Restructuration chez Engie : un accord signé entre la direction et quatre syndicats

 |   |  409  mots
(Crédits : Jacky Naegelen)
La direction d'Engie et quatre syndicats sont parvenus à un accord sur le volet français de la réorganisation des fonctions support du groupe, qui doit aboutir à la suppression de 504 postes en France, Belgique et Royaume-Uni, a-t-on appris de sources concordantes.

"Après une dizaine de réunions de négociation, l'accord a été conclu le 20 juillet" avec la CFE-CGC, la CFTC, CFDT et CGT, mais sans FO, a indiqué une porte-parole du groupe.

Comme envisagé lors de l'annonce de cette restructuration en avril, 618 salariés seront globalement concernés dans les trois pays, avec 504 postes supprimés et 114 créations de postes prévues, a-t-elle précisé. En Belgique, 126 salariés sont concernés et 76 au Royaume-Uni, où tout l'effectif sera impacté et la structure fermée.

Deux plans de départs volontaires

Le plus gros des suppressions de postes, qui vont viser les fonctions support (RH, juridique, marketing, finances...), toucheront le siège social français, via des départs volontaires, des mobilités internes et des retraites anticipées.

En France, l'accord porte sur deux plans de départs volontaires, le premier chez Engie SA et qui concerne 370 salariés (320 au siège et 50 dans la recherche), et l'autre au sein de la société de management qui emploie les cadres dirigeants, a précisé à l'AFP la CFE-CGC. Une procédure d'information-consultation aura lien en septembre, a ajouté le syndicat.

Le plan de départ volontaire sera ouvert "dès octobre" pour certaines catégories de salariés et sera terminé "d'ici la fin février", a ajouté la porte-parole du groupe. "La grande majorité" des postes supprimés sera constituée des retraites anticipées et des mobilités internes, a-t-elle précisé.

Une nouvelle organisation par entités opérationnelles

Engie, engagé dans un vaste plan de transformation et d'économies sur trois ans avec l'ambition de devenir d'ici à 2018 le chef de file mondial de la transition énergétique, avait fait cette annonce à l'occasion d'un comité européen mi-avril.

Les suppressions de postes annoncées représentent 30% de l'effectif dédié en France, 50% en Belgique et 100% au Royaume-Uni, avait indiqué à l'époque une source syndicale.

Il s'agit "d'adapter le siège" à la nouvelle organisation d'Engie par entités opérationnelles mise en place début 2016, avait aussi expliqué Pierre Deheunynck, directeur général adjoint chargé des ressources humaines du groupe français.

Côté CGT, qui reste "opposée à la réorganisation en elle-même", on se dit "satisfait" des mesures d'accompagnement des salariés, notamment de l'absence de tout licenciement. Mais le syndicat dénonce le fait qu'une "centaine de postes, qui étaient vacants, font les frais de cette réorganisation".

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/07/2017 à 10:02 :
tiens la cgt est d accord sur les suppression de postes ! sans autre commentaire
a écrit le 28/07/2017 à 9:33 :
Il est encourageant de voir que direction et syndicats peuvent trouver des accords et aller dans le sens de la transition énergétique. Il serait intéressant de connaitre les conditions de départ.

Ceci dit 500 emplois sur les plus de 150000 que compterait le groupe, à 0.3 % de la masse salariale, ce n'est pas la révolution. Surtout si l'on compare aux restructurations qui ont lieu en Allemagne chez EON et RWE. Avec des échecs et des réussites, notamment chez Innogy.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :