L'Etat détaille son plan pour réorganiser EDF

 |  | 480 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : BENOIT TESSIER)
La réorganisation du géant public de l'électricité passerait par une société-mère détenue à 100% par l'Etat gérant notamment la production nucléaire et thermique, et deux filiales, l'une regroupant les activités hydro-électriques, l'autre consacrée au développement des activités renouvelables et aux réseaux de distribution.

Une division entre une société mère et deux filiales, dont les noms pourront faire l'objet d'une consultation des salariés, mais plus de mention d'un projet "Hercule": l'Etat a, pour la première fois, détaillé son projet de réorganisation d'EDF dans un document transmis aux syndicats du groupe.

"Le projet porté par le gouvernement assurerait la pérennisation de l'ensemble des missions de service public d'EDF et le statut d'entreprise publique de l'ensemble de ses activités", explique l'Etat dans ce document transmis aux syndicats de l'électricien la semaine dernière et consulté par l'AFP.

"Il reposerait sur une détention d'EDF SA à 100% par l'État", poursuit la note, qui précise qu'EDF SA, regroupant la production nucléaire et thermique en France, les services d'ingénierie et les fonctions centrales, resterait la société tête de groupe et ne serait plus cotée en Bourse.

L'ensemble des activités hydro-électriques du groupe seraient rassemblées dans une première filiale, détenue à 100% par EDF SA, dont le nom pourrait faire l'objet d'une consultation des salariés.

Enfin, "une filiale contrôlée très majoritairement par EDF SA" serait "consacrée principalement au développement des activités renouvelables et aux réseaux de distribution (Enedis)", ajoute le document, qui indique que son nom pourrait également faire l'objet d'une consultation des salariés.

"EDF Energies Nouvelles et Réseau serait une entreprise du secteur public en étant détenue majoritairement par EDF SA. Des garanties légales seraient données sur le maintien de cette filiale dans le secteur public, notamment sur un seuil de détention minimal par EDF SA", détaille encore la note.

Négociations avec la Commission européenne

Mais l'Etat explique aussi vouloir convaincre la Commission d'autoriser EDF SA à participer aux augmentations de capital dont aura besoin la future filiale dédiée aux énergies renouvelables, une condition sine qua non de son développement.

En outre, "la mobilité des salariés du groupe EDF continuerait à s'inscrire dans les règles et principes actuellement en vigueur, entre toutes les entités du groupe, à l'exception de certains cadres dirigeants ayant des fonctions exécutives ou accès à des informations particulièrement sensibles", souligne le document.

Les discussions entre la France et Bruxelles sur l'avenir d'EDF sont entrées dans leur phase finale mais aucun accord n'a encore été trouvé dans cet épineux dossier, a indiqué la semaine dernière le gouvernement à des syndicats toujours inquiets.

Ces derniers, comme un large spectre de l'opposition, critiquent le projet de réorganisation d'EDF, y voyant un risque de démantèlement d'une entreprise stratégique.

Ce dossier au long cours porte notamment sur une amélioration de la rémunération de la production nucléaire de l'électricien et la résolution d'un contentieux ancien sur les concessions hydroélectriques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/04/2021 à 13:44 :
Poursuite de l'envolée des taxes sur l'électr : doublées par Hollande P.S passées de 20% à 40%

Poursuite de l'envolée semestrielle du prix du kw/h

Plus on économise et plus ils augmentent

Fermeture scandaleuse de Fessenheim ; gage à Hulot ( six autos thermiques privées et constamment en avion 1ère classe, avion diabolisé 1.5% des émissions mondiales CO2
a écrit le 14/04/2021 à 11:15 :
Ce plan a deux buts :
1)nationaliser le nucléaire dont personne ne veut et qui est en faillite : depuis une semaine 40 % de la puissance nucléaire est à l'arrêt -pour cause inconnue- et la France est obligée d'importer d'Allemagne 7.000 MW dans la journée.
2)créer une méga-filiale énergies renouvelables , très rentable (voir ENEL), et côté en bourse .
Réponse de le 14/04/2021 à 15:11 :
Vous n'avez rien compris ou vous faites de l'ideologie ( ENR quoique que ca coute )
Si le nucléaire etait en faillite , il n'y aurait pas besoin de revoir le prix du kwh de cette stupide loi Nome .

Le nucleaire est la bonne stratégie qui a permit aux citoyens français de bénéficier d'une électricité à prix très concurrentielle au vu de ses voisins européens
Malheureusement les gouvernements successif n'ont eu de cesse d'augmenter le prix à coup de taxes pour financer l'utopie de l'Energie renouvelable .
Le solaire aux prix faramineux qui ne fonctionne , au mieux que la moitié de la journée et avec des panneaux qu"'on ne sait pas recycler
La palme revient à l'eolien qui fait la fortune des entreprises etrangeres , defigure nos paysages et avec une plage de fonctionnement encore plus reduite que le solaire
Réponse de le 14/04/2021 à 15:58 :
J'ai très bien compris et vous faites semblant de ne pas comprendre: l'électricité nucléaire est la plus chère de toutes , et les 7GW d'importation depuis l'Allemagne , vous n'avez pas plus d'explication que les ploutocrates du nucléaire :parce que la seule explication c'est que le nucléaire cela ne fonctionne pas .....Echec et mat.
a écrit le 13/04/2021 à 19:49 :
Le secteur nucléaire sera officiellement le bras armé de l'empire
colonial français du minerai africain à l'autorité de contrôle...

Le gouvernement français cèdera probablement les activités déficitaires
(éolien et photovoltaïque) au nom de la pseudo-libéralisation du marché
de l'électricité et se prépare à lâcher en ultime recours ses activités
profitables (hyroélectrique).
a écrit le 13/04/2021 à 12:23 :
L'anti-France va être terriblement déçue :

- les actifs fiables renationalisés,
- les gadgets pour les escrolos et les spéculateurs ouverts sur la bourse (ils boiront le bouillon Bio)
a écrit le 13/04/2021 à 10:23 :
Et l'on dira une fois de plus que nous sommes souverain dans nos décisions et que le dogmatisme bruxellois n'a rien a y voir! Alors un referendum?
a écrit le 13/04/2021 à 9:57 :
edf c comme air-fr, sncf, ratp, école publique... une caste avec des privilèges et des avantages d'un autre temps payés par les contribuables du privé cette caste doit être alignée sur le secteur marchand en grande vitesse
Réponse de le 13/04/2021 à 10:55 :
Quand on ne sait pas on ne porte pas de jugement EDF a depuis la fin des années 90 trouver des financements sur les marchés financiers.nos dirigeants socialistes prenant les bénéfices sans un centimes d investissement , un ministre de Sarkozy lui a volé les épargnants en vendant l entreprise en bourse!
Cherchez donc où sont les privilèges
a écrit le 13/04/2021 à 8:51 :
bien que le tout libéral s avère un échec
le démentellement de E D F avait déja bien débuté ! en sous traitant l

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :