Les syndicats toujours vent debout contre la grande réforme d’EDF

Les syndicats restent opposés au projet de réorganisation d'EDF et ne sont pas convaincus par les discussions menées par l'exécutif, qui affirme avoir revu sa copie et durci sa position face à la Commission européenne pour négocier sur la base d'un groupe purement intégré.

6 mn

Les syndicats plaident pour une mise à l'arrêt du projet de réorganisation. Mais ils défendent, entre autres, une réévaluation rapide et unilatérale de l'Arenh, le mécanisme qui fixe le prix de l'électricité nucléaire qu'EDF vend aux fournisseurs alternatifs. Depuis plus de dix ans, celui-ci est fixé à 42 euros le MWh. Un prix qui ne reflète plus les coûts de production nucléaire.
Les syndicats plaident pour une mise à l'arrêt du projet de réorganisation. Mais ils défendent, entre autres, une réévaluation rapide et unilatérale de l'Arenh, le mécanisme qui fixe le prix de l'électricité nucléaire qu'EDF vend aux fournisseurs alternatifs. Depuis plus de dix ans, celui-ci est fixé à 42 euros le MWh. Un prix qui ne reflète plus les coûts de production nucléaire. (Crédits : Stephane Mahe)

"Hercule" ou "Grand EDF", qu'importe le nom du projet de réorganisation, les syndicats restent frontalement opposés à la grande réforme d'EDF que le gouvernement français tente de mener à bien auprès de la Commission européenne depuis plusieurs mois.

"Bien que des bruits trompeurs et contradictoires commencent à se faire jour, l'interfédérale n'est pas dupe tant de la stratégie d'effets d'annonce que des garanties illusoires proposées par le gouvernement. Elle reste sidérée par le flou artistique des négociations avec la Commission européenne. Cela renforce l'opposition de l'interfédérale à Hercule, ainsi que son unité aux côtés des parlementaires pour refuser tout passage en force éventuel du gouvernement", écrit dans un communiqué de presse, publié ce lundi 17 mai, l'interfédérale syndicale énergie et mines CGT, CFE-CGC, CFDT et FO.

Initialement baptisé "Hercule", ce projet désormais renommé "Grand EDF", vise à réorganiser l'énergéticien historique en trois entités pour lui donner plus de moyens d'investir dans le nucléaire et les énergies renouvelables, et satisfaire également aux règles de concurrence fixées par Bruxelles : EDF Bleu avec les activités nucléaires et le réseau de transport RTE ; EDF Vert avec les activités commerciales, de distribution et les renouvelables ; et EDF Azur, avec les concessions hydrauliques.

Depuis de nombreux mois, les syndicats se montrent très hostiles à ce projet de réorganisation et ont déjà mené plusieurs journées de grève et de manifestations. Ils craignent que les négociations entre Paris et Bruxelles, dans lesquelles ils ont été tardivement impliqués, conduisent à un démantèlement du groupe.

Nouvelle mouture: les syndicats n'y voient "rien de nouveau"

De son côté, l'exécutif a affirmé il y a quelques jours avoir revu sa copie et durci sa position vis-à-vis de Bruxelles. Le projet Hercule, tel que présenté initialement à la Commission européenne, est désormais considéré comme caduc par le gouvernement français, qui estime qu'il n'offrait pas les garanties suffisantes pour assurer l'intégrité du groupe, dont il détient près de 84% du capital.

Le gouvernement explique négocier à présent sur la base d'un groupe intégré, garantissant une stratégie unique et la circulation des flux financiers et humains au sein des différentes entités. Mais cette nouvelle mouture du projet ne convainc pas les syndicats.

"Le principe du groupe intégré, c'est rassurant, mais c'est la position que la France affirme avoir depuis le début. Donc, il n'y a rien de nouveau", constate Sébastien Michel, secrétaire fédéral FCE-CFDT.

"La Commission veut faire la peau aux monopoles d'État"

Quant à l'assurance de la libre circulation des capitaux et des salariés au sein des différentes entités, le syndicaliste y nourrit peu d'espoirs.

"Je serais très surpris que ces nouveaux éléments soient acceptés par la Commission européenne. Ce sont des lignes rouges qu'elle ne souhaite pas franchir. La Commission veut à tout prix faire la peau aux monopoles d'État. Elle souhaite qu'EDF soit séparé en trois parties qui se font concurrence", rappelle-t-il.

Évoquant les discussions entre Bruxelles et Paris, EDF a, lui-même, indiqué, qu'il n'y avait pas "de certitude quant à leur calendrier ni quant à leur aboutissement", dans un communiqué, diffusé mercredi dernier à l'occasion de la publication de ses résultats trimestriels.

Le sort d'Enedis suspendu à un "montage purement financier"

Les syndicats, comme de nombreux élus locaux, s'inquiètent également du sort d'Enedis, le réseau de distribution d'électricité. Dans le futur EDF imaginé par l'exécutif et la direction du groupe, Enedis serait logé dans un EDF Vert, filiale dont une partie minoritaire du capital serait privatisée.

"Cela pose problème car Enedis, qui exerce une activité régulée, se retrouverait dans un bloc avec des activités concurrentielles [comme les activités commerciales et les énergies renouvelables, Ndlr]. La CRE [le régulateur de l'énergie, Ndlr] sera alors en permanence sur le dos d'Enedis pour être certaine qu'il ne sert pas à financer les activités d'énergies renouvelables", prévient Sébastien Michel. "Le gouvernement veut placer Enedis, qui est une activité rentable, dans EDF Vert uniquement pour attirer les investisseurs. C'est un montage purement financier et non un projet industriel", fustige-t-il.

Dans le communiqué de presse, publié ce 17 mai, l'interfédérale s'émeut en ces termes:

"Au regard de ce que les promesses de non privatisation, de seuil minimal de détention par l'État et autre 'golden share' ont eu comme effet sur la trajectoire de Gaz de France depuis 2004, l'interfédérale n'accorde aucune valeur à ces fausses garanties pour l'avenir d'Enedis."

Les syndicats ajoutent :

"Elle réaffirme donc son exigence de voir Enedis garder le statut de filiale directe EDF comme l'exige aujourd'hui le Code de l'Énergie."

Une golden share, ou action de référence, permet à celui qui la détient (souvent l'État) de conserver un droit de veto sur l'ensemble du capital d'une société dans certaines circonstances spécifiques.

"Mais aujourd'hui, nous ne connaissons pas les points sur lesquels l'État peut actionner cette golden share", pointe Sébastien Michel.

Les syndicats réclame la réévaluation unilatérale du prix du nucléaire

Alors que Bercy a prévenu que les négociations avec Bruxelles seraient "difficiles" et qu'aucun calendrier n'est désormais communiqué, les syndicats plaident pour une mise à l'arrêt du projet de réorganisation.

Ils défendent, en revanche, une réévaluation rapide et unilatérale de l'Arenh, le mécanisme qui fixe le prix de l'électricité nucléaire qu'EDF vend aux fournisseurs alternatifs. Depuis plus de dix ans, celui-ci est fixé à 42 euros le mégawattheure. Un prix qui ne reflète plus les coûts de production nucléaire.

L'interfédérale milite également pour une recapitalisation "en s'appuyant sur la promesse que le ministre [Bruno Le Maire, Ndlr] lui a faite le 6 avril d'apporter à EDF 10 milliards d'euros de soutien public", précise le communiqué. Ces 10 milliards d'euros doivent permettre de racheter les parts détenues par les actionnaires minoritaires afin qu'EDF SA soit à 100% publique. Pour les syndicats, cette renationalisation d'EDF SA doit nécessairement passer par une loi afin de protéger le capital de toute revente ultérieure.

Ces derniers demandent enfin la mise en place d'une commission sous l'égide du Haut-Commissariat au Plan.

"Cela permettrait de mettre autour de la table le gouvernement, la direction d'EDF, mais aussi les syndicats et les parlementaires", explique Sébastien Michel, qui estime nécessaire la réalisation d'un état des lieux de la libéralisation du marché de l'énergie en France.

 Pour l'heure, l'interfédérale n'a pas programmé de nouvelles journées de mobilisation. "Nous attendons de voir ce qu'il ressortira des prochains cycles d'échanges prévus avec Bruno Le Maire", précise Sébastien Michel.

6 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 21
à écrit le 18/05/2021 à 13:21
Signaler
Quand le sage dénonce la mise en pièce de EDF qui va privatiser ce qui rapporte et garder aux bons soins du contribuable ce qui va couter des fortunes, l'imbécile regarde les avantages sociaux des agents EDF. Ce qui est en jeu c'est la capacité de...

à écrit le 18/05/2021 à 13:12
Signaler
Vive la concurrence ,ah,ah Total Direct Energie se démarque comme étant « le fournisseur traitant le plus mal les réclamations de ses clients »​, selon le bilan annuel du médiateur, qui lui attribue un « carton rouge ». C’est l’opérateur impliqu...

à écrit le 18/05/2021 à 13:07
Signaler
Pas un pour rattraper l'autre : - JBL est un polytechnicien pantouflard qui se fiche d'EDF comme de sa première chemise, - Lemairdouille est un rantanplan européiste, - La cigiti défend ses prébendes au CE La réalité est que le tarif réglemen...

