Total accusé de partager ses revenus du gaz avec les militaires birmans

 |  | 407 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Sarah Meyssonnier)
L'entreprise Moattama Gas Transportation Company (MGTC) est propriétaire du gazoduc exploité par l'industriel français qui relie le champ gazier de Yadana. Or, celle-ci est domiciliée aux Bermudes, aux dépens de l'Etat birman. Elle aurait généré 523 millions de dollars de chiffre d'affaires en 2019, selon Le Monde.

Un montage financier autour d'un gazoduc exploité par Total en Birmanie aurait permis de diriger depuis des années des centaines de millions de dollars des ventes de gaz directement vers les militaires de ce pays, au détriment de l'Etat birman, selon le journal Le Monde qui cite mardi plusieurs documents.

Total n'avait pas donné suite aux sollicitations de l'AFP mardi en milieu de journée.

L'entreprise en cause, Moattama Gas Transportation Company (MGTC), est propriétaire du gazoduc reliant le champ gazier de Yadana, au large des côtes birmanes, à la Thaïlande. Elle a été créée en 1994, lors de la mise en place du projet gazier, et est domiciliée aux Bermudes. Ses actionnaires sont les mêmes que ceux de l'entreprise exploitant le gisement, en particulier Total (31%) et la Myanmar Oil and Gas Enterprise (MOGE, 15%, contrôlée par l'armée birmane).

523 millions de dollars de chiffre d'affaires

Or, selon le quotidien, qui a consulté les comptes et audits de MGTC, cette entreprise facture "à un prix jugé exorbitant" le transport du gaz, généralement moins taxé que la production, ce qui permettrait de réduire le montant des royalties versées à l'Etat birman.

Ce montage permettrait à l'armée, via la MOGE, de toucher directement des dividendes sur l'activité de transport, qui affichait en 2019 un chiffre d'affaires de 523 millions de dollars pour seulement 11 millions de charges.

Le Monde, qui a interrogé plusieurs experts, évoque une forme d'"optimisation fiscale" pour les actionnaires de MGTC, aux dépens de l'Etat birman.

"Nous ne connaissons pas les raisons précises ayant conduit le choix de domicilier MGTC aux Bermudes il y a 30 ans", souligne-t-on chez Total auprès du Monde. Total y ajoute qu'aujourd'hui le groupe "ne domicilie plus aucune filiale nouvelle dans les paradis fiscaux".

Le groupe pétrolier est présent en Birmanie depuis 1992, et depuis le coup d'Etat militaire de février, les militants pro-démocratie le pressent de nouveau de "cesser de financer la junte".

Son PDG a indiqué en avril qu'il suspendait ses forages dans le pays mais qu'il continuait à exploiter le gisement de Yadana, en activité depuis 1998, pour approvisionner en énergie les populations birmanes et thaïlandaises. Il s'est aussi engagé à financer des ONG consacrées à la défense des droits humains à hauteur de ce qu'il verse à l'Etat birman.

Lire aussi : Total, pressé de partir par des ONG, maintient ses activités en Birmanie malgré la répression

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/05/2021 à 20:09 :
C'est particulièrement hypocrite tandis que le consortium de 400 journalistes venant du monde entier a démontré que la finance et la mafia utilisent les mêmes circuits financiers impossible de se fait à distinguer l'un de l'autre, je ne vois pas pourquoi on autorise un mode de fonctionnement à la finance et non aux entreprises bien plus utiles. La rente de gens fuyant sans cesse leurs immenses responsabilités au détriment du travail et des gens obligés d'assumer, toujours, ensuite faut arrêter de se demander pourquoi tout va si mal hein.
a écrit le 04/05/2021 à 19:30 :
L'internationale socialiste n'apprécie le partage en Birmanie que dans
les poches de son émissaire local Aung San Suu Kyi, prix Nobel de de la
paix ayant chassé les musulmans indigènes au même titre que son
homologue indien Narenda Modi.

Ma foi le communautarisme ethno-reglieux semble offrir un grand moment
de communion...
a écrit le 04/05/2021 à 18:18 :
Est-ce qu'une société implantée dans un pays donné est responsable des circuits financier dans ce pays ? La société paie son dû. Tout le reste ne le regarde pas. C'est au Birmans de régler leurs problèmes de gouvernance et de démocratie.Que peut Total face à l'armée Birmane ? Partir et laisser la place aux Chinois et aux Russes ?
Réponse de le 05/05/2021 à 14:03 :
Total peut très bien consigner ses paiements à la Birmanie en l'attente
de l'organisation d'un scrutin électoral...
Réponse de le 05/05/2021 à 21:24 :
@megadebt : Je crains que vous vivez dans un monde de bisounours. Vous voyez sérieusement ces brutaux généraux accepter un tel deal sans broncher. La Birmanie actuel n'est pas un état de droit. Et en plus dans ce type de contrat, cet échappatoire n'est probablement pas prévu. Le problème pour les pétroliers c'est que les hydrocarbures se trouvent hélas le plus souvent dans des pays non stables ou en guerre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :