EDF cède sa filiale RTE valorisée 8,2 milliards d'euros

 |   |  197  mots
Au terme de la transaction, autorisée lundi par la Commission européenne, le groupe détient donc 50,1% de cette coentreprise, la Caisse des dépôts 29,9% et CNP Assurances 20%.
Au terme de la transaction, autorisée lundi par la Commission européenne, le groupe détient donc 50,1% de cette coentreprise, la Caisse des dépôts 29,9% et CNP Assurances 20%. (Crédits : CHARLES PLATIAU)
L'énergéticien public a annoncé avoir finalisé la cession partielle à la Caisse des dépôts (CDC) et CNP Assurance de sa filiale RTE, qui gère le réseau électrique français à haute tension.

L'énergéticien public EDF a annoncé vendredi avoir finalisé la cession partielle à la Caisse des dépôts (CDC) et CNP Assurance de sa filiale RTE, qui gère le réseau électrique français à haute tension, valorisée quelque 8,2 milliards d'euros.

Le groupe a précisé, dans un communiqué, avoir cédé une participation de 49,9% dans une coentreprise où il avait transféré, en décembre 2016, la totalité du capital de RTE.
Au terme de la transaction, autorisée lundi par la Commission européenne, le groupe détient donc 50,1% de cette coentreprise, la Caisse des dépôts 29,9% et CNP Assurances 20%.

Baisse de la dette financière du groupe EDF

L'opération, réalisée sur la base d'une valorisation de 8,2 milliards d'euros pour la totalité des fonds propres de RTE, "contribue à une diminution de l'endettement financier net du groupe EDF à hauteur de 4 milliards d'euros, avant éventuel complément de prix" pouvant atteindre 100 millions d'euros, a-t-il indiqué.

Cette cession, qui avait été annoncée à l'été 2016, porte à 6,5 milliards d'euros le produit des cessions réalisées par EDF dans le cadre d'un objectif total de 10 milliards d'euros sur la période 2015-2020.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/04/2017 à 20:37 :
Encore une aide de l'Etat dégouisée.
A la fin ce seront les contribuables qui payent....
a écrit le 02/04/2017 à 9:16 :
C'est la poursuite de la privatisation d'EDF. A quand un accident nucléaire grave comme au Japon? La logique du fric et la sûreté nucléaire n'ont jamais fait bon ménage !
a écrit le 01/04/2017 à 17:31 :
Ce qu'on appele vendre les bijoux de la couronne pour payer les conneries dans le nucléaire, et encore, EDF, controlé à 85% par l'Etat, vend à une extension de l'Etat presque 50% de RTE, ca s'appele vider une poche pour remplir l'autre.
Je vous parie que tot ou tard, la caste ENA-X Mines trouvera un moyen de retrocéder ces 49,9% pour une fraction du prix. la republique des copains, suivant que vous serez puissant ou miserable..... heureusement qu'il y a Bruxelles pour controler tout ca.
a écrit le 01/04/2017 à 17:22 :
On tente de sauver EDF grâce à la CDC ( et elle seule : la CNP est sa filiale) : beau montage financier. J'espère que la CDc ne va pas couler en contrepartie...
a écrit le 01/04/2017 à 17:08 :
A part de renflouer EDF, quel est l’intérêt ? EDF aurait également pu faire (ou refaire) une augmentation de capital, augmenter les tarifs, ou baisser le dividende ?

Pour RTE c’est peut être la continuité de la directive européenne no 96/92/CE et de la loi du 9 août 2004 ?
RTE est stratégique pour la France et aussi pour nos partenaires Européens, étant donné les interconnexions dans le cadre du REGRT-E.
Heureusement RTE garde sa mission de service public. En étant géré par la Caisse des Dépôts et Consignations, cela reste dans le giron de l’état et des collectivités. Il ne faut pas oublier le rôle de « bras armé de l'Etat » de la CDC, une institution dont l’histoire remonte à l’époque napoléonienne.
Il y a une cohérence stratégique : RTE comme la CDC participent également au développement des technologies numériques et énergétiques. Les deux œuvrent au déploiement des infrastructures territoriales et donc à l’intérêt général, une forme de convergence…
Même si la CDC à des intérêts et placements multiples, y compris dans l’assurance, cela peut aussi être considéré comme un gage de solidité financière, de ne pas investir dans un seul secteur d’activités.
a écrit le 01/04/2017 à 15:37 :
L'énergie ne doit pas être soumis e aux lois du marché. L'énergie doit participer au financement des charges sociales.
a écrit le 01/04/2017 à 12:18 :
L état administrateur de EDF vend à 2 institutions financières propriétés de l état ???
Réponse de le 02/04/2017 à 8:23 :
Cherchez l'erreur ????

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :