Total : une perte nette de plus de 7 milliards de dollars et un changement de nom

Avec la chute des prix du baril de Brent et celle de la demande de pétrole liées à la pandémie, le bénéfice net du groupe a reculé de 66% à 4,06 milliards en 2020. « TotalEnergies », comme nouvelle marque industrielle, sera proposée à l'assemblée générale des actionnaires en mai.

2 mn

(Crédits : Gary McWilliams)

Total, qui a annoncé vouloir changer son nom en TotalEnergies, a présenté mardi une perte nette de 7,2 milliards de dollars en 2020, contre un bénéfice de 11,2 milliards en 2019, en raison de la crise du Covid-19 qui a pesé sur les cours pétroliers et de dépréciations déjà annoncées.

Le groupe, qui veut changer de nom pour mieux refléter la transition énergétique, a vu son bénéfice net ajusté - qui exclut des éléments exceptionnels et sert de référence - chuter de 66% à 4,06 milliards.

Malgré ces résultats, la compagnie pétrolière maintient son dividende et propose un acompte trimestriel de 0,66 euro par action, un niveau identique à celui des trois trimestres précédents. Le dividende se chiffre à 2,64 euros par action au titre de l'exercice 2020.

Lire aussi : COVID-19 en 24h : recherche anti-Covid, réouverture des musées, baril de Brent...

Une production en baisse de 5%

"L'année 2020 a connu deux crises majeures : celle de la pandémie de la Covid 19 qui a fortement affecté la demande mondiale, et celle du pétrole qui a conduit les prix du Brent à un niveau inférieur à 20 dollars par baril au cours du deuxième trimestre", a rappelé le PDG Patrick Pouyanné, cité dans le communiqué.

Comme tous ses concurrents, le groupe pétrolier et gazier a ainsi souffert de ces circonstances. Il a aussi vu sa production d'hydrocarbures reculer de 5% l'an dernier.

Les résultats nets sont également plombés par les dépréciations d'actifs de 8,1 milliards de dollars - dont 7 milliards portant sur les sables bitumineux au Canada - annoncées en juillet en raison de la faiblesse des cours et de nouveaux objectifs climatiques.

Les prévisions pour 2021

Total anticipe une production stable en 2021 par rapport à 2020 et vise 500 millions d'euros d'économies supplémentaires cette année, après avoir réduit ses coûts de 1,1 milliard de dollars l'an dernier.

Les marges européennes de raffinage restent "fragiles", a indiqué le groupe qui anticipe néanmoins une contribution de l'aval supérieur à 5 milliards de dollars de cash-flow pour 2021.

"Le groupe affirme sa volonté de se transformer en une compagnie multi-énergies pour répondre au double défi de la transition énergétique: plus d'énergie, moins d'émissions", a souligné Patrick Pouyanné.

C'est pour cette raison que le nouveau nom de TotalEnergies sera proposé à l'assemblée générale des actionnaires en mai, a-t-il expliqué.

Lire aussi : Les majors du pétrole contraintes d'embrasser la transition énergétique à marche forcée

 (Avec AFP et Reuters)

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 09/02/2021 à 14:06
Signaler
Pour l'instant, parmi les majors qui ont livrés leurs chiffres (provisoires), Total s'en sort très largement. C'est aussi le premier qui s'est franchement engagé dans l'amorçage d'une transition. En abandonnant les extractions chouchoutées par les ...

à écrit le 09/02/2021 à 13:39
Signaler
Encore du fric à filer à un fils de qui vient d'ouvrir son cabinet de design je suppose... Alors que malgré leurs pertes ils augmentent les dividendes est obligé, ils n'ont pas le choix autrement leurs cupides propriétaires partiront mais par contre ...

à écrit le 09/02/2021 à 12:19
Signaler
Total en perte de 7milliards, j'espère que cela fera la une de tous les journaux pour permettre à tous les Français de se réjouir, car dans ce pays on est mal aimé quand on fait des profits.

à écrit le 09/02/2021 à 10:57
Signaler
TOTAL veut changer de nom! Et s'il voulait se nommer EDF!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.