à écrit le 18/05/2021 à 10:28
Signaler
Les agents edf les vassaux de la république comme les fonctionnaires devront acceptés la fin des privilèges et des avantages non justifiés d'un autre temps. La seigneurie avec ses vassaux qui ne profite cas une minorité cela est terminé... Les contri...

à écrit le 17/05/2021 à 19:22
Signaler
C'est comme ça, maintenant : le conservatisme est de gauche. Ce qui veut dire aussi que la tartufferie bat tous les records. Mais tout est bon pour la bonne conscience de la gentry socialiste.

à écrit le 17/05/2021 à 19:00
Signaler
errata il fallait lire ' la cgt est contre la reforme de ses privileges chez edf' le seul truc qui preoccupe les neo ultra paleo syndicats, c'est leur gamelle ils se fouent du quart comme du tiers des usagers de la france de la competitivite de l'...

le 17/05/2021 à 20:21
Signaler
"il fallait lire ' la cgt est contre la reforme de ses privileges chez edf'" Les autres aussi apparemment si tu sais lire "CGT, CFE-CGC, CFDT et FO".Il me semble d'ailleurs qu'aux élections la CGC vote plutôt à droite non ?.

le 18/05/2021 à 8:42
Signaler
Au delà des opinions et postures syndicales ce projet n a pas démontré l intérêt ou avantages pour les consommateurs que nous sommes... l électricité de EDF étant la moins chère de Europe il faut pas été grand clerc pour comprendre que ce projet a po...

le 18/05/2021 à 8:43
Signaler
Au delà des opinions et postures syndicales ce projet n a pas démontré l intérêt ou avantages pour les consommateurs que nous sommes... l électricité de EDF étant la moins chère de Europe il faut pas été grand clerc pour comprendre que ce projet a po...

le 18/05/2021 à 10:35
Signaler
@Brehat : Seule la concurrence garantit le plus juste prix pour le consommateur. Tout le reste n'est que posture idéologique. Qui est celui qui voudrait revenir au monopole de France Télécoms?

à écrit le 17/05/2021 à 17:46
Signaler
La réforme d' edf est exigée par l' UE.. En pleine crise sanitaire et pendant les confinements à répétition du pays, le démantèlement d’EDF est-il la priorité des Français et des salariés de l’entreprise ? Sont-ils d’accord pour que cela soit ...

le 17/05/2021 à 19:25
Signaler
"L'Union Populaire Républicaine" ça fait un peu réchauffé, quand même. On aurait pu trouver mieux, pour des révolutionnaires.

le 17/05/2021 à 21:53
Signaler
@asimon UPR révolutionnaire, non, juste scrupuleux du respect des valeurs de la charte.. Mettre définitivement de côté le faux clivage droite gauche, dénoncer tous les traités européens, y compris le traité de Rome, refuse...

à écrit le 17/05/2021 à 17:31
Signaler
Une évidence les salariés d’EDF beneficient d’avantages que beaucoup de salariés du privé et surtout vis à vis des salariés des PME. Faire payer aux usagers une cotisation de 1% pour le comité d’entreprise , racheter l’électricité des énergies renouv...

le 17/05/2021 à 18:05
Signaler
@ Carlier EdF est une entreprise essentielle à l'indépendance de la France. Un Service Public que les vendeurs d'énergie veulent piller pour leurs actionnaires. Ce seront les consommateurs, dont vous, qui paieront la facture. Ne voir que le 1%! es...

le 17/05/2021 à 18:19
Signaler
Bien d'accord.: celà fait des décennies que la CGT notamment se goinfre avec le CE d'EDF et ils ne veulent que garder cette vache à lait . Perso , je préfère enrichir des actionnaires de vendeurs d'énergie que la cgt .l

à écrit le 17/05/2021 à 17:29
Signaler
Ne pas changer, c'est faire du surplace et périr. Il vaut mieux être une force de proposition dans la définition du changement plutôt qu'un gros boulet qui s'ancre dans la contestation systématique. Le jour ou Mr Martinez aura compris, la CGT recrut...

à écrit le 17/05/2021 à 16:57
Signaler
On veut toujours nous faire croire que la France est souveraine dans ses décisions mais tout ce qu'elle négocie c'est le temps de la "mises en place" de ce que Bruxelles impose!

le 17/05/2021 à 18:13
Signaler
Ce n'est pas Bruxelles qui le demande mais la direction d'EDF.

à écrit le 17/05/2021 à 16:37
Signaler
1789 est passe depuis longtemps il est temps qu'ils abandonnent leurs privileges

à écrit le 17/05/2021 à 16:33
Signaler
Laissons faire faillite EDF!!!!! cette entreprise publique qui n est plus au service de l intérêt général!!!!!.Aucune entreprise privée ne pourrai se permettre de tels retard et de tels dépassement de budget comme ceux observés sur l EPR!!! En Franc...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.