGLIO est le pire patron de l'histoire du CAC40, des milliards perdus, une stratégie du 19eme siècle basée sur une seule énergie, le nucléaire, complètement dépassée, des avantages hallucinants pour les agents pour acheter la CGT, une incapacité chronique à gérer ses chantiers (Brennilis, EPR), une volonté affichée de retarder le France en freinant les économies d'énergie et les ENR, le plus mauvais rendement mondial de son parc nucléaire, plus de 60% des anomalies mondiales dans le nucléaire avec son parc, etc....
ET il est toujours là, UMP ou PS au pouvoir, ami avec les conservateurs productivistes des années 80 de tout bord (Sarkozy, Ayrault ou Hollande).
Le monde change mais pas eux
a écrit le 18/12/2012 à 8:26 :
A quand la porte sans aucuneS indemnitéS pour l fameux PROGLIO le plus mauvais PDG qu EDF ai connu?
a écrit le 18/12/2012 à 2:33 :
Proglio ... Le grand capitaine d'industrie que nous a vendu l'ex-President Sarkozy pour 1,6 millions d'euros/an a la tete d'EDF . Et qui ne voulait pas lacher sa double numeration ...
Compte tenu des resultats d'EDF , je suggere une mise a la retraite d'office ( sans bonus , cela va de soit ) .
a écrit le 17/12/2012 à 17:53 :
Deux hommes. On est bien loin de la logique, des business plans et de toute ce qu'on peut apprendre dans une école de Management. La vraie vie, c'est ça. Des grands enfants qui se disputent des parts de gâteaux. Le monde des grands chefs d'entreprise comporte beaucoup de personnes que le succès a rendu imbues d'elles mêmes. A un point que l'égo décide parfois à la place du cerveau.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :