Petit réacteur nucléaire : première manifestation d'intérêt en France, à Cordemais

La présidente LR des Pays de la Loire Christelle Morançais a annoncé en fin de semaine dernière qu'elle était favorable à l'implantation d'une "petite centrale nucléaire" sur le site de la centrale à charbon de Cordemais. Ces SMR ("small modular reactors") font partie du plan d'investissement de 30 milliards d'euros pour préparer la France de 2030 présenté récemment par Emmanuel Macron. S'ils sont destinés essentiellement à l'export, EDF vise un premier chantier en France vers 2030.

4 mn

(Crédits : TechnicAtome)

Le premier SMR ("small modular reactors"), ces petits réacteurs nucléaires que veut développer Emmanuel Macron dans son plan d'investissement pour la France de 2030 verra-t-il le jour à Cordemais, dans la Loire-Atlantique ? S'il est probablement trop tôt pour faire un pronostic, une chose est sûre : alors qu'EDF vise le lancement d'un premier chantier en France autour de 2030, la présidente LR des Pays de la Loire Christelle Morançais est favorable à l'implantation d'une "petite centrale nucléaire" sur le site de la centrale à charbon de Cordemais vouée à la fermeture, a-t-elle annoncé vendredi lors d'une session du conseil régional.

"Le nucléaire est une énergie propre, très peu émettrice de gaz à effet de serre, qui doit nous permettre, en complément du développement des énergies renouvelables, de soutenir de façon durable le dynamisme économique de notre région", a déclaré la présidente de région dans un communiqué.

"Il s'agit d'un projet structurant, de long terme, qui repose sur l'expertise et le savoir-faire d'EDF, de ses ingénieurs et de ses ouvriers", a-t-elle ajouté, précisant s'être entretenue avec le PDG d'EDF sur le sujet. Des déclarations qui ont fait bondir les Verts.

"L'avenir de Cordemais doit s'écrire sans charbon ni nucléaire, comme un site pilote de la transition énergétique autour des énergies renouvelables", a réagi le groupe "L'Écologie ensemble", emmené par Matthieu Orphelin.

"C'est une folie que nous dénonçons. Ni charbon ni nucléaire, il faut aller vers 100% renouvelables comme le propose le scénario Negawatt et faire de Cordemais un pôle pilote de la transition énergétique par exemple autour du projet Ecocombust !", ont déclaré de leur côté les conseillers régionaux LFI.

Vouée à la fermeture en vertu de l'engagement d'Emmanuel Macron d'en finir avec le combustible charbon, la centrale de Cordemais continuera malgré tout de fonctionner jusqu'en 2024 en raison du risque de tensions sur le réseau. EDF a annoncé début juillet l'abandon du projet de reconversion partielle à la biomasse de cette centrale, pour des raisons de coût et de retrait de son partenaire Suez. Mi-septembre, quelque 300 personnes avaient manifesté devant la centrale pour défendre ce projet.

EDF vise un premier chantier en France en 2030

 Pour rappel, Emmanuel Macron a annoncé le 12 octobre un investissement d'un milliard d'euros dans l'énergie nucléaire d'ici 2030 pour développer des "technologies de rupture", notamment ces petits réacteurs, "plus sûrs" et plus rapides à construire. La semaine dernière, Xavier Ursat, directeur exécutif en charge de la direction Ingénierie et Projets nouveau nucléaire d'EDF, a précisé que le groupe visait le lancement d'un premier chantier en France autour de 2030, en précisant que ces petits réacteurs étaient plutôt destinés  à l'export.

"Nous sommes en début de projet, notre but est d'avoir un premier chantier qui débute en France en 2030 à peu près", a expliqué lundi dernier sur Europe 1 Xavier Ursat.

"Nous pensons qu'il faut faire des nouveaux réacteurs de forte puissance et nous avons fait une proposition à l'Etat en ce sens. Et nous imaginons qu'il faudra installer au moins un réacteur de type SMR en France en complément - on pourra en faire plusieurs en complément", a détaillé Xavier Ursat.

Pour ces petits réacteurs, la cible est plutôt "le marché international" et "nous visons une taille de réacteur qui correspond à la taille de la plupart des centrales au charbon, au fioul qui existent partout dans le monde et qu'il faudra remplacer probablement très vite dans la décennie 2030-2040", a-t-il expliqué.

Lors d'un colloque qui s'est tenu récemment dans le Gard, le PDG d'EDF, Jean-Bernard Lévy, a indiqué qu'il souhaiterait que les SMR soient conçus et fabriqués à Tricastin.

Lire aussi La filière nucléaire interroge son futur dans la vallée du Rhône

L'EPR de Flamanville prévu fin 2022

EDF construit pour l'instant un EPR - un réacteur de forte puissance - à Flamanville (Manche) mais ce chantier a connu d'importants retards et surcoûts. Sa mise en service est aujourd'hui prévue fin 2022.

Lire aussi EDF respire : l'EPR de Flamanville évite un nouveau retard important

L'exécutif envisage en outre de construire 6 EPR supplémentaires en France mais n'a pas pris de décision pour l'instant, même si Emmanuel Macron a souvent souligné les avantages du nucléaire notamment dans la lutte contre le changement climatique.

"L'indépendance énergétique qu'apportent le nucléaire et les renouvelables est fondamentale donc je suis serein sur la décision", a assuré Xavier Ursat.

(avec AFP)

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 26/10/2021 à 23:56
Signaler
Énergie propre ? On a trouvé une solution miracle pour gérer les très encombrants déchets autre que les enfouir dans le sol ou les envoyer dans d'autres pays ? De qui se moquer t-on?!

à écrit le 26/10/2021 à 14:37
Signaler
je partirai d'ici c'est certain. Oui il y aura un accident un jour, peut-être des accidents...et j'imagine un jour pendant une guerre, l'ennemi fera sauter un gros réacteur ou plusieurs petits et... illico on se rend! ou des extrémistes s'attaquent ...

à écrit le 26/10/2021 à 9:29
Signaler
Pour ceux qui connaisse Cordemais savent que c'est pas possible. L'ile où se situe actuellement la centrale est soumis aux inondations. Pensez à 2050 lorsque le niveau de la mer et donc de la Loire aura augmenté. Lors de la tempête de 1999, la cen...

à écrit le 25/10/2021 à 22:29
Signaler
CordeMais !! Bref les écolos sont pas content, et se sont les mêmes qui veulent recharger leur voiture électrique... C'est ça ou acheter notre électricité produite au charbon en Allemagne ^^ Va falloir se mettre d'accord avec ses idées comme on ...

à écrit le 25/10/2021 à 20:39
Signaler
Plusieurs petits réacteurs, c'est multiplier les problèmes. Sur le long terme, il n'est pas sûr qu'ils soient plus rentables qu'une seule grosse unité.

à écrit le 25/10/2021 à 13:21
Signaler
Il suffit de passer commande aux Russes, ils savent tres bien faire pour leurs base arctiques et sibériennes. Macron croit toujours avoir inventé la poudre et avoir l'idée du siècle. EDF n'en voulait pas car cela remettait en cause la stratégie du g...

le 25/10/2021 à 14:58
Signaler
Nos sous marins nucléaire fonctionnent depuis 50 ans avec ce genre de centrale...

à écrit le 25/10/2021 à 10:42
Signaler
2030... l'autre problème du nucléaire après la sécurité,.les délais de construction.

à écrit le 25/10/2021 à 10:20
Signaler
Enfin ! Les bretons vont sortir du 19ème siècle, algues vertes, élevages industriels, charbon, écoles Diwan ... pour accéder au 22ème siècle

à écrit le 25/10/2021 à 10:14
Signaler
Du bla, bla. Qui est capable a ce jour de construire ce type d'equipement en France aujourd'hui ? Personne, les USA et la Chine s'y essaient a grand frais.

le 25/10/2021 à 17:13
Signaler
Ben au hasard on a des truc qui ressemble dans nos sous marins & porte avions nucléaires, et donc d'ici 10 ans on a le temps de développer une version civile. Oui ca arrive de temps en temps qu'on sache faire des truc bien.

le 26/10/2021 à 3:01
Signaler
@Dudulle. Les puissances ne sont en aucun cas identiques. Revoyez votre copie

à écrit le 25/10/2021 à 9:49
Signaler
La France a besoin de quelque 130GW et il me semble avoir lu sur le site de l'ASN qu'il était question de construire des réacteurs de type EPR2 d'une puissance comparable au prototype mais optimisé quand à son architecture.. Ne rêvons pas..

à écrit le 25/10/2021 à 9:48
Signaler
Les petits réacteurs sont censés fournir du courant hors de prix, c'est un choix à faire, surtout si c'est atténué en faisant payer le surcoût à tous les abonnés électricité en France (péréquation). Les kWh du gros EPR seront déjà double prix du kWh ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.