EDF/ Veolia : Proglio porte devant les tribunaux la guerre contre Frérot

 |   |  501  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
Jusqu'où ira Henri Proglio dans sa lutte contre son successeur à la tête de Veolia ? Dans un premier temps, il déplace le champ de bataille devant les tribunaux. EDF assigne Veolia Environnement autour de leur filiale commune Dalkia. Audience le 22 novembre.

L?histoire pourrait être drôle si elle ne concernait pas des groupes qui emploient en France des milliers de personnes. Henri Proglio, à l?époque à la tête de Veolia, avait fait signer en décembre 2000 à EDF, alors dirigé par son « ami » François Roussely, un accord créant une filiale commune aux deux groupes, Dalkia, qui liait les mains d?EDF. En un mot : les deux groupes sont à 50/50 sur les activités inerlantaionales de cette filiale de très rentables services énergétiques (gestion de réseaux de chaleur, de gros systèmes de chauffage?) mais EDF n?a que 34% des activités France. Une option, à lever avant fin septembre 2005, donnait en théorie le droit à EDF de monter à 50%. Mais pour cela, il lui fallait obtenir ?. l?accord de Veolia. Inutile de dire que Veolia ne l?a jamais donné. Bref, une option qui n?en n'était pas une.

La trêve rompue début 2012 lors du putsch de Proglio sur Veolia
Si Proglio, à la tête de Veolia, se réjouissait de bon « coup » fait à son « ami » Roussely, une fois à la tête d?EDF, cela lui a semblé moins drôle. Surtout à mesure que son hostilité montait à l?encontre de son ex lieutenant Frérot qui lui succède à la tête de Veolia. En décembre 2011, à l?occasion d?une trève, les deux groupes s?étaient mis d?accord pour que cet actionnariat change. Quelques semaines après, Proglio tentait de faire débarquer Frérot de Veolia pour le remplacer par Jean-Louis Borloo. La trêve était rompue.

EDF aurait réagi face à la menace d'un rapprochement Veolia/Suez
Aujourd?hui, nouvel épisode. EDF va en justice pour tenter de monter à 50% dans la filiale France. Difficile de connaître le fondement juridique de l?assignation. L'électricien, semble-t-il, considère que le pacte initial entre les deux groupes prévoit un partage des pouvoirs et une montée d'EDF à 50%, indépendamment de l'option qui a expiré en septembre 2005. L'entourage d'EDF affirme que l'initiative juridique est liée à la révélation le week-end dernier de projets de rapprochement entre Veolia et Suez Environnement. "Nous devons perserver nos intérêts face à la menace de voir Dalkia tomber dans l'escarcelle de notre concurrent GDF Suez", souligne-t-on.

Les deux groupes se tiennent par la barbichette

Une seule certitude : Veolia est acculé à négocier car, faute d?accord avec EDF, le groupe de services à l?environnement ne pourra plus consolider cette filiale dans ses comptes à partir du 1er janvier 2013, en raison d?un changement de normes comptables. Mais les deux géants se tiennent par la barbichette puisque Veolia affirme avoir fourni l?essentiel des financements de Dalkia et pourrait de son côté exiger qu?EDF se mette à niveau. D?autant que d?importants emprunts arrivent à échéance à la fin de l?année.
La tâche sera ardue pour le tribunal de commerce. Selon Le Monde, la première audience est prévue le 22 novembre.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/10/2012 à 16:05 :
La gestion de Henri Proglio a la tete de Veolia a été catastrophique à cause d' une politique de développement incontrolé et incapable d'anticiper et de faire face au moindre ralentissement .....Mr Proglio a ruiné les actionnaires et a laissé une société rongée par la maladie.......Alors que Proglio se fasse oublier et laisse son successeur réparer les dégats.....On se demande d'ailleurs si Proglio est vraiment à sa place chez EDF !?
Réponse de le 12/07/2014 à 14:09 :
Et au meme moment le gouvernement a bloquer l'acces a Google ,...nous pensions que cela durerait le temps de l'anniversaire des evenements de Tian an men, mais en ce moment de Juillet rien a changer
a écrit le 27/10/2012 à 12:26 :
J ai connu proglio lorsqu il etait manager chez arthur andersen , il me semble qu il pete les plombs et que son amitie avec sarko n a pas arrange les choses , debarquons lecd edf afin qu il prenne des vacances
a écrit le 27/10/2012 à 10:53 :
pas étonnat que les patrons n´arrivent pas à discuter avec leurs employés en France: ils n´arrivent même pas à régler leurs querelles. Très immature tout ca. Vous ne pensez alors pas que les groupes étrangers ont envi de travailler avec des patrons immatures et qu´ils préfèrent coopérer avec des grosses entreprises voisines de la France. Déolant: les patrons en France enfoncent. Ils devraient être des références et représenter leurs sociétés et leur pays.
a écrit le 27/10/2012 à 6:13 :
Sur le fond cette affaire n'est plus industrielle mais personnelle à parier que cette guerre d'égo avec un M. Proglio qui a montré que son parcours chez Veolia n'était pas des plus rentable, peut devenir une crise industrielle dont les salariés de cette filiale en paieront les conséquences. Pour ma part l'Etat actionnaire d'EDF doit demander à M. Proglio de cesser sa guerre perso avec Veolia et au pire démisionner. La France n' a pas besoin de ce type d'industriel, si industriel il est? trop occupé par son égo que par le devenir de l'Entreprise en général. Plus que jamais les Entreprises ont besoin de sérénité et non cramer de l'énergie dans des petites "affaires" minables à la politicienne. Mais sur le Fond M. Proglio est-il un vrai industriel ou un clône des politiques.
a écrit le 27/10/2012 à 6:05 :
Et ça c'est un type qu'on ose nous présenter comme un grand capitaine d'industrie? Si cet article est exact, il ne mérite pas sa réputation.
a écrit le 27/10/2012 à 0:54 :
Il ne doute de rien. Il a surévalué ENBW, la filiale allemande pour la revendre au Land du Baden Wurttenberg en manipulant Stephane Mapus, le vice premier ministre de l´époque. La CDU lui doit la perte de ce land qui était 60 ans à droite et qui est passé du côté des verts.
a écrit le 26/10/2012 à 23:22 :
proglio est compté: il a trafiqué avec son frère (dans une banque d´affaire) et il va devoir rembourser l´état allemand pour avoir gagné 800 millions d´euros de trop dans la vente de EnbW. Ce même frère a t´il trempé aussi dans les histoires Veolia. Il faudrait voir l´histoire de plus près. Bonne chance.
a écrit le 26/10/2012 à 18:44 :
Proglio,une créature et instrument de Sarko.Un fouteur de troubles.Hollande a oublié de lui
renvoyer.EDF est à la peine malgré la protection de l'état.
a écrit le 26/10/2012 à 18:14 :
j'allais dire quel C ce type mais enfin de compte ce type laiise véolia dans un état lamentable et ce jaloux ne cherche qu"a le faire C
VIVEMENT QUE LE GOUVERNEMENT LE VIRE
a écrit le 26/10/2012 à 16:54 :
je reproduis ici l'excellent commentaire du Pr. CLAIRVIEL sur ce sujet :L?alerte VEOLIA est elle fondée ? Réaction a chaud.
D?abord la proie potentielle DALKIA n?a qu?un intérêt comptable en IAS-IFRS car sa perte nette en 2011 est déductible des comptes du consolidant et alors que cette cible subit cette perte par un excès d?investissement mal financé. Sauf à supposer que ses choix audacieux aboutiront, le résultat opérationnel quant à lui végétera jusque là? Donc le résultat net est tristounet : - 1,7 % par action !
Ce superpose l?affaire PROGLIO - FREROT qui semble refléter un (ancien ?) conflit d?intérêt. Je ne sais ou le quotidien « Le Monde » est allé chercher ses chiffres, moi je m?en tiens à ceux publiés au greffe ou l?on constate que les 8,3 Md? de CA annoncé deviennent au mieux 7 Md?, et que la perte constatée se fait après revalorisation des actifs incorporels passés de 480 m? fin 2009 à 594 m? fin 2011 (+23%) à périmètre quasi constant (ou plus précisément en tenant compte des résultats versés par 2 filiales rentables qui ont été vendues entretemps).
Symbole des « baronnies » à la française, la confrontation EDF-VEOLIA est une nouvelle preuve (qui nous manquait sans doute) dans l?absurdité économique d?une stratégie nationale: là ou on espérerait une francophonie des affaires solidaire et complémentaire on ne trouve que mazarinades et énergies couteuses vainement dépensées. Quelques avocats en profiteront, mais en ce temps ou bientôt surgira un champion international dans cette spécialité, nous n?aurons qu?à constater que les lutes intestines et le carriérisme à l?européenne ne peuvent rivaliser face au pragmatisme d?autres compétiteurs mondiaux. 26.10.2012, 12H30.
a écrit le 26/10/2012 à 15:33 :
inerlantaionales ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :