Alstom : Patrick Kron désigne Poupart-Lafarge comme successeur

 |   |  188  mots
Je compte passer la main [...] à Henri Poupart-Lafarge, si le conseil d'administration suit ma recommandation, a indiqué Patrick Kron
"Je compte passer la main [...] à Henri Poupart-Lafarge, si le conseil d'administration suit ma recommandation", a indiqué Patrick Kron (Crédits : Reuters)
Le PDG d'Alstom a proposé à son conseil d'administration de le remplacer par Henri Poupart-Lafarge. Par ailleurs, les actionnaires de l'entreprise ont entériné vendredi la cession du pôle énergie du fleuron industriel français au conglomérat américain GE.

"Après la conclusion de cette opération, c'est-à-dire après la redistribution aux actionnaires (d'un dividende exceptionnel permis par la cession des activités "énergie"), je compte passer la main [...] à Henri Poupart-Lafarge, si le conseil d'administration suit ma recommandation", a indiqué Patrick Kron au quotidien Le Figaro du vendredi 19 décembre.

Ancien directeur financier du groupe, Henri Poupart-Lafarge dirige aujourd'hui son pôle "transports", appelé à rassembler l'essentiel des activités d'Alstom dans sa nouvelle configuration. Ce dernier apparaissait à ce titre comme le dauphin pressenti de Patrick Kron.

Cession du pôle énergie à GE entérinée

Par ailleurs, les actionnaires d'Alstom ont entériné vendredi à la quasi unanimité la cession du pôle énergie du fleuron industriel français au conglomérat américain General Electric, au terme d'une assemblée générale ponctuée d'échanges tendus avec le PDG Patrick Kron.

Ainsi, la vente pour 12,35 milliards d'euros de 70% des activités d'Alstom a été approuvée par 99,187% des voix, un vote sans surprise dans la mesure où elle était soutenue par le principal actionnaire, le groupe Bouygues qui détient une participation d'environ 29%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/12/2014 à 19:03 :
Il a fait le boulot,vendre un fleuron aux racketteurs,il peut partir au diable s'il veut,les patriotes se souviendront de lui,........
a écrit le 20/12/2014 à 2:00 :
Alstom Transport sortira de l’opération avec une trésorerie nette nulle. De quoi s’inquiéter pour l’avenir du chef de file de la filière ferroviaire française.
Réponse de le 20/12/2014 à 3:29 :
Vous insinuez que la branche transport serait subventionnée par la branche énergie et vous vous inquiétez que maintenant de l'état de sa trésorerie... Peut être qu'une fois au bord de la faillite une offre d'achat se présentera pour sauver les meubles de l'industrie française dont la gauche a toujours souhaiter se débarrasser par idéologie contre les "capitaines d'industrie" et le vilain patronat esclavagiste qui malgré tout offraient de nombreux emplois à la France laborieuse qui se lève tôt (pour finir tard).
Réponse de le 20/12/2014 à 11:39 :
Tout a fait d'accord... La concurrence est très rude (CAF, CSR Corp/China CNR Corp...), des produits trop high tech, des ventes en berne , peu de cash, un management volontairement dévastateur ou trop politique, des contrats à mener avec beaucoup de contraintes locales (cf Prasa)... Alstom Transport fusionnera avec un autre et continuera à muter hors de France. L'avenir n'est plus en France dans cette industrie

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :