La centrale à charbon de Cordemais ne fermera finalement pas en 2022

La centrale tournera entre 200 et 500 heures par an à partir de 2022, contre 4.500 heures aujourd'hui.

2 mn

Outre Le Havre et Cordemais, la France compte deux autres centrales à charbon, qui doivent fermer courant 2022.
Outre Le Havre et Cordemais, la France compte deux autres centrales à charbon, qui doivent fermer courant 2022. (Crédits : S. Salom Gomis/SIPA)

La centrale à charbon de Cordemais (Loire-Atlantique) continuera à fonctionner jusqu'en 2024 voire 2026, à un bas régime compatible avec la loi sur la fermeture des quatre centrales à charbon françaises en 2022, a annoncé lundi le gouvernement.

"On en a besoin à 10% de son fonctionnement actuel, entre 2022 et 2024 voire, potentiellement, jusqu'en 2026 maximum mais pas au-delà", a indiqué la secrétaire d'Etat à la Transition écologique et solidaire Emmanuelle Wargon, en déplacement au Havre pour signer un pacte pour la transition écologique et industrielle. La centrale de Cordemais tournera ainsi entre 200 et 500 heures par an à partir de 2022 contre 4.500 heures aujourd'hui.

Son fonctionnement au-delà de 2024 "est conditionné à la sécurité d'approvisionnement, elle-même conditionnée à la mise en service de l'EPR et/ou au reste de la sécurité d'approvisionnement: la mise en service de la centrale [bretonne à gaz, ndlr] de Landivisiau notamment et le calendrier de révision des différents sites EDF", a expliqué la secrétaire d'Etat attendue vendredi à Cordemais.

Sécurité d'approvisionnement

En novembre, RTE avait prôné cette prolongation d'activité à Cordemais en soulignant que la loi qui inclut la fermeture des quatre centrales à charbon françaises en 2022 prévoit un plafond annuel d'émissions qui permet à une centrale de fonctionner quelques centaines d'heures par an. Avec l'arrêt des centrales à charbon, la sécurité d'approvisionnement électrique de la France doit faire l'objet d'une "vigilance" en 2022-2023, avait justifié la filiale d'EDF qui gère le réseau haute tension.

A Cordemais, "on en train d'explorer un projet pour amorcer la création d'une filière de bois pellets, c'est-à-dire à haute valeur énergétique"; dans un premier temps, elle alimenterait la centrale et trouverait des débouchés ailleurs après sa fermeture. Ce projet pose toutefois des "questions de pollution de l'air" selon la ministre. C'est pourquoi il n'est envisagé qu'à Cordemais, qui est "obligée de continuer à tourner", et non au Havre où ne se posent pas les mêmes questions de sécurité d'approvisionnement, selon l'Etat.

"Quatre centrales à charbon c'est 4 millions de voitures par an. C'est très significatif en gaz à effet de serre", a souligné Emmanuelle Wargon.

Outre Le Havre et Cordemais, la France compte deux autres centrales à charbon, à Saint-Avold (Moselle), qui doit fermer "au deuxième trimestre 2022", selon Mme Wargon qui doit s'y rendre jeudi, et à Gardanne (Bouches-du-Rhône), dont la date précise de fermeture en 2022 n'est "pas encore" fixée.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 14/01/2020 à 9:23
Signaler
Une fois de plus cette autorité n'explique pas le besoin de ces centrales dans le Mix actuel du système électrique de notre pays. Oui, je parle de système volontairement car dans ce domaine la consommation fixe la production avec des réseaux complexe...

à écrit le 13/01/2020 à 22:26
Signaler
La France ne veut pas fermer ces centrales aux charbons, par contre elle n'hésite pas une seconde pour donner des leçons à l'Allemagne et à la critiquer pour ces centrales aux charbons. Fais ce que je dis, pas ce que je fais....

le 14/01/2020 à 10:54
Signaler
Bel exemple de fake news. 38% de l electricité produite avec du charbon et de la lignite en Allemagne. Le charbon et lignite c' est 22% de l energie primaire en Allemagne. 4 centrales au charbon en France 1,1 % de l' electricité produite par l...

le 14/01/2020 à 13:54
Signaler
@ renseignez vous Vous oubliez de dire que l'Allemagne, comme d'autres pays d"Europe, utilise de plus en le gaz naturel dans ces centrales électriques. Or cela a un coût puisque l'Allemagne a importé pour environ 26 milliards d'euros de gaz en ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.