Charbon : HSBC, Barclays et Standard Chartered financent encore massivement l'industrie

 |   |  514  mots
HSBC est le plus grand financeur britannique du secteur du charbon depuis 2016 (chiffres en livre sterling).
HSBC est le plus grand financeur britannique du secteur du charbon depuis 2016 (chiffres en livre sterling). (Crédits : Greenpeace / BankTrack / Urgewald)
Une étude de Greenpeace montre que plus de 30 milliards de financements ont été accordés depuis 2016 par les plus grandes banques britanniques à des entreprises ayant des projets d'expansion dans le charbon. La tendance est toutefois à la baisse chez HSBC, le plus grand financeur, et RBS, qui en est sorti l'an dernier.

Les banques ne sortent pas assez vite du charbon, l'énergie fossile la plus polluante, martèlent les ONG. Après les françaises, c'est au tour des britanniques d'être pointées du doigt. Greenpeace a publié ce jeudi 5 décembre une étude, en collaboration avec l'ONG allemande Urgewald et la néerlandaise BankTrack, montrant que les plus grandes banques du Royaume-Uni, HSBC, Barclays, Standard Chartered et RBS, soutiennent encore massivement l'industrie du charbon.

Au total, ces quatre grandes banques ont financé des entreprises ayant des projets de nouvelles centrales à charbon à hauteur d'environ 30 milliards d'euros entre 2016 et fin septembre 2019. A titre de comparaison, les quatre plus grandes banques françaises, BNP Paribas, Société Générale, Crédit Agricole et BPCE, auraient accordé plus de 10 milliards d'euros de financements aux entreprises qui construisent de nouvelles centrales à charbon dans le monde entre 2016 et 2018 (période plus courte), selon un rapport publié il y a un an par Les Amis de la Terre.

Selon Greenpeace, le plus grand financeur britannique du charbon est la plus grande des quatre banques du pays, HSBC, avec près de 10 milliards d'euros de financement (dont 2,5 milliards de prêts), devant Standard Chartered (8,8 milliards), Barclays (8,3 milliards) et loin devant RBS (2 milliards), cette dernière ayant toutefois totalement cessé son financement au secteur en 2019. D'après les données de BankTrack et Urgewald, 52 entreprises ayant des projets d'usines à charbon ont reçu des financements de banques britanniques.

"HSBC reconnaît le rôle du secteur financier dans la lutte contre le changement climatique. Nous ne soutenons pas les nouvelles mines de charbon thermiques et n'avons financé aucune nouvelle centrale au charbon depuis avril 2018" a réagi la banque britannique auprès d'Unearthed, la cellule d'investigation de Greenpeace UK.

En attendant la COP26 de Glasgow

L'ONG dénonce notamment le soutien de Standard Chartered et Barclays au groupe minier indien Adani, la première lui ayant accordé un nouveau prêt de 600 millions de dollars cette année, Barclays ayant participé à ses émissions obligataires en 2017 et 2019.

"L'industrie du charbon n'est maintenue en vie que grâce aux financements de banques comme Barclays et HSBC" a déclaré Rosie Rogers, responsable de la campagne urgence climatique chez Greenpeace UK, à The Independent. "Le financement de l'expansion de la production d'électricité au charbon est indéfendable - mais ces 25 milliards de livres sterling sont négligeables par rapport aux centaines de milliards que les banques investissent dans le pétrole et le gaz" ajoute-t-elle.

A un an de la prochaine COP26 à Glasgow, en Ecosse, en novembre 2020, les ONG britanniques mettent la pression sur le gouvernement et le secteur financier.

"Comparées à leurs homologues européennes, les banques britanniques échouent obstinément depuis plusieurs années à réagir de manière adéquate à la crise climatique en introduisant au moins des restrictions à leur politique pour limiter de manière significative leur soutien à l'expansion du charbon dans le monde. Les modifications cosmétiques apportées à la politique ne suffisent plus" a réagi Greig Aitken, responsable de la campagne charbon chez BankTrack, auprès d'Unearthed.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/12/2019 à 22:32 :
Sauf erreur la majeure activité de la Hong kong and Shangai Banking Company est en Asie; on ne peut donc s'étonner qu'elle finance les mines de charbon: la Chine n'a pas encore fait sa mutation.
a écrit le 05/12/2019 à 17:47 :
Vous êtes marrant vous mais l'argent est déjà tellement sale et puant, comment arriver à différencier des tâches de sang, de drogues, de trafics humains, de multiples polluants sur de l'argent qui en est couvert de tout cela ?

Ils savent plus où il en sont les gars faut les comprendre aussi, c'est ici que j'ai lu:" Les banques ça fait plus de 500 ans qu'elles existent, elles sont pas prêtes de disparaitre !"

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :