Paris championne du climat

 |   |  727  mots
La capitale française fait partie des 7% de villes ayant la politique climatique la plus solide.
La capitale française fait partie des 7% de villes ayant la politique climatique la plus solide. (Crédits : Gonzalo Fuentes)
Un classement publié pour la première fois distingue 43 villes pour leur politique climatique, parmi lesquelles la capitale française figure en bonne place. Londres se distingue avec une initiative originale impliquant les entreprises.

Le CDP, qui depuis 2000 collecte les données climatiques des entreprises, vient de publier son premier classement des villes les plus performantes sur le front du climat. Cette organisation internationale à but non lucratif, anciennement appelée Carbon Disclosure Project, incite investisseurs, entreprises et municipalités à mesurer et comprendre leur impact sur l'environnement afin de construire une économie réellement durable.

Depuis 2003, CDP collecte chaque année à l'aide d'un questionnaire des informations sur les émissions de gaz à effet de serre (GES) des entreprises. « Nous avons commencé à collecter les données des villes depuis 2011 », précise Kyra Appleby, directrice monde "Ville, États et régions" pour CDP. Au départ, elles étaient 48, et il s'agissait avant tout d'un outil de suivi pour mesurer l'évolution de leurs performances. Aujourd'hui, ce sont 630 villes qui répondent au questionnaire. La répartition géographique est très régulière : environ 200 villes en Amérique du Nord, comme en Amérique du Sud, en Europe ou en Asie, et une cinquantaine en Afrique. Depuis cinq ans, elles étaient notées (sur cette base déclarative), mais ces notes restaient privées et servaient surtout de base à une démarche d'amélioration.

« Mais devant l'urgence climatique, ce que nous enseignent les dernières publications du GIEC, les efforts insuffisants produits par les États comme le révèle Carbon Tracker... Nous avons décidé de classer les villes, et c'est la première édition de ce classement qui est publiée ce 13 mai. »

Plus précisément, c'est le haut du panier, à savoir les 43 villes (sur 630), soit 7% de l'ensemble, qui obtiennent la meilleure note.

7% des villes ont une politique climatique robuste

Seules celles qui mesurent leurs émissions, les publient, ont des objectifs chiffrés, un plan de lutte contre le changement climatique et un plan d'adaptation au changement climatique peuvent obtenir cette note. L'objectif est de susciter une saine émulation et d'aiguillonner les cancres. Si ces derniers ont accepté de rejoindre le programme de CDP, c'est « parce que c'est un point de départ. »

« Parfois ces villes n'ont fait qu'une partie du diagnostic, parfois elles n'ont mis en place que des actions ponctuelles sans avoir élaboré un véritable plan, mais en général elles veulent au moins réduire leurs émissions », témoigne Kyra Appleby.

CDP les oriente vers des partenaires tels que le C40 (qui regroupe une centaine de métropoles en pointe dans la lutte contre le changement climatique) ou ICLEI (International Council for Local Environmental Initiatives, ou Conseil international pour les initiatives écologiques locales) qui peuvent les accompagner de façon plus opérationnelle.

Seulement la moitié des villes ont un plan climat digne de ce nom. Paris en fait bien évidemment partie. Mieux, la capitale française vise la neutralité carbone à l'horizon 2050 et un approvisionnement en énergie 100% verte, ce qui lui vaut de figurer en bonne place parmi les 43 leaders distingués dans ce premier classement.

Partenariats avec les entreprises et les habitants

Ce qui ne l'empêche pas, comme les autres villes, d'être confrontée à certaines difficultés difficiles à surmonter. En particulier l'accès aux financements, et la nécessité d'équilibrer l'action climatique avec d'autres priorités telles que les écoles, la gestion des déchets, etc. « Même si le climat est de plus en plus fréquemment intégré au programme global, comme c'est par exemple le cas avec l'interdiction des véhicules diesel dans Paris à partir de 2024. » Mais le plus complexe reste le fait qu'une part significative des émissions produites sur leur sol échappe à l'influence directe des villes. « C'est pourquoi, souligne Kyra Appleby, elles doivent impérativement nouer des partenariats avec les entreprises implantées sur leur territoire ainsi qu'avec leurs habitants. »

À Londres, par exemple, depuis septembre 2018, onze entreprises implantées dans la capitale britannique collaborent avec le maire au sein de l'initiative "London Business Climate Leaders" (LBCL).

L'écologie, argument phare des prochaines municipales

En attendant d'imiter cet exemple, la maire de Paris et présidente du C40, Anne Hidalgo, se réjouira sans doute de sa position dans ce classement, qui vient apporter de l'eau à son moulin. "Paris en commun", la plateforme citoyenne de « réflexions » lancée en janvier sous l'égide de son adjoint Jean-Louis Missika, outil programmatique et de « mobilisation » en vue d'une campagne à venir pour les municipales de 2020, affiche clairement un fil rouge écologique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/05/2019 à 20:05 :
Article sans queue ni tête. En quoi Paris serait championne du climat ?
Par ailleurs, à quoi ça rime d'être "champion du climat" ?
Le climat et tous les sujets d'intérêt général sont des enjeux COMMUNS. Pas des sujets de compétition. Il faut que TOUTES les communautés et institutions soient écolo-compatibles. L'idée de champion n'a aucune légitimité. Personne ne demande à Paris d'être champion de quelque chose. On veut juste que la ville soit agréable à vivre pour tous.
a écrit le 13/05/2019 à 17:27 :
Cet article n'a aucun sens si on n'en donne pas les clefs de lecture, à savoir sur quels critères est basé le classement.

S'agit t'il des résultats effectifs des mesures de pollutions? (si oui, quelles pollutions?), s'agit t'il des plans effectivement mis en route? ou seulement de quelle ville aura fait le plus de battage médiatique au sujet de la verdeur supposée de sa politique?
a écrit le 13/05/2019 à 14:23 :
la France était le pays européen le plus représenté dans le classement CDP des entreprises les plus responsables en matière de lutte contre le réchauffement (22 sociétés hexagonales notées A - meilleure note - dans ce document publié le 22 janvier dernier).
a écrit le 13/05/2019 à 13:45 :
matins calmes@,vous êtes un partisan du maire du 17e, plus connu comme "ratatouille", dont le seul thème de campagne pour les prochaines municipales,est la lutte contre les rats?.Un faux problème.
a écrit le 13/05/2019 à 10:56 :
Est-ce que la journaliste aurait la politesse de dire ce que l'acronyme CDP signifie ? C'est élémentaire !
a écrit le 13/05/2019 à 9:44 :
Les membres de ce CDP ne vivent pas à Paris ou alors peut être à sa mairie, je ne vois que ça.
a écrit le 13/05/2019 à 9:10 :
Si on parlait de la salete des rues, des poubelles pas videes, des rats ? Le climat a bon dos.
Réponse de le 13/05/2019 à 13:22 :
Les rats sont une preuve de bonne santé écologique:des animaux sauvages se développent a nouveau dans le milieu urbain!
a écrit le 13/05/2019 à 9:02 :
Bref un phénomène d'urgence total instrumentalisé par les politiciens de tous bords. Et on sait tout ce dont ces gens là sont incapables hein...

Transformer les problèmes en paroles improductives, voilà leur seule lutte contre la pollution, Hidalgo toujours incapable de faire interdire les camions sur le périph n'a aucune crédibilité en la matière prouvant que ce classement ne vaut pas grand chose se contentant de bien peu.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :